« Casseurs » – L’historienne Ludivine Bantigny nous plonge dans la presse du XIXe siècle …

"Casseurs" à l'assaut des palissades

« Casseurs » à l’assaut des palissades

L’historienne Ludivine Bantigny (Photographie à la une) nous plonge dans la presse du XIXe siècle qui révèle une origine historique et politique bien intéressante au terme de « casseurs »…

Malgré les manifestations, les grèves, les occupations, bon nombre de médias n’ont retenu du mouvement social de ces derniers mois qu’une image et qu’un mot : les « casseurs ». Est-ce une première fois ? Certainement pas : ces dernières années, bien des manifestations n’ont été couvertes médiatiquement qu’au prisme de leurs affrontements. Mais d’où la représentation vient-elle exactement ?

Nous sommes en 1832. Les 5 et 6 juin ont lieu les journées insurrectionnelles qui inspireront Victor Hugo dans Les Misérables. Les obsèques du général républicain Lamarque se transforment en manifestations et en protestation contre un régime qui a déçu. La monarchie de Juillet n’a pas tenu ses promesses ; deux ans à peine après l’épisode révolutionnaire, le pouvoir de Louis-Philippe est déjà devenu autoritaire – l’insurrection est réprimée dans le sang. Mais le régime est aux abois. Il se sent menacé de toutes parts, et notamment dans la presse satirique qui le harcèle de sa critique. Le Figaro est alors de ces journaux-là, de ceux qui pratiquent l’insolence politique à l’égard du gouvernement et revendiquent allègrement la liberté de pensée sans laquelle, on le sait, « il n’est point d’éloge flatteur »…

Pour en savoir plus voir le billet publié par Ludivine Bantigny le 6 septembre 2016 sur le site retronews

Biographie de Ludivine Bantigny : Elle est membre de la rédaction de Vingtième Siècle, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Rouen, chercheuse au Centre d’histoire de Sciences Po où elle coanime avec Ivan Jablonka un groupe de travail : « Jeunes et jeunesse(s), objets d’histoire ».

Enregistrer


Vous aimerez aussi...