Criminels sans frontières

Au début du XXe siècle, apaches, hooligans et mafiosi « envahissent » l’Amérique du Sud. Diego Galeano a scruté ce revers oublié de la mondialisation.

En juin 1913, le directeur de l’école de police de Rio de Janeiro met en garde ses élèves contre l’« invasion » de malfaiteurs étrangers : des apaches et des cambrioleurs de Paris, des hooligans britanniques, des guapos d’Andalousie, des camorristi napolitains et des mafiosi siciliens, des lunfardos argentins, sans parler des « anarchistes, nihilistes et révolutionnaires de toutes les races et de toutes les couleurs ». En ce début du XXe siècle, l’accélération du monde transformait aussi la société criminelle.

Les « voleurs internationaux », dénoncés de longue date en Europe, constituaient désormais une réalité en Amérique latine. L’essor des migrations transatlantiques y était assurément pour beaucoup, déversant vers les grandes villes du continent leur trop-plein de voleurs, d’escrocs ou d’assassins. Mais le phénomène devait surtout à la constitution d’un dense espace atlantique sud-américain, où la modernisation des transports mettait Buenos Aires à quelques heures de Montevideo, de Rio de Janeiro, de Sao Paulo ou de Porto Alegre…(Photographie à la une : Fort Apache : Ce quartier de Buenos Aires a gardé le nom des fameux malfaiteurs venus de Paris°.
© Buenos Aires, Archivo General de la Nacion.

Dominique Kalifa dans mensuel 432  daté février 2017 – 759 mots

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’Histoire


Vous aimerez aussi...