Le docteur Vingtrinier et les mineurs de justice

Le docteur Arthus Barthélémy Vingtrinier (1796-1872), médecin-chef des prisons à Rouen, écrivait en 1840 : « Le gouvernement ferait bien de créer, plutôt que des prisons […] des ateliers […]. Mais l’opinion est aujourd’hui qu’il faut détruire la cause des crimes dans les prisons plutôt qu’ailleurs, plutôt que là où elle est réellement ». Ce philanthrope, connu des spécialistes de l’histoire pénale, ne partageait pas l’enthousiasme de ses contemporains pour les emprisonnements cellulaires de mineurs dans la prison de La Petite Roquette. Il exprima de vives réticences à l’égard des colonies pénitentiaires d’enfants et devint « l’ardent défenseur » des placements en apprentissage de jeunes délinquants, en lieu et place de leur incarcération. Ce dispositif de dépénalisation avait été inauguré par une circulaire du Comte d’Argout, ministre du Commerce et des Travaux publics, en date du 3 décembre 1832. Les arguments du « bon docteur », comme le surnomme Christian Carlier, méritent attention. Ils doivent être analysés, en tenant compte des pratiques et expérimentations carcérales qu’il eut à connaître, et parfois à combattre, à Rouen. […]

Lire la suite de cet article de Jean-Claude Vimont sur Criminocorpus



Citer ce billet
Marc Renneville (2010, 1 décembre). Le docteur Vingtrinier et les mineurs de justice. Criminocorpus. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nczd

1 réponse

  1. 5 décembre 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by le droit a la parole, criminocorpus. criminocorpus said: Le docteur Vingtrinier (médecin-chef des prisons de Rouen) et les mineurs de justice. Un nouvel article en ligne… http://fb.me/FrjxpA4V […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search