Casabianda en 1955 par Louise Hervieux

Louise Hervieux a publié en 1955 : Je sors de leurs prisons aux éditions du Centurion : une enquête sur l’univers carcéral et sur la Réforme pénitentiaire lancée en 1945 par Paul Amor. Cet ouvrage n’a pas eu le succès de Prisons 53 de Georges Arnaud, édité deux ans auparavant. Pourtant cet ouvrage offre des descriptions précises du « régime progressif » en vigueur dans la prison d’Ensisheim, une évaluation du Centre National d’Orientation de Fresnes et deux pages sur la « prison ouverte » de Casabianda en Corse ( pages 121-122).

« En juin 1948 commença une expérience qui avait déjà été tentée au même endroit sous l’Empire et s’était soldée par un échec. Cette fois, grâce à la qualité des hommes qui en ont été chargés et au choix des détenus – guidé par un triage très sévère – le résultat est très nettement positif.
Bordé d’un côté par une plage longue de huit kilomètres et de l’autre par la route nationale, ombragé par une forêt littorale, un domaine de mille huit cents hectares a été repris par l’Administration Pénitentiaire. Celle-ci y a d’abord installé, à titre d’essai, des prisonniers arrêtés pour collaboration. Comme on pouvait s’y attendre, appliquée à des gens qui ne faisaient nullement partie de la pègre, l’expérience fut un succès. Mais elle ne prouvait rien concernant les prisonniers de droit commun.
Elle est maintenant tentée sur ceux-ci.
Un grand travail de réfection a été immédiatement réalisé par les prisonniers eux-mêmes. Après avoir remis à neuf les bâtiments délabrés, installé l’eau et l’électricité, ils ont creusé des chemins et construit des ponts. Puis, alors que cent quinze hectares seulement étaient exploités, les équipes, dotées de tout le matériel agricole moderne nécessaire, ont défriché et ensemencé un terrain de cinq cents vingt-cinq hectares. Le pénitencier alimente maintenant en céréales et en légumes toutes les maisons d’arrêt de l’île. Des étables ont été aménagées dans le même but.
Sur une population de deux cent cinquante détenus, deux cents à peu près quittent les bâtiments du centre, en camion ou à pied, vers le lieu de leur travail, c’est-à-dire, pour ceux qui sont employés à l’extrémité du chantier, à 7 ou 8 kilomètres. Il y a seulement dix surveillants qui, parcourant le domaine en jeep, font les contre-appels.
La nuit, les détenus dorment dans des baraques qui n’ont ni serrures, ni barreaux ; évidemment, le domaine n’étant entouré d’aucun mur, on n’y place que des hommes à qui on juge pouvoir faire confiance. En quatre ans, on a enregistré seulement quatorze évasions. ; tous les fuyards ont été repris et envoyés dans une centrale du continent.. Les pensionnaires du pénitencier sont pourtant, pour la plupart, des condamnés à de longues peines de travaux forcés : ils ont compris que, plutôt que de tenter une évasion vouée à l’échec, et au lieu de vivre « dans le décor » une vie traquée, il est préférable de purger ici la peine, se baignant librement l’été, pêchant dans les cours d’eau qui traversent le domaine et cultivant le petit jardin mis à leur disposition de chacun pour améliorer son ordinaire. L’église du village se trouve à deux kilomètres. Les catholiques s’y rendent en groupe pendant que les autres lisent ou jouent aux boules. »