« Pénélope … et vogue la galère ! »…

Pénélope, c’est aussi le nom d’un ponton (navire désarmé) de la rade de Lorient où les communards attendaient qu’on statue sur leur sort en 1871-1872 (non lieu ou passage devant les conseils de guerre). – Ponton-prison en rade pour les Communards à Lorient du 31 mai au 4 décembre 1871.

Pour les amis du blogs qui souhaiteraient compléter quelque chose en sorte qu’il n’y manque rien, je recommande deux excellents documents

La vie sur les pontons – Association des Amies et Amis de la …

Anecdote concernant le Pénélope : La Pénélope aurait été le premier navire qui aurait repris la tradition du salut du clocher de Larmor plage (Septembre 1848 ?) lors de son départ de Lorient. Tradition supprimée durant la révolution.  « Bon vent à qui me salue ». La tradition veut qu’ un navire quittant définitivement le port de  Lorient après son armement, salue le clocher de trois coups de canon. Le clocher répond en sonnant les cloches. Philippe Poisson.

Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite.

 Communication de l’historien Jean-Claude Farcy à 10 heures 51′ le 1er février 2017 – Pour Pénélope, c’est un ponton parmi des dizaines présents dans les ports de Brest, Lorient, Cherbourg, Rochefort. En raison des pertes dues aux guerres, je n’ai pu retrouver des listes complètes que pour Rochefort (archives du SHD de Rochefort). Je n’ai pas de renseignements sur Pénélope, hormis des références de présences sur des listes de non-lieu.

Des extraits d’une lettre d’un détenu sur la Pénélope sont cités dans un site de vente de papiers publics et privés : http://a.21-bal.com/istoriya/2134/index.html?page=5

Il s’agit d’Émile Giffault. Je l’ai dans ma base de données en cours de réalisation sur la répression judiciaire de la Commune : Émile Magloire Giffault né à Paris en 1850, dessinateur géographe, domicilié au 21 rue des Grands Augustins à Paris, arrêté le 5 juin 1871, condamné le 3 février 1872 par le 8e conseil de guerre (siégeant à Saint-Germain-en-Laye) aux travaux forcés à perpétuité, passe au bagne de Toulon avant de partir par la Virginie à la Nouvelle-Calédonie (île de Nou pour les transportés, c’est-à-dire condamnés aux travaux forcés) le 28 novembre 1872. Peine commuée en 1878 en 20 ans de travaux forcés. Il sera libéré le 24 juillet 1879 mais banni pour 10 ans…Comme motif de sa condamnation, le registre du 8e CG indique :

« Attentat dans le but de changer le gouvernement, s’être sans titre immiscé dans des fonctions publiques civiles et avoir fait les actes de ces fonctions, de s’être rendu coupable d’incendie en fournissant des matières devant servir à l’incendie d’une maison habitée ». La maison habitée en question est la préfecture de police de Paris.

Il aurait été employé comme sous chef à la préfecture de police pendant la Commune.

C’est uniquement ce genre d’informations que je peux fournir à la demande…

On trouve dans le journal Le Rappel du 20 novembre 1871 un poème de Victor Hugo inspiré par les pontons, consultable dans Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75364139/f1.item.zoom


Vous aimerez aussi...