Colditz – les évadés de la forteresse d’Hitler

Colditz - les évadés de la forteresse d'Hitler

Colditz – les évadés de la forteresse d’Hitler

Le célèbre château de Colditz fut pendant la Seconde Guerre mondiale la prison de plusieurs centaines d’officiers alliés. L’armée allemande y envoyait les détenus ayant tenté de s’échapper d’un camp de prisonniers ordinaire. Certains captifs de marque, comme le neveu de Winston Churchill, servaient à Hitler de monnaie d’échange.

C’est ainsi que le château acquit la réputation d’où il était a priori impossible de s’évader. Mais c’était sans compter avec l’ingéniosité et le courage des internés. Ceux-ci firent preuve d’une inventivité stupéfiante pour échapper à la vigilance des gardiens, en se déguisant en femme, en arborant une tenue d’électricien ou en créant une station de radio. Sur cent vingt tentatives d’évasion, trente et une furent couronnées de succès. Citons, au palmarès des plus spectaculaires, un tunnel de 44 mètres de long creusé par un groupe de prisonniers pendant plus d’un an, mais que les Allemands finirent par découvrir, ou encore la construction d’un planeur !

Pour visionner l’intégralité de la vidéo youtube

51kcdjqnwgl-_sx314_bo1204203200_Parution du livre le 15 mai 2004 – ” Nous avons été jetés hors de la guerre. Combien de jours, de mois, d’années peut-être, allons-nous rester en dehors de tout ce qui vit, loin de ceux qui agissent, qui produisent, qui combattent, qui aiment ? ” (Westphalenhof, 26 octobre 1940). Après une évasion manquée de son premier camp de prisonniers en Pologne, A. Le Ray est transféré à Colditz, ” Sonderlarger “, Centre international d’internement renforcé. Le récit de sa captivité et de son évasion est, en dehors de son intérêt captivant, le témoignage à vif des hasards d’une destinée d’homme : action, suspense, réflexion et humour s’y entremêlent. Premier évadé de la forteresse de Colditz, A. Le Ray peut reprendre sa place au combat de la France. Il entre dans la Résistance en 1943 pour devenir le premier chef militaire du Vercors puis Commandant des FFI de l’Isère. En avril 1945, il forma la 7e demi-brigade de chasseurs alpins qu’il conduisit à l’assaut des crêtes de Maurienne et du mont Cenis. Cet ouvrage palpitant, édité en 1976 par les éditions Arthaud et réédité à l’occasion du 60e anniversaire de la Libération, retrace le parcours étonnant d’un homme à qui l’éducation, la qualité et les circonstances ont permis de devenir acteur d’une histoire que d’autres subissaient passivement. Personnalité reconnue et respectée, le général Le Ray fut le fondateur de l’Union des troupes de montagne, il est l’un des artisans du rapprochement entre les adversaires d’hier au sein de la Fédération internationale des soldats de montagne.

  • Éditeur : Presses Universitaires de Grenoble – PUG
  • Collection : Résistances

 

51g7wvyicpl-_sx346_bo1204203200_Colditz la grande évasion Broché – 1974

Enregistrer


Vous aimerez aussi...