Les débuts de l’affaire Violette Nozière (2/3)

Quand Aragon dénonce “le caractère de classe de la justice bourgeoise, de la police, de la presse” dans l’affaire Violette Nozière

En 1933, un journaliste de L’Humanité se passionne pour l’affaire de parricide qui secoue la France : Louis Aragon. Le surréaliste y voit le symbole d’une société bourgeoise profondément inégalitaire. Second volet de notre cycle sur l’affaire Violette Nozière : le crime et l’emballement médiatique. Photographie à la une bande défilante :  L’affaire Violette Nozière, 1933

Été 1933, ce qui n’est encore qu’un banal fait divers fait son apparition dans les journaux : un cheminot et sa femme ont été trouvés agonisants dans leur petit appartement de la rue de Madagascar, près de la gare de Lyon. Leur fille, une lycéenne de dix-huit ans, témoigne. Elle dit avoir découvert ses parents intoxiqués après une fuite de gaz. Le père meurt pendant son transfert à l’hôpital, la mère est grièvement atteinte.

Dans L’Humanité, un court article non signé paraît :

“L’affaire reste très mystérieuse. S’agit-il d’un simple accident dû à une fuite de gaz ? Mais alors, d’où proviennent les blessures des victimes ? Un suicide ? Un crime ? Rien ne permet encore de l’affirmer.” …

Pour en savoir plus voir le billet publié le 8 février 2017 sur le site retronews


Vous aimerez aussi...