Quelques problèmes d’analyse de la délinquance juvénile à la fin du XIXe siècle. L’exemple parisien

La question de la déviance des jeunes a donné naissance à nombre de travaux historiques. Dans le cadre des recherches initiées, depuis deux décennies, par Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit sur le « système pénitentiaire », l’étude des colonies de jeunes détenus constitue un des champs privilégiés de l’exploration des diverses formes de l’emprisonnement. Force est de constater que les recherches sont moins nombreuses sur les décisions judiciaires qui conduisent ces jeunes en maison de correction, ou en prison, avant le développement des colonies agricoles. On connaît bien les mouvements d’opinion et les législations ayant donné naissance, par étapes, à une justice des mineurs. Mais quand on étudie la déviance des jeunes, c’est parfois en prenant la seule source… des registres d’écrou ou dossiers des établissements pénitentiaires. Beaucoup plus rares sont les travaux se situant en amont et utilisant les jugements ou les données relatives aux arrestations opérées par la police.

En prenant l’exemple parisien à la fin du XIXe siècle nous voudrions, tout en apportant quelques éléments d’information sur cette délinquance que la justice considère avec un regard nouveau à cette époque, montrer les possibilités d’analyse offertes par les sources judiciaires, tout en soulignant la difficulté de leur utilisation, notamment quant à l’interprétation des données que l’on peut en tirer […]

Initialement paru dans le numéro 3 de la revue Trames en 1998, cet article de Jean-Claude Farcy est désormais accessible en ligne sur Criminocorpus .


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search