La clameur publique en justice

LA CLAMEUR PUBLIQUE EN JUSTICE :

Cris judiciaires, scandales, émeutes et lynchages de l’Antiquité à nos jours

Atelier organisé par les équipes CHRHIA (EA 1163) et GERHICO-CERHILIM (EA 4270), sous la direction de MM. Michel Cassan, Frédéric Chauvaud et Pierre Prétou

Le clamor publicus, institution de l’ancien droit, permettait à une population mobilisée par un cri judiciaire de saisir un criminel en flagrance et d’exiger son prompt jugement. Les formes les plus abouties de cette antique procédure, parfaitement encadrées par le droit, nécessitaient l’accomplissement d’un rituel judiciaire déclenché par un cri de ralliement populaire : « Haro ! » en Normandie, Hue and Cry en Angleterre, ou encore « Via fora ! » ou « Biafora ! » dans le midi et en Catalogne. Cette tradition, sans doute issue de l’Antiquité grecque et romaine, influence ensuite les droits modernes et contemporains, tout en se révélant persistante dans la culture professionnelle des juges et observable dans les réactions populaires. Toutefois, l’origine, l’ampleur, puis l’infléchissement moderne de cette clameur publique méritent une nouvelle lecture. Si l’on connait les formes de cet appel au secours judiciaire qui fondait une plainte reçue par une procédure, la société qui se construisait, ou se déconstruisait, autour de ses cris judiciaires reste à explorer. Jetée à la face des juges, les expressions de la mobilisation collective engagent l’identité communautaire elle-même. L’évolution de la clameur publique retiendra donc particulièrement l’attention. Initialement constituée par le droit pénal, elle semble s’infléchir nettement aux Temps modernes. Les communautés, lentement dépossédées de leurs cris judiciaires par l’État, n’ont pas si facilement abandonné le monopole de la violence licite face à la flagrance criminelle. Le lynchage médiatique, le maintien localisé de rituels coutumiers et la non-assistance à personne en danger peuvent être considérés comme des formes de clameurs publiques résilientes. L’histoire de cette clameur publique, bien que manifeste et évidente dans ses formes les plus paroxystiques, nécessite donc une approche souple associant une série de mots qui seront reliés par le propos ouvert pour lequel nous ouvrons un atelier de discussion scientifique : cris judiciaires, flagrances, clameur publique, plainte collective, scandale, lynchage, pogrom, rumeur, milices, résistance judiciaire, tyrannie d’exercice, alarme, non-assistance. Du clamor publicus au lynchage que l’on dit médiatique, il est d’évidence une histoire à écrire autour des mobilisations humaines engagées par l’administration de la justice. Elles sera évoquée à l’aide des matériaux récoltés par les chercheurs des laboratoires d’histoire des trois universités de Limoges, Poitiers et La Rochelle, afin de dégager un objet de recherche cadré par l’histoire des manifestations publiques, collectives, communautaires ou médiatiques, lorsqu’elles semblent liées à l’administration de la justice, traitées par le prétoire, ou influençant celui-ci.

Jeudi 20 janvier 10h00-12h00 et 14h00-16h00.

Université de La Rochelle, salle de réunion Flash. Entrée libre.



Citer ce billet
Pierre Prétou (2011, 14 janvier). La clameur publique en justice. Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nczk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search