Pour une nouvelle problématique des « indésirables » dans la France des années 1930 (1ère partie)

Le terme d’« indésirables » était avant 1914 appliqué par les divers services de police, en vue de neutralisation ou d’expulsion, à des individus ou groupes jugés nuisibles pour des raisons tant intérieures (concurrence économique, agitation sociopolitique) qu’extérieures (espionnage). Dans l’entre-deux-guerres, il désignait essentiellement deux catégories : les « rouges » et les « mauvais étrangers ».

1° les « rouges » ou présumés tels, nationaux ou étrangers, matériau-type du carnet B confié aux « Services chargés de la surveillance des indésirables » après la Première Guerre mondiale comme avant, mais avec, depuis la deuxième révolution russe et plus encore après la fondation du PCF, les « bolcheviques » pour cible obsessionnelle;

2° les « mauvais » étrangers – il y en avait de « bons » pour l’appareil policier d’État ‑, dont la prépondérance « ethnique » des vagues reflétait la conjoncture intérieure de chaque pays de départ et/ou la politique extérieure des   pays de départ et d’accueil …

Pour en savoir plus voir le billet publié par Annie Lacroix-Riz  sur le site investigaction.net

 


Vous aimerez aussi...