La justice des partisans à propos du livre de Sergio Luzzatto, Partigia. Primo Levi, la Résistance et la mémoire

a14388À partir d’un « événement infime », l’exécution de deux traîtres de la vallée d’Aoste en 1943, Sergio Luzzatto livre une vaste fresque d’histoire et de mémoire de la Résistance, sur fond de chasse aux Juifs, de délation, et de guerre civile.
Recensé : Sergio Luzzatto, Partigia. Primo Levi, la Résistance et la mémoire, Paris, Gallimard, 2016, 457 p.,.

L’histoire est une enquête et un récit où se croisent, comme dans les œuvres de fiction, les parcours de personnages multiples dans un entremêlement d’événements et de destins, dont les traces visibles et invisibles façonnent la mémoire des êtres, des lieux et des sociétés. Avec une part de subjectivité assumée, l’historien se fait narrateur, voire metteur en scène.C’est dans cet esprit que Sergio Luzzatto, professeur d’histoire moderne à l’université de Turin, connu pour ses nombreux écrits sur la Terreur et le fascisme italien, entreprend de démêler les fils humains et politiques d’une intrigue historique, à partir d’un point énigmatique des écrits de Primo Levi faisant allusion, dans son livre le plus autobiographique – Le Système périodique –, à la condamnation de deux partisans de la vallée d’Aoste, Zabaldano et Oppezzo, exécutés en vertu des usages de la justice partisane, qui entend faire respecter sa loi contre tous les débordements susceptibles de menacer le groupe…

Pour en savoir plus voir le billet publié par Alya Aglan , le 6 février 2017 sur le site La vie des idées

Présentation du livre paru le 2 juin 2016 – «Nous avions faim et froid, nous étions les partisans les plus désarmés du Piémont et, probablement, les plus démunis […] Nous manquions d’hommes capables, et étions au contraire submergés par un déluge de gens disqualifiés, de bonne foi et de mauvaise foi, qui arrivaient de la plaine à la recherche d’une organisation inexistante.» Ces quelques lignes du Système périodique révèlent un Primo Levi à la fois peu disert et très sévère sur les trois mois qu’il passa dans le maquis, à l’automne 1943. La chute était logique et plus encore, «conforme à la justice» : «Nous nous étions trouvés obligés en conscience d’exécuter une condamnation et nous l’avions fait, mais nous en étions sortis démolis, démoralisés, désireux de voir tout finir et de finir nous-mêmes.»

Les deux résistants exécutés pour espionnage étaient innocents ; aujourd’hui, leur souvenir est entretenu comme «victimes du fascisme» sur le monument commémoratif à Turin. Le vrai mouchard sera condamné à la Libération, sur la base notamment du témoignage de Primo Levi, de retour d’Auschwitz. Levi avait échappé, le jour de son arrestation le 13 décembre 1943, à l’exécution immédiate en se déclarant juif et non pas partisan.

Tout l’enjeu de l’éblouissante réflexion de Sergio Luzzatto est de nous restituer la tension entre deux martyrologes, celui de la Résistance et celui de la déportation. Cette tension traversait l’existence de Primo Levi, quand il dénonçait tantôt au nom de son expérience de partisan les remontées néofascistes ou, au nom des déportés raciaux, les offensives du négationnisme contre les camps de la mort. Une fois encore, l’historien nous conduit fortement sur son territoire de prédilection : comment une démocratie peut-elle célébrer unanimement ceux qui la sauvèrent grâce au dissensus ?

Enregistrer


Vous aimerez aussi...