1749, entretiens très secrets de Diderot avec un lieutenant de police

Stéphanie Duncan - Productrice d' Autant en emporte l’histoire

Stéphanie Duncan – Productrice d’Autant en emporte l’histoire

Autant en emporte l’histoire dimanche 5 février 2017 par Stéphanie Duncan

« Autant en emporte l’Histoire » nous emmène en 1749, à Paris, alors que Denis Diderot fait la douloureuse expérience de la prison pour outrage à la religion.

Le 24 juillet 1749, au petit matin, Denis Diderot, âgé de 36 ans, est arrêté à son domicile, rue de l’Estrapade à Paris, et incarcéré au château de Vincennes. Son crime ? La publication quelques semaines plus tôt de sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient, un ouvrage qui défend des convictions clairement matérialistes et athées. Le livre, pourtant, a été publié anonymement. Mais cela fait un moment que le sieur Diderot est dans le collimateur de la police.

C’est le curé de l’église St Médard (l’église de son quartier) qui, dans son immense charité, a dénoncé le philosophe à la police : « Diderot est un jeune homme qui fait le bel esprit et trophée d’impiété. Il est l’auteur de plusieurs livres de philosophie où il attaque la religion. Ses discours sont semblables à ses ouvrages »…

L’écrivain est donc arrêté et emprisonné au château de Vincennes. Une expérience si traumatisante qu’elle changera totalement le cours de sa vie, et de sa postérité. S’il ne cessera jamais d’écrire, Denis Diderot ne publiera plus de son vivant

L’invité de Stéphanie Duncan est Michel Delon, professeur de littérature et spécialiste du Siècle des Lumières…

Pour en savoir plus voir le billet  publié sur le site de France inter.fr/autant-en-emporte-l-histoire-05-fevrier-2017

Pour avoir publié sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient, Diderot est emprisonné à Vincennes. Il y exposait que la connaissance et la perception des choses émanent d’une sensibilité propre à chacun. Ainsi, les aveugles ont-ils une conception autre du monde qui les entoure. Dans cet ouvrage, l’auteur montrait alors clairement une vision matérialiste et athée, qui ne pouvait que le conduire en prison. Durant sa détention, Diderot reçoit la visite de son ami Jean-Jacques Rousseau qui, en chemin, a eu la fameuse illumination qui l’amènera à écrire, sans doute avec l’aide de Diderot, son Discours sur les sciences et les arts. Cette expérience de la prison sera très marquante pour Diderot, qui prendra soin de ne pas toujours publier la totalité de ses ouvrages et dont de nombreux ouvrages connaîtront une publication posthume. Anne Sculfort dans 24 juillet 1749 : Diderot est emprisonné au château de Vincennes

Enregistrer


Vous aimerez aussi...