Quel avenir pour la prison panoptique de Niort ?

La maison d’arrêt de Niort, mise en service en 1853, est de type “panoptique”, c’est à dire qu’elle est amménagée de telle sorte que le surveillant puisse voir chaque détenu dans sa cellule sans être vu lui-même. Elle est située en centre-ville, et est accolée au tribunal de grande instance de Niort.

L’établissement a été classé au registre des monuments historiques en 1987, elle est l’oeuvre de Pierre Théophile Segretain ( 1798-1864) qui l’a bâti sur les plans de l’ancienne prison de Philadelphie (image ci-dessous).

Fermeture de la prison : la riposte des surveillants

Plusieurs chantiers coûteux de remises aux normes se sont succédé ces dernières années dans la vieille prison niortaise. Elle devrait quand même fermer dans cinq ans.
Les surveillants s’insurgent contre la fermeture de la maison d’arrêt de Niort. Sa rénovation a coûté cher et elle remplit parfaitement son rôle, affirment-ils.
Le couperet est tombé la semaine dernière sur la maison d’arrêt de Niort, condamnée à fermer en 2015. Ce n’est pas vraiment une surprise pour le personnel de cet établissement, qui redoutait cette mesure. Les surveillants, au nombre d’une trentaine, ne comptent pas baisser les bras pour autant. 
Les syndicats FO et Ufap ont ainsi sollicité hier le soutien des parlementaires des Deux-Sèvres et de la présidente du conseil régional, Ségolène Royal : « Nous leur demandons de venir visiter l’établissement et constater que la décision de le fermer est totalement incohérente », explique Thomas Thiéfine, représentant FO du personnel. Les deux syndicats défendent clairement le maintien en activité de la prison niortaise.
« Le ministère a dépensé des centaines de milliers d’euros pour remettre l’établissement aux normes, explique Thomas Thiéfine : la sécurité incendie, les cuisines, la vidéosurveillance, un atelier pour la fabrication des brosses. On termine tout juste la rénovation des douches ! » Selon l’Ufap, la construction de l’atelier a coûté 300.000 € et le chantier des douches 160.000 €. « Et maintenant on ferme ? C’est complètement aberrant, reprend Thomas Thiefine : Cette prison pourrait encore servir pendant deux cents ans. »

Conditions de travail idéales

D’autant que le problème de surpopulation, qui a longtemps été la plaie de l’établissement niortais, a été jugulé : 70 à 75 détenus occupent actuellement la soixantaine de cellules, contre des pics à 120 il y a encore deux ans.

« Les conditions de travail sont idéales, plaide encore Thomas Thiefine : la conception en arc de cercle nous permet, en cas d’incident, d’accéder à n’importe quelle cellule en trente secondes maximum. » Et des incidents, précisément, il y en a peu dans cette petite prison de centre-ville : « Pas d’agression, pas de suicide ces dernières années ». Pour le représentant FO, la fermeture de la prison de Niort relève d’une annonce politique : « La ministre Michèle Alliot-Marie ne sait sans doute pas à quoi ressemble cette maison d’arrêt ». Elle aussi est invitée.
(reproduction de l’article de Sébastien Kerouanton dans la Nouvelle République)
Sources :
www.niort.maville.com/actu/actudet_-Fermeture-de-la-prison-la-riposte-des-surveillants-_dep-1464629_actu.Htm


3 réponses

  1. Véronique D dit :

    Juste ce petit mot pour vous signaler que le nom de l'architecte est mal écrit dans l'article. Il s'agit de Pierre Théophile Segretain (1798-1864), architecte départemental, qui a aussi réalisé le palais de justice et la préfecture (bâtiment central avant ses agrandissements) de Niort.

  2. J-CV dit :

    Une correction est intervenue ( merci)

  3. Anonymous dit :

    Les gardiens de cette ma sont des peureux .. et je vous rassure si vous avez un soucis il ne sont Pas la en 30 seconde , de plus les cellules son vetuste et nos amis cafard si sente bien , a bonne entendeur