Naissance d’une Nation (Nat Turner) – Le mythe de la principale rébellion d’esclaves aux États-Unis

18888415 janvier 2017 : cent ans après, l’acteur-réalisateur Nate Parker relève le titre de la première super-production américaine, Naissance d’une nation (Birth of a Nation). Avec l’ambition de gommer le souvenir de ce film outrageusement raciste…

En 1915, le réalisateur William Griffith avait dans son film exalté le combat des Confédérés (Sudistes) dans la guerre de Sécession, cinquante ans plus tôt, et magnifié l’action du Ku Klux Klan, une organisation secrète visant à rendre le pouvoir aux blancs dans les États du sud. Il y avait si bien réussi que le KKK était ressurgi sous la forme, cette fois, d’une organisation de masse purement raciste et ultranationaliste.

Nate Parker, pour son premier film, a une ambition et des moyens plus limités. Il met en scène la révolte d’un esclave de Virginie, Nat Turner, en 1831.

Pour en savoir plus voir le billet publié par André Larané le 15 janvier 2017 sur le site Herodote.net

 


Vous aimerez aussi...