La gendarmerie face à l’insurrection de Bab el-Oued en mars 1962

Pont du Rach Bâ, sur la route de Baria au cap Saint-Jacques, détruit en août 1950 par le Viêt-Minh et inspecté par les sapeurs du 71e bataillon du génie avant sa reconstruction

La gendarmerie, essentiellement la gendarmerie mobile, est une composante majeure des forces de l’ordre engagées lors de l’insurrection de Bab el-Oued du 23 au 29 mars 1962. Plusieurs escadrons ont participé aux combats de rue qui se sont concentrés dans l’après-midi du 23 mars. Du 23 au soir au 29 mars au matin, les gendarmes ont assuré avec les CRS le bouclage, les perquisitions et les rafles massives organisés dans le quartier. Ce soulèvement est le dernier exemple de guerre de rues de l’histoire contemporaine française. Il marque aussi la fin de l’espoir de l’OAS de rallier à elle l’armée pour sauvegarder l’Algérie française. Photographie à la une bande défilante : l’insurrection de Bab el-Oued en mars 1962

Plan

Benoît Haberbusch : Docteur en histoire, il est chargé d’études au bureau gendarmerie de la division études et enseignement du Service historique de la Défense. En 2012, il a publié Les gendarmes face au crime durant l’entre-deux-guerres. Il est, par ailleurs, rédacteur en chef de la revue Histoire et patrimoine des gendarmes.

Pour lire l’intégralité de cet article p. 54-65 268 | 2012 : Insurrection, contre-insurrection voir le billet publié sur le site rha.revues

Enregistrer


Vous aimerez aussi...