L’affaire Sarrejani

Georges-Alexandre Sarrejani dit Sarret : avocat d’affaires, mais aussi un escroc et un assassin. Il sera guillotiné à Aix-en-Provence.

Georges-Alexandre Sarrejani dit Sarret : avocat d’affaires, mais aussi un escroc et un assassin. Il sera guillotiné à Aix-en-Provence.

Le 10 avril 1934 avait lieu à Aix-en-Provence la dernière exécution publique de la ville. Ce jour-là, en effet, Georges Sarrejani dit Sarret était guillotiné devant la porte de la prison aixoise. Cet avocat-conseil avait commis entre 1925 et 1931 plusieurs crimes et escroqueries particulièrement sordides, avec la complicité de sa maîtresse, Catherine Schmidt, et de la sœur de celle-ci, Philomène. Sarret repérait des personnes fragiles, sans famille ou amis proches, dont la disparition pouvait passer inaperçue.

Ainsi, en 1925, a-t-il tué dans une villa isolée d’Aix-en-Provence un couple rencontré quelques temps auparavant, M. Chambon et sa compagne. Après avoir fait disparaître les corps en les plongeant dans une baignoire emplie d’acide sulfurique, il a détourné leur argent grâce à une fausse procuration. Quelques années plus tard, en 1931, il a empoisonné une jeune tuberculeuse sans famille, Magali Herbin, puis fait passer Catherine Schmidt, sur laquelle il avait contracté une assurance-vie, pour la morte.

Arrêté en 1931, Sarret a été condamné à mort et les sœurs Schmidt ont écopé de 10 ans de réclusion. Le procès a consacré la célébrité du  » petit Landru  » aixois, suffisamment durable pour que le cinéaste Francis Girod en tire, plusieurs décennies plus tard, un film interprété par Michel Piccoli, Romy Schneider et Andréa Ferréol, Le Trio infernal. (Source : Les affaires criminelles en images – Archives13.fr)

5820560433_504d185f52Parution du livre en mai 2005 – Le Vaucluse révèle toute une palette  de couleurs : le bleu du ciel de Provence, le vert des pins, l’ocre des colorados provençaux et le rouge du sang, répandu çà et là par des meurtriers dont on se souvient à peine. Du crime des Saffres à la tragédie si récente de l’île de la Barthelasse, 120 années se sont écoulées. Les assises de Carpentras sont depuis longtemps le témoin privilégié d’un interminable défi lé d’assassins. Ici, pour des sentiments d’amour ou de haine, pour de l’argent ou pour assouvir de bestiales pulsions, des hommes ont commis l’irréparable. Une fois la sentence de mort prononcée, la foule acclame les juges avant de se taire et de conserver un certain recueillement, laissant faire l’œuvre de la guillotine. De nos jours, la sur-publicité accordée à certains faits divers tendrait à faire oublier que les crimes affreux ne datent pas de la dernière décennie.

A sa manière, Les Grandes Affaires criminelles du Vaucluse se charge de le rappeler.

On peut lire à partir de la page 206 de cet ouvrage une relation de L’affaire Sarrejani