Collaboration horizontale : récit d’un amour interdit sous l’Occupation nazie

Si l’Occupation a maintes fois été abordée en bande dessinée, le sort des femmes qui ont eu le malheur d’avoir des relations intimes avec des soldats allemands avait jusqu’à présent été peu évoqué ; sauf à travers les scènes terribles de Françaises tondues à la Libération. Avec Collaboration horizontale, Navie et Carole Maurel viennent combler un vide en signant un album touchant bien qu’inabouti.

Collaboration horizontale. Le terme est aussi froid qu’explicite. C’est par ces mots que l’on désigne l’attitude des femmes qui ont eu des relations sexuelles avec des soldats allemands durant l’Occupation. Opportunisme ? Collaboration active ? Histoire d’amour ? A la Libération, peu importaient les raisons qui étaient à l’origine de ces rapports interdits. Coucher avec un « Boche » ne pouvait en aucun cas se justifier. Environ 20 000 femmes ont ainsi été tondues, en France, en général par des maquisards ou des membres des F.F.I. Ce triste épisode de l’épuration – rappelons que le fait d’avoir des relations sexuelles avec des soldats ennemis n’était en aucun cas interdit par un quelconque texte législatif ou réglementaire – est abordé dans les dernières pages de Collaboration horizontale. Une scène poignante au terme de laquelle le lecteur est partagé entre dégoût de tant de haine, et colère devant la lâcheté de celles et ceux qui auraient pu empêcher un tel affront. Précisons que le sort peu enviable réservé aux « enfants de Boches » est quant à lui au cœur de L’Enfant maudit, de Laurent Galandon et Arno Monin (Grand angle, 2 tomes, 2009-2012)…

Pour en savoir plus voir le billet publié par Philippe Peter fév 16, 2017 sur le site de Cases d’Histoire


Vous aimerez aussi...