Les camps d’étrangers depuis 1938 : continuité et adaptations – Du « modèle » français à la construction de l’espace Schengen

La longue histoire des camps d’internement d’étrangers en France évoque une expression spatiale du rejet de l’Autre (réfugiés, immigrés, juifs, harkis…) ; elle atteste dans le même temps d’une continuité : le lieu reste, les populations exclues passent en fonction des conjonctures politiques et économiques. Les diverses formes de gestion contemporaine (parfois brutale et peu humaine) cultivent des parentés avec le passé ; bien sûr, il ne s’agit pas d’établir une simple filiation avec les premiers camps d’internement des exilés espagnols ou ceux dans lesquels le régime de Vichy enferma les juifs. Mais les dispositifs répressifs élaborés dans les années trente contre les étrangers ont influencé et dans une certaine mesure conditionné l’opinion française habituée à confondre, réfugiés, juifs et travailleurs immigrés. Après la Libération, certaines infrastructures ont continué d’être utilisées pour des politiques et des stratégies d’exclusion différentes.

Aujourd’hui, bien que les enjeux et les formes soient totalement différents, les phénomènes d’exclusion se sont poursuivis et ont été largement développés dans le cadre de la construction européenne. Ces diverses formes de cloisonnement spatial peuvent être considérées comme de nouveaux espaces frontaliers où l’exercice des droits de l’homme est limité et dont la terminologie est riche d’euphémisme. Cartographier l’existence de ces lieux, trace du même coup les contours d’une autre Europe : celle du rejet aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Union européenne. La détention des candidats à l’exil n’est plus une exception et devient la règle pour gérer des flux massifs, une règle qu’il importe d’introduire dans la juridiction de l’Union européenne, notamment celle concernant les réfugiés…

Pour en savoir plus et lire le texte intégral voir le billet publié sur le site remi.revues

Vous aimerez aussi...