La citadelle de St-Martin-de-Ré : un patrimoine carcéral camouflé

La citadelle de Saint Martin eut pendant des siècles un rôle essentiellement militaire. C’est la révolution et les années troublées qui suivirent qui lui donnèrent son rôle de prison.

A la fin de 1798, 1023 prêtres réfractaires qui croupissaient sur les pontons de Rochefort furent transférés à la citadelle de Saint Martin ainsi que 133 autres détenus. Ils furent entassés sans aucune distinction à plus de 1000 dans des locaux à peine capables d’en loger 500. Les survivants ne virent la fin de leur calvaire et leur libération qu’à la suite de la signature du concordat le 14 juillet 1801. Sous l’empire d’autres réfractaires, qui refusaient les levées en masse, arrivèrent. En 1820, ce fut au tour des soldats fidèles à Napoléon de peupler la citadelle. PUIs, pendant cinquante ans, on n’y vit plus que des militaires en garnison.

Arrive alors le temps de la commune. En 1871, la citadelle est déclarée prison d’Etat. Quatre cent communards y sont internés. En 1873, les derniers communards sont transférés en Bretagne, laissant la place libre pour une nouvelle spécialisation de la citadelle qui devient Dépôt d’étape et lieu de concentration pour les prisonniers de droit commun à destination des bagnes coloniaux. Pendnat la première guerre mondiale, la transportation s’arrête et la citadelle héberge des prisonniers allemands.

Le conflit terminé, la vie reprend au Dépôt. Chaque année, environ 700 bagnards et relégués passent sous les fenêtres des habitants de Saint Martin pour se retrouver sur les bords du fleuve Maroni. Ce n’est que 20 ans plus tard, le 17 juin 1938, qu’arrive enfin la signature du décret loi supprimant le bagne de la Guyanne. C’est la fin de la transportation. La vénérable citadelle change à nouveau de destination, elle redevient caserne, mais avec d’autres uniformes, pour le temps de l’Occupation.

En 1946, c’est le retour au service pénitentiaire, qu’elle poursuit de nos jours tout en conservant pour beaucoup des touristes le surnom de bagne de saint Martin, qui semble indélébile…

Et pourtant :

C’est par ce texte que Jean-Marie RENOUARD présente ses recherches sur les rapports de la prison avec son environnement ( www.cesdip.fr/IMG/pdf/Qp_09_99.pdf ). On constate donc que la prison de l’île de Ré a fait l’objet d’une politique visant à camoufler son aspect carcéral pour développer un tourisme plus conventionnel.
On peut regretter que cette activité carcérale passée, ou actuelle, ne soit pas mise plus en avant alors qu’une partie des structures est classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO.

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=HwHpjJfN7cw?fs=1]