Machinations et artifices : Antoine Cyvoct et l’attentat de Bellecour (Lyon 1882)

cyvoct-couv1Le lundi 23 octobre 1882, l’existence du jeune militant anarchiste Antoine Cyvoct est bouleversée. Ce jour-là, à vingt-trois heures de distance, deux bombes retentissent dans les nuits lyonnaises et occasionnent le décès d’un employé de commerce. C’est d’abord le café restaurant l’Assommoir, situé sous le théâtre Bellecour, qui est l’objet d’un attentat. Deux hommes et une femme quittent le box numéro 2 peu avant que l’explosion se fasse entendre. La nuit suivante, c’est le bureau de recrutement militaire qui est visé. Ce n’est qu’à la fin de l’année 1883, les 11 et 12 décembre précisément, que s’ouvre le procès d’Antoine Cyvoct pour ces deux attentats. La première grande affaire de « propagande par le fait » en France donne au parti anarchiste son « premier martyr ».

Laurent Gallet, passionné d’Histoire du xixe siècle, est depuis plusieurs années le responsable du Centre de documentation libertaire de Lyon.

« À Lyon, dans la nuit du 22 au 23 octobre 1882, deux détonations, suivies d’une formidable explosion, éclatèrent dans le restaurant du théâtre Bellecour dit L’Assommoir. Un jeune employé, Louis Miodre, fut tué ; il y eut des blessés ; les dégâts furent considérables.

L’enquête s’orienta vers les milieux anarchistes et les soupçons se portèrent sur un nommé Antoine Cyvoct, gérant depuis le 13 août 1882 (n°3) de L’Étendard révolutionnaire (Lyon, 13 numéros du 30 juillet au 15 octobre 1882), journal anarchiste lyonnais qui avait succédé au journal Le Droit social (Lyon, 24 numéros du 12 février au 23 juillet 1882). On reprochait à Cyvoct d’être l’auteur d’un article intitulé « Un bouge paru dans Le Droit social du 12 mars 1882 qui concernait le théâtre Bellecour où il était écrit « On y voit surtout après minuit, la fine fleur de la bourgeoisie et du commerce…Le premier acte de la révolution sociale devra être de détruire ces repaires » ; on lui reprochait surtout d’avoir été vu à Lyon le 23 octobre alors qu’il prétendait être en Suisse à cette même date. »

Pour lire l’intégralité de la notice biographique d’Antoine Cyvoct voir le billet publié sur le site militants-anarchistes

 


Vous aimerez aussi...