Pauvres et coupables – À propos de l’expérience des workhouses en Angleterre

arton3604-f5187Entre le 18e et le 20e siècle, la lutte contre la pauvreté passe en Angleterre par la multiplication des workhouses. Entre accueil et répression, ces « maisons de travail » restèrent redoutées des indigents jusqu’à leur fermeture définitive en 1945, nous rappelle l’historien Jacques Carré.

Dès la fin du XVIe siècle en Angleterre, un dispositif législatif national se met en place afin d’encadrer l’action publique destinée à s’attaquer au problème de l’indigence. Bien que modifié et remanié à maintes reprises, ce dispositif, fixé par la Loi de 1601 sur les pauvres (Poor Law), survivra jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. La loi déléguait aux paroisses (l’équivalent administratif de nos communes) la gestion et le financement de l’aide octroyée aux indigents. Le recours à la workhouse ou « maison du travail » est l’un des volets de l’assistance paroissiale. Il prendra une place croissante au fil des siècles. C’est à l’histoire de cette institution, entre ses débuts sous Elizabeth 1ère et sa disparition en 1948, que s’intéresse Jacques Carré, spécialiste de l’Angleterre victorienne et professeur émérite d’études britanniques à l’Université Paris-Sorbonne…

Pour lire l’intégralité de cet article voir le billet publié par Neil Davie , le 23 janvier 2017 sur le site la vie des idées

Recensé : Jacques Carré, La prison des pauvres : l’expérience des workhouses en Angleterre, Paris : Vendémiaire, 2016, 537 pages.


Vous aimerez aussi...