« Des données particulières à ce territoire » – Le paysage de la rééducation en Algérie (1945-1962)

etsoc_152_l204« Chaque fois qu’il faut parler de l’Algérie, et quel qu’en soit le motif, on se voit contraint de remettre l’interlocuteur devant les données concrètes de ce pays dont les proportions, inhabituelles à nos pensées occidentales, conditionnent tous les problèmes »[1]

C‘est ainsi que Jacques Gauneau, éducateur spécialisé au centre Alfred Binet de Douéra et délégué régional de l’Aneji (Association nationale des éducateurs de jeunes inadaptés) pour l’Algérie, inaugure en 1956 un long texte critique qui passe en revue les réalisations et les limites du paysage institutionnel en matière de protection de l’enfance. Une grande partie du décalage qui existerait entre le territoire algérien et la métropole est contenue dans cette courte phrase, qui renvoie à une dimension comparative certes, mais aussi aux paradoxes des statuts de l’Algérie, française dans les termes et les statuts, mais étrangère dans certaines de ses réalités, ainsi qu’aux échanges complexes entre les deux parties.2

Depuis la conquête au XIXe siècle, l’Algérie a été une terre de relégation et de transportation, dans laquelle se sont conjuguées éducation correctionnelle et colonisation. À l’instar de la métropole, le sort des enfants en justice en Algérie est l’objet d’une nouvelle attention au tournant des années 1940. Entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’indépendance en 1962, de nouvelles institutions spécialisées, dédiées aux jeunes délinquants, jeunes réputés difficiles ou enfants des rues ont été ouvertes, tandis que d’autres sont réformées, dans un foisonnement qui façonne le nouveau concept de « rééducation »…

Les Études Sociales 2010/2 (n° 152) Pages : 188 DOI : 10.3917/etsoc.152.0039 Éditeur : Société d’économie et de science sociales

Pour en savoir plus voir le billet publié par Samuel Boussion

Maître de conférences en sciences de l’éducation, Circeft axe sociohistoire, université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

Pour lire l’intégralité de l’article voir le billet publié sur le site cairn.info


Vous aimerez aussi...