« De moi, pauvre, je veux parler » : Vie et mort de François Villon

De moi, pauvre, je veux parler est le titre de la biographie de François Villon écrite par Sophie Cassagnes-Brouquet, professeure d’histoire médiévale. Villon, l’un des premiers poètes de notre langue française, est un personnage à la vie aussi étonnante que l’œuvre. En fin d’émission, nous prenons la route du Val de Loire et plus précisément de Meung-sur-Loire. Villon a été emprisonné quelques mois dans le château de cette ville.

Pour en savoir plus voir le billet publié le 08 décembre 2016 par Franck Ferrand sur le site de l’émission Au cœur de l’Histoire europe1

ACDH – L’intégrale – François Villon – 08/12/2016

de-moi-pauvre-je-veux-parlerParution du livre le le 12 octobre 2016 – S’il est un mystère dans l’histoire de la littérature, c’est celui du poète appelé pour la postérité François Villon ( né en 1431 et disparu en 1463). Ruffian, ribaud, espiègle, qui était donc cet « écolier » de génie, né l’année où Jeanne d’Arc, « la bonne Lorraine », a péri sur le bûcher, et qui reste à jamais comme le premier écrivain français à avoir introduit « la conscience de soi » dans nos lettres ? C’est à ce paradoxe unique – un poète dont on ignore jusqu’à la date de mort, mais qui a parlé de lui comme nul autre – que s’attelle Sophie Brouquet avec une connaissance exceptionnelle du XVe siècle. L’occasion de visiter avec elle le cimetière des Innocents, de s’interroger sur les Dames du temps jadis comme sur Montfaucon, la Sorbonne ou la taverne de la Pomme de Pin. L’occasion surtout de comprendre la destinée d’un homme qui n’a cessé d’inspirer les fantasmes les plus divers à mesure que le Moyen Age est revenu hanter les rêves et les désirs. Une biographie enfin exhaustive à l’usage de ceux que François Villon, l’insoumis par excellence, appelait ses « frères humains ». Après un doctorat d’histoire à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et une thèse en histoire de l’art médiéval, Sophie Cassagnes-Brouquet est devenue conservatrice des Antiquités et Objets d’Art en Corrèze. Elle est aujourd’hui professeur d’histoire médiévale à l’Université de Toulouse II. Sophie Cassagnes Brouquet a notamment publié La passion du livre au Moyen Age (2003), Les romans de la Table Ronde, premières images de l’univers arthurien (2005), La Vie des femmes au Moyen Age (2009) et récemment chez Perrin, Chevaleresses (2013)

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimerez aussi...