L’Affaire Seznec – film 1993

SYNOPSIS ET DÉTAILS : Guillaume Seznec et Pierre Quéméneur s’associent pour vendre des voitures aux Soviétiques. C’est alors que le second disparaît brutalement, alors qu’il était en voiture avec le premier à une trentaine de kilomètres de Paris. Le corps ne sera jamais retrouvé. Rapidement, Seznec devient le principal suspect et est envoyé au bagne à perpétuité, alors que rien n’indiquait de manière claire qu’il était le coupable.

De Yves Boisset

Avec Christophe Malavoy, Nathalie Roussel, Madeleine Robinson plus

Genre Drame

L’affaire Seznec – Partie 1/2 (1992)

Les lecteurs du blog pourront approfondir leurs connaissances avec les documents présentés ci-dessous :

L’affaire Seznec « Une innocence difficile à prouver »

En 1924, le Breton Guillaume Seznec était condamné aux travaux forcés à perpétuité pour un crime qu’il nia toujours avoir commis. Depuis près de quatre-vingts ans, les défenseurs de l’innocence de Seznec n’ont pas désarmé. Une étrange affaire qui n’a cessé de soulever les passions. Les explications de Michel Pierre, spécialiste de l’histoire du bagne.

L’Histoire : On a beaucoup parlé ces derniers mois de l’affaire Seznec. La garde des Sceaux, Marylise Lebranchu, qui, dès son entrée en fonction, s’était prononcée en faveur de la révision, a déposé fin mars 2001 une requête devant la commission de révision des condamnations pénales : une procédure extrêmement rare. A la très grande joie du petit-fils de Guillaume Seznec, Denis, qui clame depuis trente ans l’innocence de son grand-père. Et de nombreuses personnalités favorables à cette démarche. Quel peut être le rôle de l’historien dans une affaire comme celle-là ?

Michel Pierre : Il faut d’abord rappeler les faits et tenter d’aller au fond du dos …

Pour en finir avec l’affaire Seznec – Histoire des sciences et justice …

22 septembre, 2016 Justice pénale

Affaire criminelle considérée par beaucoup comme la plus importante du XXe siècle, devenue symbole de l’erreur judiciaire, l’affaire Seznec a suscité plus que toute autre des investigations, des enquêtes, des commentaires, des positions, des fictions sur une durée qui approche désormais la centaine d’années. Rappelons que l’affaire a débuté en juin 1923 avec la disparition de Pierre Quémeneur, conseiller général du Finistère, alors qu’il voyageait en Cadillac avec Guillaume Seznec. Partis de Rennes, les deux hommes se rendaient à Paris où ils comptaient vendre l’automobile. Très vite, les soupçons de meurtre se sont concentrés sur la personne de Seznec en raison de la découverte d’une promesse de vente de propriété de Quémeneur à son profit, pour un prix très inférieur à celui du marché. L’acte fut reconnu comme un faux, ce que dénia Seznec, qui fut accusé d’avoir contribué à cette falsification et au meurtre de Quémeneur, dont on ne retrouva pas le corps. Seznec ne reconnut ni le faux ni le meurtre. Condamné en 1924 aux travaux forcés à perpétuité, il fut relevé de sa peine en 1947. Le condamné, sa mère et sa femme ne cessèrent de dénoncer une injustice et ils militèrent activement – en vain – pour une révision du procès. […]

Lire la suite de ce compte rendu sur la revue Criminocorpus. Histoire de la justice, des crimes et des peines

 

Parution du livre le 16 septembre 2006 – Archives – Dans un nouveau livre sur la célèbre affaire criminelle, l’ancien commissaire Guy Pénaud conclue à la culpabilité de celui qui fut condamné au bagne à perpétuité en 1924

Pierre Quéméneur, conseiller général, parti de Bretagne vers Paris avec Guillaume Seznec, a mystérieusement disparu au cours de la nuit du 25 au 26 mai 1923. Son corps n’a jamais été retrouvé.

Guillaume Seznec, condamné au bagne pour le meurtre de son ami, a toujours clamé son innocence. Sa mère, sa femme, sa fille puis son petit-fils ont multiplié les demandes en révision du procès. Pour la première fois tous les éléments, que ce soit la procédure initiale ou les plus récentes révélations (à charge ou à décharge), sont analysés, décortiqués, replacés dans leur contexte.

Cet ouvrage, abondamment illustré, devrait permettre au lecteur de se faire enfin une opinion définitive sur l’une des affaires judiciaires les plus extraordinaires du siècle dernier.

Guy Penaud

Guy Penaud, originaire de Pau (Pyrénées Atlantiques) mais habitant le Périgord, a publié depuis une trentaine d’années de nombreux ouvrages (dont « André Malraux et la Résistance »,  » Le triple crime du château d’Escoire  » ou « Les Grandes affaires criminelles du Périgord »). Avec la rigueur du commissaire de police qu’il fut et l’objectivité de l’historien qu’il est, il nous livre aujourd’hui le fruit de ses dernières recherches.

  • Éditeur : La Lauze Editions
  • Collection : MÉMOIRE

 

 

 

Les acteurs principaux du film d’Yves Boisset :

A 4 ans, Christophe Malavoy joue dans les films en 8 mm tournés avec une caméra Beaulieu par son père officier et cinéaste amateur. Peu porté sur les études mais doté d’une grande sensibilité artistique, l’adolescent, marqué par la vision de Jour de fête de Tati, se tourne bientôt vers la comédie, et débute au sein de la troupe de Roger Louret. Il fait une première apparition au cinéma, non créditée, dans Soldat Duroc, ça va être ta fête en 1975. C’est Michel Deville qui offre à Christophe Malavoy son premier rôle en 1978 dans Le Dossier 51, et l’acteur est bientôt remarqué dans des comédies au charme nostalgique comme Family rock, pour lequel il décroche en 1983 le César du Meilleur espoir masculin, et Souvenirs, souvenirs. S’il reviendra à ce registre léger avec Association de malfaiteurs de Zidi, c’est plutôt dans les univers troubles de Deville (Péril en la demeure) ou Chabrol (L… Lire la suite

Nathalie Roussel se fait connaitre auprès du grand public avec son rôle d’Augustine dans La gloire de mon père puis Le château de ma mère, deux films réalisés par Yves Robert. C’est en 1986 qu’elle débute au théâtre dans Le Nègre de Didier Van Cauweleart, mise en scène par Pierre Boutron. Depuis, devant la caméra comme sur les planches, elle poursuit une fructueuse carrière. En 2012, elle est à la Pépinière Théâtre, dans Jacques et son maître, une pièce de Milan Kundera mise en scène par Nicolas Briançon …

Madeleine Robinson travaille à l’usine à quatorze ans et devient coursière, puis bonne chez un artiste peintre, avant de s’inscrire au cours de théâtre du metteur en scène Charles Dullin. Elle connaît la consécration dans les années 40 en s’illustrant dans Lumière d’été de Jean Grémillon, Douce (1943) de Claude Autant-Lara et Sortilèges (1944) de Christian-Jaque. Mais c’est au théâtre qu’elle donne le meilleur de son talent. Après Une grande fille toute simple d’André Roussin, qui la lance à la Libération, elle connaît le succès entre 1950 et 1970 en se produisant dans les pièces Adorable Julia, Noix de coco, Un tramway nommé Désir de Tennessee Williams ou encore Les Parents terribles de Jean Cocteau. Son extraordinaire énergie et son perfectionnisme lui valent d’obtenir en 1965 le prix de la meilleure actrice de théâtre pour son rôle dans Qui a peur de Virginia Woolf. Plus récemment… Lire la suite