Les prisonniers oubliés de la campagne de Russie

« Vue et perspective de la bataille de la Moskowa… » par le capitaine Tartaras, aide de camp du général Baillet-Latour. 5 septembre 1812

Le 24 juin 1812 et dans les jours qui suivirent, une armée de plus de 500 000 hommes traversait le Niémen dans le but de contraindre la Russie tsariste à se plier à l’ordre que Napoléon Ier voulait imposer au reste de l´Europe. Cinq mois et quelques jours plus tard, par des températures extrêmes, les restes de cette Grande Armée parvenaient non sans peine à s’extraire des rives orientales de la Bérézina. Dans les semaines qui suivirent, une partie des survivants de cette bataille, qui permit l´armée française d´échapper à un encerclement qui lui eût été fatal, devait encore mourir de froid, d´épuisement et de maladie. Combien parmi ceux qui ne regagnèrent pas les rives occidentales du Niémen furent-ils capturés par les Russes ? Quel sort connurent-ils dans la Russie d’Alexandre Ier ? Et quelles traces ont-ils laissées dans les archives et la mémoire collective ? Image à la une bande défilante « Vue et perspective de la bataille de la Moskowa… » par le capitaine Tartaras, aide de camp du général Baillet-Latour. 5 septembre 1812

267 | 2012 : 1812 Les prisonniers oubliés de la campagne de Russie Régis Baty p. 51-59 REVUE HISTORIQUE DES ARMÉES

Régis Baty Docteur en histoire, gendarme, il est chercheur associé à l’Institut d’histoire sociale des Hauts-de-Seine. Germanophone et russophone, il a étudié le destin des Français internés en URSS durant la Seconde Guerre mondiale a commencé à explorer les archives tsaristes sur les prisonniers de la Grande Armée. Il a publié : Tambov, camp soviétique, 1942-1946 (tome 1, publié à compte d’auteur, 2011, 254 pages.)

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de rha.revues.


Vous aimerez aussi...