Retour au Laogai – La vérité sur les camps de la mort dans la Chine d´aujourd´hui

i-grande-14023-retour-au-laogai-la-verite-sur-les-camps-de-la-mort-dans-la-chine-d-aujourd-hui-netParution du livre le 17 mars 2004 –  Le Laogai : plus de mille camps de “rééducation par le travail” dans lesquels la Chine enferme ses indésirables. Vingt millions d’hommes et de femmes y sont morts ; des milliers d’autres, réduits en esclavage, y meurent encore. Harry Wu a été interné pendant dix-neuf ans dans ces camps de la mort. Libéré en 1979, il a entrepris une véritable croisade pour que le Laogai soit enfin dénoncé au même titre que l’Holocauste ou le goulag soviétique.

Au risque d’être arrêté de nouveau, il est retourné en Chine. Quatre voyages clandestins au cours desquels il a accumulé des documents accablants. Au Laogai, on affame, on torture, on laisse mourir ou on exécute ceux dont le rendement n’est plus suffisant. Car l’économie chinoise repose en partie sur cette précieuse main-d’œuvre. Des hommes exploitables jusqu’au bout, puisque même leur cadavre représente une considérable source de profit : selon Harry Wu, nombre des transplants chinois proviennent de détenus exécutés dont les organes sont parfois prélevés avant la mise à mort. Un trafic atroce, organisé avec la complicité des médecins, des hôpitaux, des receveurs – membres influents du parti, riches émigrés chinois.

Harry Wu a réussi à obtenir leurs témoignages, à rapporter des preuves irréfutables de cette barbarie. Ce livre est le récit de son long combat, il dénonce le silence, la complaisance de l’Occident qui ferme les yeux en multipliant les échanges avec la Chine. Il raconte l’horreur.

Harry Wu, militant chinois des droits de l’homme, a consacré sa vie en exil à dénoncer le système des camps de travail forcé en Chine - Décédé en avril 2016.

Harry Wu, militant chinois des droits de l’homme, a consacré sa vie en exil à dénoncer le système des camps de travail forcé en Chine – Décédé en avril 2016.

Harry Wu est né à Shanghai en 1937. Il a publié trois ouvrages traduits en français : Laogai, le goulag chinois (Dagorno, 1966), Vents amers (Bleu de Chine, 1996) et Danse pas avec la Chine (Indigène, 2000). Réfugié depuis 1985 aux États-Unis, il vit à Milpitas, en Californie.

“Le dissident catholique Harry Wu est mort le 27 avril dernier, au terme d’une vie marquée par son propre internement en camp de concentration pendant 19 ans, son exil, puis son travail incessant pour faire connaître l’horreur du Laogaï, version chinoise du Goulag et des camps nazis. En 1960, encore étudiant, il avait été convaincu d’activité contre-révolutionnaire en raison de son appartenance à un groupe d’étudiants catholiques : c’est ce qui avait « justifié » son internement qui ne devait prendre fin qu’après la mort de Mao. Le décès de Harry Wu est l’occasion de constater que, si les choses ont en un certain sens changé en Chine sur le plan économique, le Parti conservant néanmoins le contrôle des grands groupes et de la finance, l’idéologie communiste, elle, reste intacte et la persécution religieuse se renforce. Le système des laogaï n’a pas non plus été abandonné. Il faut dire qu’il a joué un rôle clé dans le développement économique de la Chine, puisqu’il permet de profiter d’une main-d’œuvre par définition captive, non rémunérée. Il a certainement contribué avec force à « l’émergence » de l’économie chinoise qui aujourd’hui, se situe au tout premier plan mondial. Selon la Fondation de recherche sur le Laogaï, dans laquelle Harry Wu a été actif pendant de longues années, il y avait en 2013 au moins 1.045 camps de « rééducation par le travail » en Chine, avec quelque 4 millions de prisonniers. Ressource capitale pour l’agriculture et l’industrie”… [ Publié par ” réinformation.tv ” le 3 mai 2016 ]

Enregistrer


Vous aimerez aussi...