Sabine Azéma : “La vie et rien d’autre”

“Ils seront des milliers, des centaines de milliers, et les familles dans le désordre de la fin de la guerre espèrent souvent en vain, que l’être aimé a été fait prisonnier et qu’il reviendra. La Croix Rouge est sollicitée, elle fera son possible. Des histoires célèbres et sordides firent les unes des journaux, notamment à propos de cas de poilus devenus fous et amnésiques, dont personne ne pouvait confirmer l’identité. Des familles se battirent pour s’arracher l’un de ces survivants sans identité, et sans avenir. Ailleurs, des familles sans espoir attendaient seulement un jugement, le jugement libérateur, qui a défaut d’un corps à enterrer, d’une tombe à fleurir, mettrait fin du moins à une insoutenable absence, à une attente mortifiante.” sputniknews.

Le corps des disparus durant la Grande Guerre : l … – revue Quasimodo

Synopsis : En 1920, le commandant Dellaplane dirige le bureau chargé d’identifier les grands blessés et les cadavres de la Grande Guerre. Ses services sont sur le point de dégager un convoi sanitaire pris aux derniers jours de la guerre sous l’éboulement d’un tunnel ferroviaire, près de Verdun. Les familles affluent. Parmi elles, deux femmes : Irène, qui recherche son mari, et Alice, en quête de son fiancé. Dellaplane, que hantent véritablement les milliers de morts anonymes qui sont ses compagnons de travail depuis deux ans, se sent attiré par Irène. Dans le même temps commence le travail de sélection du cadavre qui aura l’honneur d’être enterré dans la tombe du soldat inconnu…

Cinq jours de novembre 1920 où vont se heurter, se manquer (mais qui sait ?) Irène, bourgeoise farouche à la recherche de son mari, disparu au front, et le commandant Delaplane, héros obstiné (comme toujours chez Tavernier) qui comptabilise les morts de la boucherie de 14-18 envers et contre sa hiérarchie.

De villages en ruine en usines désaffectées, de tunnels effondrés en hôpitaux provisoires, Tavernier fait un constat de guerre effrayant, mais lance, parallèlement, un hymne vibrant à la vie à travers l’histoire d’amour pudique et fière d’une gazelle et d’un lion fourbu (superbe Noiret, récompensé d’un césar). Un très beau film, à la fois ample et intime, tout en bleu grisé et marron chair (à canon). Critique du 02/04/2011 par Guillemette Odicino dans telerama

“La Vie et Rien d’Autre” – YouTube

La vie et rien d’autre – Bande annonce d’origine – YouTube

Fille d’un avocat, Sabine Azéma passe son enfance et son adolescence à monter des spectacles, avec l’aide de ses deux sœurs et de ses amis. Le bac en poche, elle s’inscrit au cours Périmony avant d’intégrer le Conservatoire – avec pour professeur Antoine Vitez -, tout en donnant des leçons de comédie dans un collège. Distribuée au théâtre dans des rôles de jeune première espiègle, elle interprète la fille de De Funès dans La Valse des toréadors d’Anouilh en 1974. Deux ans plus tard, c’est encore sur un mode comique qu’elle fait ses débuts au cinéma (On aura tout vu de Lautner), même si on la retrouve bientôt au générique du drame La Dentellière.En 1983, La Vie est un roman, dans lequel elle campe une institutrice au tempérament passionné, marque la rencontre de Sabine Azéma avec celui dont elle deviendra la muse, Alain Resnais. Au fil d’une collaboration qui s’étend sur près de trois déc… Lire la suite

Après avoir échoué plusieurs fois à son baccalauréat, Philippe Noiret prend des cours d’art dramatique et entre en 1953 au Théâtre National Populaire dirigé par Jean Vilar. Il y connaît la vie de troupe pendant sept ans, côtoie Gérard Philipe, interprète plus de quarante rôles et y rencontre l’actrice Monique Chaumette, qu’il épousera en 1962. Parallèlement, il forme un duo comique de cabaret avec Jean-Pierre Darras, loin des pièces classiques du TNP.Il tient un premier rôle au cinéma en 1956 dans La Pointe courte d’Agnès Varda, mais doit attendre 1960 pour apparaître à nouveau sur grand écran dans Zazie dans le métro de Louis Malle. Hormis son rôle dans Therese Desqueyroux de Georges Franju en 1962, Philippe Noiret enchaîne des seconds rôles sans percer jusqu’à La Vie de château de Jean-Paul Rappeneau, en 1966. Mais c’est le personnage de paysan rêveur et bucolique d’Alexandre le Bienhe… Lire la suite


Vous aimerez aussi...