« Pas de pleurs, pas de dramatisation », Catherine Frot incarne avec sobriété Héloïse Ranucci

Photo datée du 06 juin 1974 de Christian Ranucci (C), 22 ans, entouré par des policiers à Marseille après avoir avoué le meurtre de la petite Marie Dolores Rambla, à l’issue d’un interrogatoire de 15 heures. Christian Ranucci fut condamné à mort et exécuté le 28 juillet 1976. En 1987, l’écrivain Gilles Perrault, dans son livre le « Pull-over rouge », fit part de ses doutes. Trois requêtes en révision furent rejetées.
Christan Ranucci (C), 22, shown in a photo dated 06 June 1974 being escorted by police officials in Marseille after he confessed to the murder of Marie Dolores Rambla, following a fifteen-hour interrogation. Ranucci was condemned to death and executed 28 July 1976. B/W

Rappel des faits : TF1  a diffusé le téléfilm « l’affaire Ranucci : le combat d’une mère », réalisé par Denys Granier-Deferre, qui retrace un des faits divers les plus célèbres des trente dernières années, à travers le regard de la mère de Christian Ranucci. C’est aussi et surtout un vigoureux plaidoyer contre la peine de mort. Christian Ranucci, 22 ans, a été guillotiné le 28 juillet 1976, reconnu coupable du meurtre deux ans plus tôt, de la petite Marie-Dolorès Rambla.

Plaidoyer contre la peine de mort – Le film, se garde de prendre parti dans cette affaire qui suscite la polémique depuis trente ans, plusieurs personnalités, dont l’écrivain Gilles Perrault, estimant que la condamnation de Ranucci relève de l’erreur judiciaire.

Cette fiction de TF1 se prononce en revanche clairement contre la peine de mort, dont l’abolition va être inscrite dans la Constitution française.

« Ce n’est pas un plaidoyer dans un sens ou un autre » sur la culpabilité ou l’innocence de Ranucci, « mais c’est un plaidoyer contre la peine de mort », explique Alain Godard, le scénariste. Pour lire la suite temps reel.nouvel obs

 

Affiche du film L’Affaire Christian Ranucci : le Combat d’une mère

Synopsis : Héloïse Ranucci est la seule à croire en l’innocence de son fils, Christian, accusé d’avoir sauvagement assassiné une enfant de huit ans. Contre vents et marées, elle fait front, seule face à une opinion déchaînée. A deux jours du procès en assises, Patrick Henry, lui, avoue son crime odieux. ‘La France a peur’ et c’est comme si Patrick faisait condamner Christian à mort. La peine capitale est prononcée. La grâce est refusée. Le couperet tombe. Lorsque s’ouvre le procès de Patrick Henry, Héloïse rédige une lettre poignante et ses mots font vaciller la conviction des jurés. L’ombre de Christian sauve la tête de Patrick. Quelques années plus tard, la peine de mort est abolie en France. Christian Ranucci aura été un des derniers condamnés à mort à être guillotiné.

Auteurs & scénaristes : Alain Godard (n.d.)

 

Fille d’un ingénieur et d’une prof de maths, Catherine Frot entre à 17 ans à l’École de la Rue Blanche, puis au Conservatoire. Co-fondatrice en 1978 de la Compagnie du Chapeau Rouge, à laquelle se joindra bientôt Jean-Pierre Darroussin, elle fait sa première apparition à l’écran en 1980 dans Mon oncle d’Amérique de Resnais. Tout en continuant de se consacrer essentiellement au théâtre, elle trouve quelques petits rôles au cinéma (Psy, Elsa, Elsa, Chambre à part). Voisine de Robin Renucci dans Escalier C, elle obtient pour cette prestation une nomination au César du meilleur second rôle.

Au milieu des années 90, Catherine Frot triomphe sur les planches dans Un air de famille, le spectacle d’Agnès Jaoui et de Jean-Pierre Bacri : elle y interprète Yoyo, la belle-sœur nunuche, un personnage drôle et attendrissant qui lui vaut le Molière du second rôle. Lorsque Cédric Klapisch adapte la pièce à l’écran, le succès est encore au rendez-vous, et l’actrice décroche un César en 1997. Abonnée aux rôles de bourgeoise un peu pincée, elle enchaîne alors les comédies : maîtresse de Thierry Lhermitte dans Le Dîner de cons de Francis Veber (1998), elle apparaît également dans Paparazzi puis dans La Nouvelle Eve un an plus tard… Lire la suite sur allocine


Vous aimerez aussi...