Le gang des postiches

De 1981 à 1986, un gang de braqueurs dévalise les coffres de banques en plein jour.

Invité(e)s de l’émission RTL de Jacques Pradel du 19 décembre 2016 : Patricia Tourancheau, journaliste indépendante, auteure du livre « Les postiches, un gang des années 80 » paru chez Fayard en 2004, Bernard Pasqualini, ancien commissaire de Police. A l’époque, chef de groupe à la Brigade Criminelle. Jacques Balutin, comédien. Il a été témoin d’un hold-up des postiches alors qu’il retirait de l’argent à sa banque avant une représentation.

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission L’heure du crime

untitledParution du livre le 12 mai 2004 – Nouvelle bande à Bonnot, financiers d’Action directe, enfants perdus de la gauche ou gangsters de la banlieue sud ? De 1981 à 1986, des bandits inventifs et culottés dévalisent les banques en plein jour. Pas les fonds de caisses minables, ruais l’or enfermé dans les coffres des particuliers. Déguisés, ils arborent des postiches : perruques, barbiches, moustaches, lunettes, masques et loups. Ils s’habillent en gentlemen avec costumes griffés, redingotes bleu marine, manteaux en loden vert et chapeaux cloches anglais. Politisés, ils annoncent à l’entrée  » contrôle fiscal  » au lieu de  » c’est un hold-up « , dissertent parfois sur le gouvernement socialo-communiste ou enfilent un masque de Georges Marchais. Gonflés, ils prennent possession des banques, retiennent en otages employés et clients et restent à l’œuvre de quarante-cinq minutes à deux heures. Expérimentés, ils ouvrent à la chaîne les coffres de ces messieurs-des-beaux-quartiers au marteau et au burin. Organisés, ils enfournent dans des sacs à pommes de terre ou des surplus kaki de l’armée américaine lingots, pièces de monnaie, billets et bijoux. Bigarrés, ils s’expriment à la fois en français, en verlan, en hébreu, et l’un d’eux zézaye. Gantés, ils ne laissent jamais d’empreintes et emportent le film de vidéo-surveillance. Le travail terminé, ils disparaissent à bord de voitures rapides et prennent toujours la police de vitesse. La presse les a surnommés  » le gang des burins « , des  » marteaux « , des  » lodens  » ou  » le gang des Postiches « .

Sommaire :

    • Le pied de nez des Postiches
    • Les Misérables de Belleville
    • Au rendez-vous du Cheval-Noir à Montreuil
    • Les années d’or (1981-1984)
    • Les ratés de la BRB
    •  » Plan Ballon  » rue du Docteur-Blanche
    • Fronde au Quai des Orfèvres
    • Les ripoux du 36
    • Les clés de l’enquête
    • Le jour où les postiches ont joué les fils de l’air
    • L’heure des comptes
    • L’invité François Besse
    • Quand les Postiches font du cinéma

Patricia Tourancheau est journaliste. Chargée des affaires criminelles et des faits divers à Libération, depuis 1990, elle a publié 1993 mode d’emploi (Ramsay, 1990) et Les Postiches (Fayard, 2004).

 


Vous aimerez aussi...