Les Anarchistes – film 2014

De la fin du XIXe siècle à nos jours, le mouvement anarchiste n’a cessé d’alimenter les fantasmes sur l’existence d’une Internationale terroriste noire. Le livre de Vivien Bouhey est l’occasion de comprendre comment les autorités ont voulu réduire l’anarchisme des années 1890, fortement ancré dans la classe ouvrière, à la menace d’un complot contre la République.

Recensé : Vivien Bouhey, Les Anarchistes contre la République. Contribution à l’histoire des réseaux sous la Troisième République (1880-1914), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, 496 p., 24 €.

Pour lire le compte rendu de Romain Ducoulombier , le 11 mai 2009 : Ni Dieu, ni maître, ni organisation ? Les anarchistes et la République, 1880-1914 voir le billet publié sur le site la vie des idées

Synopsis : A Paris, en 1899, Jean Albertini, brigadier de police, est chargé par ses supérieurs d’infiltrer un réseau d’anarchistes, pour informer régulièrement les autorités sur leurs faits et gestes. Après avoir coupé les ponts avec sa fiancée, Jean se fait embaucher à l’usine sous une autre identité et se rapproche assez vite de ses collègues. En faisant le coup de poing un soir avec la police, il gagne l’admiration de Biscuit et d’Élisée Mayer. Il intègre bientôt leur mouvement. C’est là qu’il rencontre Judith Lorillard, la compagne d’Élisée. Il tombe amoureux de la jeune femme…

“Ambition du film en costumes et fougue du jeune cinéma se mêlent dans cette reconstitution inspirée du Paris de 1899. Le brigadier Jean Albertini (Tahar Rahim) se voit offrir une sorte de promotion : infiltrer un groupe d’anarchistes, devenir une taupe, un salaud. Et peut-être un traître pour ses supérieurs. Puisque, sitôt entré dans son rôle d’ouvrier en guerre contre les exploitants, Albertini s’éprend d’une fille de la bande qu’il doit surveiller, la belle Judith (Adèle Exarchopoulos)…

Les pistes qu’ouvre ce film original sont nombreuses et, parfois, trompeuses. Le scénario évoque un contexte historique très politique. Il semble d’abord le mettre au premier plan, mais ne l’approfondit pas — on peut le regretter. Le travail sur les décors, dépouillés, et l’image, superbe, créent une atmosphère étudiée, typique du cinéma d’auteur. C’est pourtant un thriller que signe Elie Wajeman, déjà remarqué pour le polar Alyah (2012). Dans l’univers fébrile des anarchistes, le double jeu du flic Albertini donne lieu à des scènes tendues, prenantes. Et dans la jeunesse de ses personnages, il trouve une intensité qui convient à son histoire d’amour mêlée de suspense. L’interprète de La Vie d’Adèle et l’acteur d’Un prophète, unis par une passion hors la loi au milieu d’une chasse à l’homme rétro, voilà une belle promesse de cinéma. Joliment tenue.” — Frédéric Strauss – Critique du 26 novembre 2016 dans television.telerama

Réalisé par Elie Wajeman (2015)

Avec Tahar Rahim (Jean Albertini) , Adèle Exarchopoulos (Judith Lorillard) , Swann Arlaud (Elisée Mayer) … Voir la distribution

Trailer du film Les Anarchistes – Les Anarchistes Bande-annonce VF

Adèle ExarchopoulosFille d’un prof de guitare et d’une infirmière, elle prend, dès l’enfance, des cours de théâtre. La première fois qu’on la repère au cinéma, c’est dans le film autobiographique de Jane Birkin, Boxes (2006) : elle y joue le rôle de la benjamine de la famille, autrement dit -de façon transparente- Lou Doillon. Comme la mère de celle-ci, elle pourrait d’ailleurs chanter “Di doo di doo daj, J’ai je ne sais quoi d’un garçon manqué”, quand on pense à ses rôles de gamine qui n’ont pas froid aux yeux dans Les Enfants de Timpelbach, Tête de Turc ou, sur un registre plus grave, La Rafle. En 2011, elle fait partie des 30 espoirs du cinéma français sélectionnés par l’Académie des César. Puis, c’est la consécration avec La Vie d’Adèle (2013) d’Abdel Kechiche. Son rôle, celui d’une adolescente qui s’éveille à l’amour et à la sexualité grâce à une autre jeune fille, elle l’a décroché au terme d’un très … Lire la suite

Après des études de cinéma à Montpellier, Tahar Rahim débute sa carrière de comédien en 2005 en s’illustrant dans Tahar l’étudiant, un docu-fiction signé Cyril Mennegun et qui s’inspire de son propre quotidien. Inscrit au Laboratoire de l’acteur, il se produit également sur les planches en 2007 dans la pièce Libres sont les papillons de Leonard Gersh. Parallèlement, on le découvre en policier municipal dans le film d’horreur A l’intérieur de Julien Maury et Alexandre Bustillo. Mais c’est sa prestation de petite frappe dans la série La Commune diffusée sur Canal + qui va lui conférer une certaine popularité. Remarqué par le réalisateur Jacques Audiard pour sa justesse de ton et son côté juvénile, Tahar Rahim décroche le rôle du délinquant Malik El Djebena, personnage principal du Prophète. Portée par la performance fiévreuse de son interprète, cette violente plongée dans l’univers carcéral… Lire la suite


Vous aimerez aussi...