Les débuts de l’affaire Violette Nozière (2/3)

Quand Aragon dénonce « le caractère de classe de la justice bourgeoise, de la police, de la presse » dans l’affaire Violette Nozière

En 1933, un journaliste de L’Humanité se passionne pour l’affaire de parricide qui secoue la France : Louis Aragon. Le surréaliste y voit le symbole d’une société bourgeoise profondément inégalitaire. Second volet de notre cycle sur l’affaire Violette Nozière : le crime et l’emballement médiatique. Photographie à la une bande défilante :  L’affaire Violette Nozière, 1933

Été 1933, ce qui n’est encore qu’un banal fait divers fait son apparition dans les journaux : un cheminot et sa femme ont été trouvés agonisants dans leur petit appartement de la rue de Madagascar, près de la gare de Lyon. Leur fille, une lycéenne de dix-huit ans, témoigne. Elle dit avoir découvert ses parents intoxiqués après une fuite de gaz. Le père meurt pendant son transfert à l’hôpital, la mère est grièvement atteinte.

Dans L’Humanité, un court article non signé paraît :

« L’affaire reste très mystérieuse. S’agit-il d’un simple accident dû à une fuite de gaz ? Mais alors, d’où proviennent les blessures des victimes ? Un suicide ? Un crime ? Rien ne permet encore de l’affirmer. » …

Pour en savoir plus voir le billet publié le 8 février 2017 sur le site retronews


Vous aimerez aussi...