Les dessins de Cochard, Migron et Fanfan par Louis Cocula

Arts et prisons ne font a priori pas bon ménage ; a priori car il s’agit en fait d’un énième fragment issu du kaléidoscope d’images stéréotypées que beaucoup partagent à l’égard de l’univers carcéral. L’emprisonnement, bien qu’étant un dispositif répressif fondé sur la privation de liberté, n’a de fait jamais été vide d’expression et de création. Le fait que le Code des Prisons de 1843 interdise « les dessins, écrits et barbouillages, malpropretés et tout ce qui est susceptible de laisser une trace sur les parois ou le mobilier de la cellule. » [1] et que l’administration pénitentiaire ait livré combat tout au long du XXe siècle contre les graffiteurs révèle au contraire l’importance de la production carcérale [2]. 


Les multiples interdits se heurtent au besoin irrépressible d’expression et de création des individus enfermés. En effet, selon Caroline Legendre, « la création, nécessité existentielle, fondamentale et structurante pour l’être humain, le serait de façon d’autant plus cruciale et vitale dans l’espace-temps carcéral marqué par la rupture, la séparation, le manque, la perte, l’absence. » [3]. 
Plusieurs voix s’ouvrent alors à celle-ci. Il s’agit d’abord de la religion et de la transgression. Les décors sur les murs des chapelles restent néanmoins marginaux, les personnes détenues s’exprimant largement plus dans la transgression. Plusieurs de mes prédécesseurs ont déjà pu le mettre en exergue dans le blog à travers le graffiti. 
Je le ferai pour ma part via une voix de création plus rare, tout du moins jusqu’à ce que les ateliers artistiques en détention s’institutionnalisent au cours des années 1980, soit à la création encouragée, ainsi qu’aux dessins (entendus sur supports papiers par distinction d’avec les graffitis) produits dans ce cadre et à leurs auteurs [4]. 
Il ne s’agira pas d’en traiter de manière exhaustive mais d’en présenter quelques beaux exemples, constituant une part non négligeable du patrimoine carcéral souvent délaissée au profit du bâtit comme c’est le cas dans le domaine du patrimoine lato sensu. 
Là-dessus il faut préciser que la plupart des dessins réalisés par des détenus, bien qu’étant très nombreux à partir du XIXe siècle, ont disparu de la circulation soit par destruction, soit parce qu’ils ont été donnés à des particuliers ou récupérés par des institutions. 
L’équipe de la bibliothèque criminologique Zoummerof a tout de même pu acquérir une collection de dessins de prisonniers fort intéressante suite à dix années de prospection, notamment dans les ventes de Drouot ainsi que les prisons de La Force, de Bicêtre, de Mazas et de la Roquette. 
Elle rassemble des dessins uniques réalisés de la première moitié du XIXe à 1940. Ceux-ci sont signés ou bien anonymes, de nombreux détenus n’ayant pu imaginer que leurs créations pourraient servir à la postérité. 
Par la suite, je m’intéresserai plus particulièrement aux productions de 3 détenus : Paul Cochard, Migron et Fanfan.

Le cahier de Paul Cochard 

Pour Philippe Zoummerof, l’originalité et la valeur des dessins de détenus du XIXe et de la première moitié du XXe siècle tient au fait qu’ils ont souvent un rapport avec la détention elle-même, contrairement aux productions actuelles.
Le carnet de Paul Cochard sur la prison Mazas à Paris, où ce dernier était détenu auxiliaire en charge de la bibliothèque, nous en donne un bel exemple. Il comporte 11 dessins accomplis vers 1890 dont 10 colorés.


Figure 1 : Mur d’enceinte (à gauche) et Plan de la prison de Mazas (à droite). Cochard P., Mazasdessins 9 et 11, vers 1890. © Collection privée Philippe Zoummeroff, Neuilly.

Outre une esquisse de plan de « l’hôtel des 1200 couverts », qui formait un pentagone de 34000 mètres carrés, et une vue sur le mur d’enceinte que vous pouvez apprécier ci-dessus, les 9 autres dessins offrent une plongée au sein même des bâtiments de la prison. Au regard du fait qu’elle ait été détruite dès 1898 pour des raisons sanitaires et aussi parce que la vue de la prison aurait gâché la perspective de la gare de Lyon au moment de la cinquième exposition universelle de Paris, le cahier de Paul Cochard constitue une source historique et architecturale importante. On y trouve représentés divers lieux composant cette prison ayant été construite de 1845 à 1850 par les architectes Jean-François-Joseph Lecointe (1783-1858) et Émile Gilbert (1793-1874) : sa rotonde, l’un de ses cinq promenoirs panoptiques, l’une de ses galeries longues de 80 mètres où l’on trouvait 200 cellules sur trois étages, l’une des ses cellules avec son mobilier type, sa bibliothèque, ses cuisines et son « parloir ordinaire » (cf. les figures suivantes).


Figure 2, 3 et 4 : L’intérieur de Mazas. Cochard P., Mazas, vers 1890, dessins 3 à 8. © Collection privée Philippe Zoummeroff, Neuilly.

Cochard a aussi représenté les hommes de Mazas. Les deux dessins suivant illustrent notamment les divers types de personnel et de détenu qu’on y trouvait.


Figure 5 : Types de personnel et de détenu. Cochard P., Mazas, dessins 1 et 10 vers 1890. © Collection privée Philippe Zoummeroff, Neuilly.


À travers ces derniers, on saisit que le carnet a bien dû être réalisé vers 1890, soit après la polémique relative au nombre anormalement élevé de suicides à Mazas puisque les prisonniers y sont représentés en habit de travail. 
De manière générale, le cahier de Paul Cochard offre une plongée dans l’univers des prisons construites au XIXe siècle, notamment à Paris mais aussi à Rennes et Angers, d’après les solutions préconisées par Jeremy Bentham dans son Panopticon afin de construire la «bonne» prison. Plusieurs dessins réalisés par le susdit détenu ont d’ailleurs été repris et valorisés au sein d’une exposition virtuelle concernant les Prisons de Paris de la Bastille à Fresnes [5]. 
On note aussi leur rarissime qualité. Étant donné qu’en vertu d’un arrêté de classement pris le 14 septembre 1875, Mazas devint maison d’arrêt et de correction cellulaire et n’accueillait que des hommes prévenus et condamnés à une peine de détention inférieure à 3 mois, il semble évidemment que Paul Cochard appartienne à la catégorie des artistes-détenus plutôt qu’à celle des détenus-artistes. Le respect des proportions, la minutie des détails et la qualité de la coloration relèvent d’une maîtrise technique qu’il n’a pu apprendre le temps d’un emprisonnement de cette durée. Celle-ci était sans doute liée à son métier ou à ses loisirs. 
On peut se demander de quelle façon il put réaliser ses dessins et acquérir le matériel nécessaire. Il est certain que le directeur de la prison devait l’avoir autorisé à dessiner. L’incita-t-il à le faire ? Peut-être. L’absence de négativité à l’égard de Mazas au sein des dessins de son cahier tend à nous le faire penser. Si encouragement il y eut, celui-ci vint peut-être du fait que Paul Cochard était un artiste reconnu avant son emprisonnement, ce qui n’était pas le cas des détenus que nous évoquerons par la suite. 

Migron, Fanfan et les crayons de Jean Lacassagne 

Parmi les dessins de détenus appartenant à la collection Zoummerof, on trouve aussi ceux de Migron, et Fanfan. Comme vous pourrez le constater, la connaissance que nous avons de ces hommes est à l’heure actuelle fort inégale. Ils partagent néanmoins deux choses certaines en commun : ils ont été emprisonnés à Lyon dans les années 1930 et ont crayonné. Or, à cette époque, une personnalité lyonnaise se démarque particulièrement dans le domaine de l’anthropologie criminelle : Jean Lacassagne, médecin des prisons de la ville. On sait de celui-ci qu’il distribua à des prisonniers « quelques crayons, de l’encre et du mauvais papier », démarche à partir de laquelle il put « constituer une importante et intéressante collection de dessins exécutés en cellule par des repris de justice dépourvus, bien en tendu, de toute éducation artistique », ainsi que publier un Album du Crocodile intitulé L’art en prison l’année 1939, en collaboration avec Jean Couty, prix de peinture 1937 du Groupe Paris-Lyon. Ils s’y intéressèrent tout deux à la criminalité au travers 28 dessins. On est notamment certain qu’ils en étudièrent 6 de Fanfan. Faute d’avoir pu consulter ce livre rare, je ne sais par ailleurs pas si ceux de Migron y figurent. Toujours est-il que ces détenus de prisons lyonnaises durent dessiner sous l’impulsion de Jean Lacassagne, qui leur fournit le matériel nécessaire [6]. 
Maintenant que nous avons nos crayons et nos détenus, il reste à parler des créations de ces derniers. Pour Jean Lacassagne, les dessins produits par les prisonniers sont grosso modo à comprendre comme une forme d’art particulière, à la fois fascinante et repoussante, marquée par la captivité, le refoulement concomitant de forts « instincts génésiques », ainsi que « par trois des qualités maitresses du tempérament criminel […] : la haine, l’esprit vindicatif et la violence ». Bien qu’habitée de fantasmes et de stéréotypes, la plume du docteur lyonnais dégageait ainsi des clefs de lecture relativement pertinentes. Vous pourrez en juger subséquemment. 
À ma connaissance, Migron a réalisé au moins cinq dessins à Lyon. L’un d’entre eux consiste en une animation légèrement pornographique. Les quatre autres, intitulés La vie !, sont signés et datés de novembre 1932. Prenant la forme de diptyques polychromiques, ils représentent peut-être le parcours qui le mena jusqu’en prison. Les deux derniers dessins, sous-titrés Malheur et Châtiment, sont particulièrement intéressants.


Figure 6 et 7 : Malheur (à gauche) et Chatiment (à droite). Migron, La vie !, Lyon, novembre 1932. © Collection privée Philippe Zoummeroff, Neuilly.

En admettant qu’ils soient bien autobiographiques, on pourrait penser que Migron se prénommait Victor et fut condamné à 5 ans d’emprisonnement pour avoir tué l’amant de sa femme (à l’arrière plan du septième tableau, on distingue ce graffiti : « totor 5 piges baa »). En somme, il aurait commit un crime qu’on qualifierait aujourd’hui de passionnel. Bien qu’on ne puisse en être certain, le détail de ses compositions fait penser à des reproductions de faits vécus. Jean Couty notait d’ailleurs dans la susdite étude à propos des détenus-artistes qu’« il faut avant tout voir dans leurs dessins un besoin réel de reproduire avec minutie les moindres faits et gestes qu’ils ont pu voir ou bien accomplir ». Il est en tous cas sûr que le peintre faisait ainsi référence à Fanfan, dont on connaît nettement mieux le parcours. 

Émile Simonet, dit Fanfan, réalisa de nombreux dessins entre 1930 et 1933 sous l’impulsion de Jean Lacassagne, qu’il rencontra lors de son premier « séjour » à la prison Saint-Joseph à l’âge de 19 ans. Le médecin lyonnais et Jean Couty furent particulièrement étonnés par son talent. Ceci transparait particulièrement dans leur étude commune, où il est expliqué la chose suivante : « La séduction qu’exerce sur nous le dessin [de Fanfan] est déterminée par le sens exact des rapports, des lignes et des couleurs. Le trait précis et vigoureux fixe les attitudes au réalisme poignant. Rien à redire en somme à cette atmosphère étrange dirigée et contenue par un motif central à égale distance d’éléments identiques. Fanfan a su tirer du sujet un maximum d’acuité visuelle, en faisant jouer les surfaces entre elles. Un ton d’ensemble unifie les groupes et donne plus d’intérêt plastique. L’échelle des personnages est là particulièrement bien ordonnée. La beauté du drame est renforcée par une savante harmonie de frottis superposés. » Vous pourrez juger vous même de l’esthéticité des dessins du détenu par la suite à travers une sélection représentative. 
La plupart des dessins de Fanfan appartient sans doute à un cahier nommé Les maillons de ma chaîne qu’il termina en mai 1933. Ils y illustrent une autobiographie [7]. Au sein des deux premiers paragraphes du récit, voici comment Fanfan décrit lui-même son entreprise : « Ceci est un peu de ma vie, c’est un peu de la misère et du vice que j’ai croisés sur les rues fiévreuses des villes et dans les prisons de France, ce que je puis avouer de moins triste parmi tout ce dont je me suis tâché. » Nul doute ne fait alors que ses illustrations représentent souvent des moments vécus. Au bas du dessin ci-dessous à gauche, Fanfan a d’ailleurs indiqué qu’il le réalisa « d’après nature ». Celui-ci représente en effet le souvenir d’une scène qu’il vécut à l’âge de sept ans, à savoir le partage du butin amassé par sa famille suite aux exactions journalières de chacun de ses membres : cambriolages, agressions et prostitution. Fanfan précise avoir été énormément marqué par la récurrence de ces méfaits familiaux, ainsi que par l’alcoolisme et la violence de son père. Il y voit les raisons de sa propre criminalité, qu’il considère comme une déviance et dont il s’attriste. D’autres fois, les illustrations font encore référence à des souvenirs de Fanfan mais de façon allégorique et non d’après nature. Du moins, je crois que ce puisse par exemple être le cas du dessin ci-dessous à droite intitulé Ceci est mon teste amant, semblant faire référence au jour où sa concubine le donna à la police.


Figure 8 et 9 : Émile Simonet, Au fade de la comptée (à gauche) et Ceci est mon teste amant (à droite), Lyon, 1930-1933. © Collection privée Philippe Zoummeroff, Neuilly.

Les représentations des entraves à la loi commises par Fanfan sont d’ailleurs nombreuses. Entre autres, plusieurs de ses dessins sont relatifs aux méfaits que pouvaient commettre les Kangourous du Bois Noir, une bande de jeunes apaches rançonnant les passants et violant parfois les femmes dans les bois à proximité du parc de la Tête d’Or de Lyon, dont il devint le chef en 1927. Par exemple, le dessin ci-dessous à gauche, intitulé Les matons se font dérouiller, représente surement une altercation entre ces Kangourous et la police [8]. Au regard du titre, le trèfle signifierait la chance qu’ils eurent ce soir-ci de ne pas se faire arrêter. Le diable, qui apparaît plusieurs fois dans les dessins du détenu, viendrait quant à lui mettre en exergue le caractère néfaste et fataliste de l’action. 

Aussi, plusieurs dessins représentent-ils des cambriolages comme c’est le cas de celui se trouvant ci-dessous à droite. À la lecture de l’autobiographie de Fanfan, on comprend aisément que le vol a toujours fait partie intégrante de sa vie.

Figure 10 et 11 : Émile Simonet, Les mattons se font dérouiller (à gauche) et Vol à la rose (à droite), Lyon, 1930-1933. © Collection privée Philippe Zoummeroff, Neuilly.

Corrélativement aux nombreuses infractions qu’il commit, Fanfan connut le tribunal et la prison. Il fut de fait emprisonné à Saint-Joseph, Saint-Paul, ainsi qu’à la maison centrale de Clairvaux « après de nombreuses punitions ». C’est uniquement cette dernière qu’il semble avoir dessinée. Peut-être, est-ce parce que les conditions de détention y étaient plus rudes qu’au sein des prisons lyonnaises et/ou par nostalgie. Du moins, c’est ce que laisse penser ce commentaire de Fanfan sur la centrale : « Les mois coulèrent dans la réalité brutale du dortoir et des ateliers lorsqu’un jour à la visite j’ai connu Petit-Louis. Nous sommes devenus amis très vite et j’ai quitté Clairvaux en laissant un peu de mon cœur. » 

Figure 12 et 13 : Émile Simonet, L’anthropométrie (à gauche) et La cellotte (à droite), Lyon, 1930-1933. © Collection privée Philippe Zoummeroff, Neuilly.


Comme le présente le dessin ci-dessus à gauche, nommé La cellote, Fanfan fut sans doute emprisonné dans une cellule individuelle à Clairvaux, alors qu’il avait auparavant été avec deux détenus à Saint-Paul. Un autre de ses dessins est particulièrement intéressant car il illustre la technique du bertillonnage. Le gardien y est de fait clairement représenté en train de procéder à l’analyse biométrique d’un détenu. S’agit-t-il de Fanfan ? Il semblerait pertinent de le penser, néanmoins on ne sait pas s’il portait des tatouages. Or, l’homme dessiné en est couvert. Il s’agit peut-être d’une représentation du détenu type aux yeux de Fanfan. Ces deux dessins montrent en tous cas l’importance du tatouage chez les hommes du milieu. 
En mai 1933, alors qu’il terminait son cahier, Fanfan savait qu’il serait bientôt transféré sur l’île de Ré puis au bagne de Saint-Jean-de-Maroni en Guyane. «J’ai connu de nouveau la tristesse, maintenant j’ai fini ma punition, je n’ai plus de haine, plus d’espérance, que la pensée du prochain convoi. L’avenir m’inquiète. Pour moi ce sera bientôt les bataillons d’Afrique. Où cela va-t-il ? Celui que j’ai frappé attend lui aussi un départ pour Clairvaux. Petit-Louis et Mimile sont là-bas. Pouvoir recommencer mais il est trop tard, comme pour tant d’autres la vision de la relègue dresse sa barrière infranchissable sur la route du bien, la relégation qui fait naître l’assassin puisqu’un grand nombre de malfaiteurs tue pour se l’éviter, préférant l’échafaud ou les travaux forcés aux jours moroses et à la misère du pénitencier de St-Jean. », écrivait-il ainsi en péroraison de son autobiographie. Au travers ces mots, on saisit aussi son angoisse quant au départ. On la comprend de la même manière via quelques dessins, comme celui situé ci-dessous à gauche. Bien qu’il n’y figure aucune légende, il concerne bien le bagne. On le saisit à travers les vêtements des surveillants, de même qu’avec la référence au travail forcé par ce détenu, sans doute Fanfan, qui creuse sa tombe.


Figure 14 et 15 : Émile Simonet, Les mattons se font dérouiller (à gauche) et Vol à la rose (à droite), Lyon, 1930-1933. © Collection privée Philippe Zoummeroff, Neuilly.

Contrairement à Jean Couty, je ne pense donc pas que ce jeune détenu ce soit laissé « bercer par quelque invitation au voyage sur une terre lointaine ». Comme je viens de l’expliciter, Fanfan avait une vision particulièrement négative de son avenir de forçat. Conséquemment, je pense que des dessins comme celui situé ci-dessus à droite représentent plutôt l’espérance d’un retour en métropole après le bagne. Il s’intitule d’ailleurs Graciés ils s’en allèrent un jour. Si la Martinière, dont on a ici une belle représentation, transportait les forçats de Saint-Martin-de-Ré jusqu’à Saint-Jean-du-Maroni, elle devait bien ramener ceux condamnés un certain temps vers l’hexagone. Or, rien n’indique que Fanfan ait été frappé d’une peine de travaux forcés à perpétuité. Au contraire, si cela avait été le cas, il ne se serait pas interrogé sur son avenir. 

Enfin, on trouve parmi les dessins de Fanfan des représentations érotiques et légèrement pornographiques. Les deux dessins ci-dessous en sont de beaux exemples.


Figure 16 et 17 : Émile Simonet, Deux gousses (à gauche) et À l’ombre de la croix (à droite), Lyon, 1930-1933. © Collection privée Philippe Zoummeroff, Neuilly.

Celui de gauche représente Deux gousses, soit des lesbiennes nues au sein d’un appartement. Il s’agit vraisemblablement du crayonnage d’un fantasme de Fanfan, que partage une bonne partie de la gent masculine. Le dessin de droite, intitulé À l’ombre de la croix, est plus difficile d’interprétation. Il est néanmoins évident que le propos n’y est pas uniquement de teneur pornographique mais qu’il s’agit d’une critique de la religion à travers l’acte sexuel. 

Au terme de ce tour d’horizon au sein des réalisations de Fanfan, force est de constater que ce détenu offre un cas particulièrement riche. Comparativement à Migron, il réalisa une kyrielle de dessins dont l’étude est d’autant plus intéressante qu’il est possible de les mettre en parallèle avec son autobiographie. 
Malgré de fortes disparités concernant la connaissance que l’on a de ces prisonniers et de leurs productions, on peut légitimement penser qu’ils partagèrent des buts similaires. Tous deux ont dû trouver dans le dessin un moyen d’occupation et d’expression approprié à leur vie en détention. 
En ce qui concerne Fanfan, il est clair que celui-ci trouva dans la pratique artistique en prison le moyen d’exposer des moments de sa vie et des sentiments ; qu’il s’y livra à un réel exercice rétrospectif et introspectif. Peut-être chercha-t-il de la sorte à trouver les causes de sa criminalité et à exorciser un peu sa douleur. Reste à savoir s‘il reçut des consignes de la part du docteur Jean Lacassagne, ce qu’il devint une fois au bagne et si l’art l’aida finalement. 
Pour en revenir à nos deux détenus, on constate aisément que leurs créations ne s’éloignèrent jamais des murs de la prison mais furent toujours liées à ceux-ci plus ou moins directement. C’est pourquoi elles peuvent apparaître anhistoriques, comme le notait Christian Carlier [9]. Cependant, il serait faux de penser ainsi. L’univers carcéral n’est pas un espace hors du temps. Ce n’est pas non plus le lieu d’une sous-culture que réaliseraient des sous-hommes. Il s’agit plutôt d’un lieu où se développe de façon privilégiée une forme de contre-culture. Jean Couty et Jean Lacassagne n’usèrent évidemment pas de ce vocable apparu dans les années 1960, ils ne manquèrent néanmoins pas de remarquer qu’il se déchiffre, par antithèse, le système de valeur de la société bourgeoise de l’entre deux guerre à travers les dessins de détenus : art de la nuance, refoulement des instincts génésiques et hypocrisie de métier. Du moins, cet aspect de contre-culture transparaît particulièrement dans les dessins de Fanfan et Migron. Or, il faut les différencier en cela de ceux de Paul Cochard, qui semblent avoir uniquement eu l’intention de décrire Mazas [10]. Il convient aussi de distinguer leurs productions car nos détenus lyonnais n’appartiennent pas à la catégorie des artistes-détenus, mais à celle des détenus-artistes, soit à ceux qui créèrent à cause, ou plutôt grâce à la prison. Leurs dessins, naïfs et spontanés, apparaissent de fait comme ceux d’autodidactes. 
Bien que fort différents, les dessins de Paul Cochard, Migron et Fanfan rappellent bien que création et prison ne sont pas deux termes antinomiques, bien au contraire. Certes, l’artiste en prison est un marginal, mais il l’est aussi dans la société en général. Il reste pour autant bien d’autres crayonneurs à étudier. Je pense notamment à Elie Olier, Marcel Jules, LK, ainsi qu’aux nombreux anonymes dont on trouve les œuvres sur le site de la bibliothèque Zoummerof. Je pense aussi et surtout à Charles Bronson, dont le talent atypique a déjà été exposé en Grande-Bretagne et pourrait donner lieu à de belles publications. Avis aux intéressés ! 
Notes :
1 Duchatel T., Code des prisons – Règlement spécial pour les prisons départementales soumises au régime de l’emprisonnement individuel, article 7, consultable sur : http://www.enap.justice.fr/files/doc6.pdf, Paris, 13 août 1843. 
2 Martin Florence, Frétel Julien (dir.), Les ateliers artistiques en prison : créer pour se recréer ?, consultable sur : http://prison.eu.org/spip.php?rubrique644, Lille, Institut d’Études Politiques, 2003, p. 22.
3 Legendre Caroline, La Création, une nécessité vitale, in Legendre C. et alii (dir.), Création et prison, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1994, p. 23.
4 Martin Florence, Frétel Julien (dir.), opere citato, p. 20-31.
5 Carlier Carlier, Prade Catherine, Renneville Marc, Prisons de Paris construites au XIXe siècle, Criminocorpus, URL : http://criminocorpus.org/expositions/137/?start=31, publiée le 20 avril 2010, consultée le 18 nov. 2013.
6 Pour plus d’informations sur la revue, Jean Lacassagne, Jean Couty et L’art en prison confère : Carlier Christian, Préface, in Legendre C. et alii (dir.), Création et prison, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1994, p. 7-16. Les citations en sont issues.
7 Ce récit est reproduit dans un ouvrage de la bibliothèque Zoummerof. La maquette de celui-ci est consultable à l’adresse suivante : http://www.photoceros.com/wp-content/uploads/2004/01/maquette-Simonet-fanfan-chante.pdf.
8 D’autres dessins de Fanfan, notamment Ils tirent un bourgeois, présentent des agressions et sont donc nettement plus représentatifs des exactions de sa bande. Cependant, je ne les ai trouvés que dans des versions numérisées de mauvaise qualité.
9 Carlier Christian, Art et prison, une approche historique, in Legendre C. et alii (dir.), Création et prison, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1994, p. 32.
10 J’use ici du verbe sembler car Paul Cochard trouvait peut-être par ailleurs des avantages à réaliser de tels dessins.