Dans « Marthe Richard », Clémentine Célarié excelle en républicaine courageuse, battante et mystérieuse

Rappel historique : Le 13 avril 1946, la loi Marthe Richard abolissait une institution : le bordel. C’est la fin d’un système datant de 1804 qui donnait une existence légale aux maisons closes, cachant les prostituées pour préserver la morale, à l’ère de la bourgeoisie triomphante. Cette loi a rendu la prostitution moins visible, sans la supprimer.

marthe-richard-affiche_410649_15619Synopsis : A la Libération, Marthe Richard est auréolée de sa réputation, peut-être usurpée, d’espionne et d’héroïne combattante des deux guerres. Élue conseillère dans le IVe arrondissement de Paris, elle prend la tête, sans l’avoir vraiment voulu, du combat pour la fermeture des maisons closes. A ce titre, elle affronte monsieur Victor, le patron officieux du syndicat des propriétaires de maisons closes. Une jeune prostituée, Mathilde, qui rappelle à Marthe sa jeunesse difficile, se retrouve au coeur du conflit qui les oppose. Parallèlement, l’inspecteur Delorme est chargé d’enquêter sur le passé de l’égérie, qui pourrait avoir beaucoup menti et beaucoup inventé.

Marthe Richard une figure d’exception ?

Marthe Richard une figure d’exception ?

Le nom de Marthe Richard est aujourd’hui attaché presque exclusivement à la fermeture des maisons closes, fermeture dont quelques nostalgiques égrillards à la Alphonse Boudard tentent régulièrement de nous faire croire qu’elle a provoqué la mort d’un petit paradis. On s’attendait donc à une évocation émue et manichéenne de ce légitime combat, comme le furent L’Abolition, pour la peine de mort, ou Le Procès de Bobigny, pour le droit à l’avortement.

Eh bien, non : Thierry Binisti et ses scénaristes surprennent par un parti pris qui fait tout l’intérêt du film. Seule les intéressent la personnalité trouble de Marthe Richard, avorteuse pendant la guerre, grenouillant tant avec les résistants qu’avec les collabos, espionne ayant elle-même très largement romancé ses exploits, politicienne opportuniste, sans doute ancienne prostituée et incontestablement mythomane.

Le film se resserre très vite sur son combat avec l’inspecteur Delarue (devenu Delorme dans le film), qui se fit aux lendemains de la guerre une spécialité de remettre à leur place certaines fausses gloires de la Résistance. L’image donnée de la Libération et de l’épuration est à la fois cruelle et audacieuse. Cette vision iconoclaste étonne et réjouit. Dommage que l’ambiguïté passionnante du propos soit relayée par une mise en scène dont l’académisme reste imperturbable. — Source : Hubert Prolongeau – Critique du 02/03/2013 dans Télérama

Les grandes dates de la prostitution en France depuis le 19e siècle

1804 : mise en place du système de la tolérance. Un arrêté préfectoral prévoit que les pensionnaires des maisons seront examinées par un médecin deux fois par mois. Les tenanciers sont souvent utilisés comme indics.

1926 : la ville de Strasbourg décide de fermer ses bordels, suivie quatre ans plus tard par Grenoble.

1940 : le gouvernement de Vichy accorde un statut aux tenanciers des maisons closes qui se montrent à leur tour très accueillants avec l’occupant allemand et contrôlent le marché noir.

13 avril 1946 : la loi Marthe Richard consacre la fermeture des maisons de tolérance.

1949 : l’ONU adopte la convention internationale pour la « répression de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui ». Son article 6 interdit théoriquement toute légalisation de la prostitution.

1951 : le sénateur de la Gironde Jean Durand fait une première demande officielle de réouverture des « maisons ». Michèle Barzach (RPR) en 1990 et Françoise de Panafieu (UMP) en 2002 relancent le débat et provoquent un tollé.

1958 : le délit de racolage (prévu par la loi de 1946) est abrogé et devient une contravention.

1960 : la France ratifie la convention de l’ONU et supprime le « fichier sanitaire ».

1975 : des prostituées obtiennent la fin du fichage policier qui permettait les contrôles sanitaires après avoir occupé des églises.

1989 : la chute du mur de Berlin marque le début d’une explosion de la prostitution venue d’Europe de l’Est.

2003 : la loi sur la sécurité intérieure de Nicolas Sarkozy entre en vigueur. Rétablissant le délit de racolage public « actif » et « passif ». Cette loi est très décriée par les prostituées et les associations abolitionnistes. Source : Le Monde

Marthe Richard L'aventurière des maisons closes

Une biographie de référence pour les soixante-dix ans de la fermeture des maisons closes

Parution du livre en février 2016 – Elle a laissé son nom à la loi de 1946 fermant les maisons closes, mais c’est son destin qui a fait de Marthe Richard une figure d’exception.

Adolescente prostituée au tournant du siècle, devenue pionnière de l’aviation et espionne en 14-18 (à défaut de pouvoir participer à l’effort de guerre en tant qu’aviatrice), elle est élevée au rang d’héroïne nationale dans les années 1930. Et se gardera bien, durant l’Occupation, de prendre parti entre collaboration et résistance, jouant sur les deux tableaux, avant de se lancer en politique à la Libération.

Portée par la grande Histoire et les rencontres opportunes tout autant que par une conscience aiguë de ses intérêts, Marthe Richard (1889-1982) a taillé elle-même sa légende. Quitte, parfois, à travestir un peu la réalité…

Natacha Henry brosse ici un portrait sensible et flamboyant d’une aventurière qui n’a reculé devant rien pour faire de sa vie le plus éblouissant des romans. Vidéo : Marthe Richard, l’aventurière des maisons closes

Auteure : Natacha Henry

Postface de : Christophe Betenfeld

Éditions Vuibert

Clémentine Célarié ou la vie en liberté

Clémentine Célarié ou la vie en liberté

Clémen­tine Céla­rié, de son vrai prénom Meryem, naît le 12 octobre 1957 à Dakar au Séné­gal. Son père, André Céla­rié, est jour­na­liste radio et la famille passe plusieurs années en Afrique au gré de ses affec­ta­tions. Aînée de la fratrie, Meryem a deux frères; Laurent et Loïc. Après le Séné­gal, ses parents s’installent au Came­roun, puis au Congo avant d’emmé­na­ger au Gabon. A 13 ans, elle est renvoyée du collège de Libre­ville suite à une alter­ca­tion avec un élève, et envoyée en pension dans une insti­tu­tion reli­gieuse à Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines. Elle a 16 ans lorsque toute la famille revient vivre en France, et pose ses valises à Lille où son père est nommé profes­seur à l’Ecole Supé­rieure de Jour­na­lisme. Au lycée, elle découvre le théâtre grâce à son profes­seur de français. Avide de décou­vertes, son bac en poche, elle passe une année aux États-Unis, à India­na­po­lis, dans une famille d’accueil.

A son retour, rattra­pée par sa fibre artis­tique, elle se présente au Conser­va­toire natio­nal d’art drama­tique mais échoue au concours d’entrée en 1977. Elle commence alors une carrière d’anima­trice sur une chaîne de Radio France, Radio 7, et troque son prénom pour celui de Clémen­tine à la demande de son direc­teur, Patrick Meyer. Elle anime Matin Bleu, puis la station lui confie ensuite l’émis­sion Régime sensuel diffu­sée la nuit. En 1983, l’aspi­rante comé­dienne débute au cinéma dans Garçon ! de Claude Sautet. Deux ans plus tard, elle est révé­lée dans le film de Jean-Jacques Beiniex, 37°2 le matin qui lui vaut une nomi­na­tion au César de la meilleure actrice dans un second rôle. Elle enchaîne alors les comé­dies à la fin des années 80 (La vie disso­lue de Gérard Floque, Le complexe du kangou­rou..) et reçoit une nouvelle nomi­na­tion au César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Nocturne indien d’Alain Corneau en 1989. Durant la décen­nie 90, elle alterne les rôles au cinéma (Les braqueuses, Les soeurs soleil…) et à la télé­vi­sion (La femme d’un seul homme, Les coque­li­cots sont reve­nus…).

Clémen­tine Céla­rié rencontre égale­ment un grand succès sur les planches, notam­ment avec la pièce Madame sans gêne qui lui permet d’obte­nir une nomi­na­tion au Molière de la meilleure comé­dienne en 2001. En 2005, elle ajoute une corde à son arc et se produit dans un one-woman show, Madame sans chaînes au Café de la gare à Paris. Elle colla­bore à plusieurs reprises avec le metteur en scène Eric-Emma­nuel Schmitt, dans La tecto­nique des senti­ments (2008) ou plus récem­ment dans Vingt-quatre heures de la vie d’une femme (2015).

Artiste complète, Clémen­tine Céla­rié voue une passion à la musique et monte son premier spec­tacle musi­cal en 1988, Flamme n’co. En 1996, elle publie son premier album Pas l’âme d’une dame, et dix ans plus tard, invite ses fils à parti­ci­per à l’album Family Groove. En 2011, la famille musi­cienne pour­suit l’aven­ture sur scène avec le spec­tacle Groo2ve lors du Festi­val d’Avignon.

La comé­dienne revient régu­liè­re­ment sur le petit écran. En 2011, elle reçoit le prix d’inter­pré­ta­tion au Festi­val de La Rochelle pour J‘ai peur d’oublier. Elle appa­raît dans les séries R.I.S PoliceScien­ti­fique sur TF1 et Vestiaires sur France 2 et tourne de nombreux télé­films (Meurtre à Roca­ma­dour, Les yeux ouverts). En mars 2016, la pétillante actrice incarne une avocate dans une nouvelle série diffu­sée sur France 2, Lebo­witz contre Lebo­witz.

Coté vie privée, Clémen­tine Céla­rié est la mère de trois garçons; Abra­ham Diallo né de son union avec un musi­cien guinéen, et Gustave et Baltha­zar tous deux issus de son union avec le réali­sa­teur belge Chris­tophe Reichert. Source : Gala


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search