Charlotte de Turckheim endosse les tristes robes de « Maman Brun » dans l’Affaire Finaly

Rappel historique : France 2 diffusa Une enfance volée : l’affaire Finaly, téléfilm de Fabrice Genestal (2008) avec Charlotte de Turckheim et Pierre Cassignard. L’histoire de Robert et Gérald Finaly, deux enfants juifs cachés pendant l’Occupation par un réseau catholique dont est membre Mlle Antoinette Brun. A la libération, et pendant des années, Mme Brun refusa de rendre à la famille Finaly ces enfants Juifs devenus orphelins par la Shoah (Holocaust), et qu’elle fit baptiser. Une histoire médiatisée qui suscita une vive polémique notamment en France et se dénoua en 1953 par la remise de ces deux frères à leur famille vivant en Israël. Toute l’Histoire diffusera le 26 octobre 2015 L’extravagante histoire des enfants Finaly : « Le 28 juin 1953, deux enfants de 11 et 12 ans rentrent en France après avoir traversé la frontière espagnole. Ils se nomment Robert et Gérald Finaly. Leur retour met fin à une affaire qui a déchiré l’opinion publique et a menacé les relations entre l’Eglise et la communauté juive. Une affaire qui a tenu en haleine la France des années 50″…

SYNOPSIS ET DÉTAILS ; Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux enfants juifs, Robert et Gérald Finaly, sont confiés à Antoinette Brun, résistante, mère adoptive de plusieurs enfants juifs. Leurs parents ont été déportés et sont morts dans un camp de concentration. A la fin de la guerre, leur tante réclame les orphelins. Mais Antoinette Brun refuse de les lui rendre. Les ayant baptisés, convertis et élevés dans la religion catholique, elle s’en remet à l’autorité et au jugement de l’Eglise.

L’Eglise de France et les enfants juifs : des missions vaticanes à l’affaire Finaly (1944-1953)

Responsable(s) : Catherine Poujol

PUF , Paris (avril 2013)

Février 1944, Grenoble. Mlle Brun, directrice de crèche, se voit confier deux enfants juifs, Robert et Gérald Finaly, à la suite de l’arrestation et du départ en déportation de leurs parents. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, les tantes des deux enfants parviennent à retrouver leur trace et, découvrant leur statut d’orphelins, manifestent le désir de reprendre auprès d’elles leurs neveux. Mlle Brun, qui a caché et fait baptiser les enfants, est inflexible : elle ne veut pas les rendre et dénie aux tantes tout droit à leur revendication. Eclate alors une bataille sans nom où tous les coups sont joués. Il faut, pour la famille, se résoudre à saisir la justice afin d’obtenir que les deux orphelins ne soient plus maintenus dans un abandon contre nature. Cette bataille va durer huit ans. Avec les années qui voient les oppositions et les obstacles s’accumuler devant les démarches de la famille, l’affaire, entre toutes banale en février 1945, quitte la sphère privée et locale pour occuper le devant de la scène et remuer l’opinion publique. S’y affrontent, en 1953, les autorités judiciaires, les gouvernements français et espagnol, le Vatican ainsi que deux communautés religieuses, l’une catholique, l’autre israélite. Au travers de cette  » affaire Finaly « , s’est rejouée, un demi-siècle après l’affaire Dreyfus, une vieille querelle qui a contribué à façonner la trame culturelle de l’Europe : une tradition d’antijudaïsme au sein de l’Eglise catholique.

  • Éditeur : Fayard (12 avril 2006)
  • Collection : LITT.GENE.
Germain Latour, avocat au barreau de Paris, a publié, 1983, Légitime défense ou les bas-fonds de la peur aux Editions Le Sycomore.

Anne-Char­lotte de Turck­heim voit le jour le 5 avril 1955 à Monte­reau-Fault-Yvonne, en Seine-et-Marne. Fille du baron Arnaud de Turck­heim, chef d’entre­prise, et de Françoise Husson, elle est issue de la noblesse protes­tante alsa­cienne. Entou­rée de ses trois frères et soeurs, elle gran­dit dans le 16e arron­dis­se­ment de Paris et reçoit une éduca­tion stricte. Elle parti­cipe à son premier rallye à 13 ans et apprend la valse. Mais en 1968, le divorce de ses parents sème un vent de liberté sur la fratrie. Pendant dix ans, Anne-Char­lotte ne voit pas beau­coup son père. Sa mère fait l’acqui­si­tion d’une maison près de Saint-Rémy-de-Provence et la famille s’y installe. Adoles­cente, Anne-Char­lotte s’affran­chit des inter­dits de son enfance pour partir à l’aven­ture et s’envole pour la Colom­bie rejoindre sa corres­pon­dante. Elle rencontre un jeune révo­lu­tion­naire et s’embarque avec lui sur les routes du pays. C’est son père, qu’elle n’a pas vu depuis quelques années, qui vient la recher­cher.

Son bac en poche, elle s’inscrit à des cours de théâtre malgré le désac­cord de ses parents. Anne-Char­lotte, un brin rebelle, intègre sa première troupe de théâtre; Les éléphants roses. Une rencontre déter­mi­nante lui sert de trem­plin pour la suite de sa carrière; celle de Coluche, qui offi­cie alors sur Europe 1. A l’époque, la carrière de la jeune actrice ne décolle pas malgré deux appa­ri­tions sur les planches (Le bonbon magique, Le troi­sième jumeau). Coluche lui suggère de prendre un pseu­do­nyme. Elle tente Char­lotte Keim mais peu convain­cue, elle choi­sit fina­le­ment de garder sa parti­cule et opte pour Char­lotte de Turckeim. Coluche l’aide à mettre son scène son premier one-woman-show en 1981 et lui permet de rejoindre le casting du film de Claude Berri, Le Maître d’école. 

Durant la décen­nie 80, elle multi­plie les seconds rôles dans des comé­dies (Les babas cool, Les sous-doués en vacances, Chouans!…). En 1990, elle écrit avec Bruno Gaccio son one-woman-show, Une jour­née chez ma mère, et triomphe sur scène. Le spec­tacle, adapté au cinéma par Domi­nique Chemi­nal en 1992, la révèle au grand public. En 1999, elle devient Madame le Provi­seur, person­nage prin­ci­pal d’une série télé­vi­sée qui rencontre un vif succès jusqu’en 2004. La même année, elle revient au one-woman-show, toujours avec la compli­cité de Bruno Gaccio, dans On m’a pas prévenue. Paral­lè­le­ment, elle enchaîne les rôles pour la télé­vi­sion; Un été de cani­cule, Clara Shel­ler, La pire semaine de ma vie, Candice Renoir…Au cinéma, elle renoue avec le succès avec la comé­die de Pascale Pouza­doux, La Croi­sière, en 2011. En 2014, elle inter­prète une ex-hippie dans Avis de Mistral et donne la réplique à Jean Reno.

Char­lotte de Turck­heim concré­tise son rêve de deve­nir réali­sa­trice et passe derrière la caméra en 1999 avec Mon père, ma mère, mes frères et mes soeurs. Elle puise dans sa propre histoire l’inspi­ra­tion pour écrire ses films et n’hésite pas bros­ser une cari­ca­ture de son milieu d’origine dans Les Aris­tos en 2006, et à évoquer le rapport au corps dans Mince alors! en 2012. En 2015, elle s’attèle à la réali­sa­tion d’un nouveau long-métrage baptisé Qui c’est les plus forts?, avec Audrey Lamy et Alice Pol.

Côté vie privée, adoles­cente, Char­lotte de Turck­heim vit une idylle avec Jean-Chris­tophe Camba­dé­lis, fils d’un couple d’amis de ses parents. Elle a 20 ans lorsqu’elle se marie avec Jean-Noël Fenwick. Le couple se sépare après quelques années et l’actrice épouse en secondes noces Jean-Marc Piaton. Ensemble, ils fondent une famille avec la nais­sance de leurs trois filles; Julia (née en 1985), Clara (née en 1988) et Johanna (née en 1991). Au milieu des années 90, l’actrice décide de reprendre sa liberté et divorce de Jean-Marc Piaton. Le 31 août 2012, elle célèbre ses noces avec Zaman, un exilé poli­tique afghan, à la mairie d’Eyga­lières, où elle a passé son adoles­cence. Biographie rédigée sur le site de gala.fr


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search