Guy Georges, « le tueur de l’Est parisien »

Affaires sensibles lundi 6 février 2017 par Fabrice Drouelle

De 1991 à 1997, Guy Georges tue sept femmes à Paris. La plupart, dans l’est de la capitale, d’où son surnom.

De 1991 à 1997, Guy Georges tue sept femmes à Paris. La plupart, dans l’est de la capitale, d’où son surnom. Pendant toutes ces années, les policiers du 36 quai des orfèvres vont chercher, enquêter, buter… jusqu’au traumatisme professionnel.

Les Français eux, découvrent la figure du serial killer, qu’ils pensaient réservée aux États-Unis, et une sorte de psychose collective, auto-alimentée, gagne la capitale et le pays tout entier. Pendant plusieurs mois, les policiers traquent ce tueur qu’ils ne parviennent pas à identifier. Ils disposent d’un ADN commun retrouvé sur plusieurs victimes, mais impossible de mettre un nom sur « le tueur de l’Est parisien ».

Qui est-il ? Où est-il ? Les deux questions de base auxquelles tout policier qui ne trouve pas de réponse, est un policier en échec. (Photographie à la une : Guy Georges surnommé le « tueur de l’est parisien »s’entretient avec son avocat, le 19 mars 2001 © AFP / JACK GUEZ)

L’invité de l’émission :

Pour revenir sur les difficultés de l’enquête, notre invité est Frédéric Tellier, réalisateur du film L’affaires SK1, qui retrace l’histoire de la traque de Guy Georges.

Pour en savoir plus voir le billet publié par Affaires sensibles sur le site de France Inter

 

Synopsis – En 1991, Franck Magne, un inspecteur du Quai des Orfèvres, est responsable d’une enquête sur l’assassinat d’une jeune fille. Très vite, d’autres cas similaires s’accumulent. Magne comprend vite que les meurtres sont l’oeuvre d’une seule et même personne. Bougon, son supérieur, lui conseille de ne pas trop s’impliquer. Trop tard : Magne n’a de cesse de débusquer l’assassin, jusqu’à mettre à mal sa vie de famille. D’énormes effectifs sont déployés pour traquer le monstre qui est finalement arrêté. Magne croise sur sa route Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre la personnalité du meurtrier…

On est vite englouti comme au fond d’un puits poisseux. L’affaire est si lourde qu’elle finira par porter un nom de code, SK1, pour « serial killer no 1 », alias Guy Georges, le violeur et tueur de l’Est parisien, condamné en 2001. Pour la relater, le cinéaste entremêle deux trames : celle du procès, où l’on suit le travail de l’avocate (Nathalie Baye) ; et celle de l’enquête, huit ans durant lesquels les policiers du 36, quai des Orfèvres se perdent dans des forêts d’indices, s’enlisent dans des fausses pistes. Franck Magne (Raphaël Personnaz), hanté par cette affaire, est l’un des rares flics à faire les bons recoupements…

A travers ce personnage se joue une interrogation autour du mal. D’où vient-il ? Qui touche-t-il ? Qui épargne-t-il ? Le film fait penser à un Zodiac à la française. Le mystère en moins, l’humanité en plus. Le réalisateur privilégie la reconstitution méthodique sans que jamais la tension ne faiblisse. Efficace et sobre, sa mise en scène se veut respectueuse de tous, aux dépens, parfois, d’un point de vue personnel. Heureusement, les acteurs assurent. Avec une mention spéciale à Adama Niane qui, dans le rôle du prédateur, avance sur le fil et parvient in extremis à être émouvant. — Jacques Morice – Critique du 16/01/2016 dans Télérama


Vous aimerez aussi...