“The Duchess” : le savoir-faire british rend ce drame historico-­romantique raisonnablement appréciable

SYNOPSIS ET DÉTAILS : Fin du XVIIIe siècle, en Angleterre. Comme Lady Diana, dont elle est l’ancêtre, Georgiana, Duchesse du Devonshire, est une femme belle, charismatique, et adulée par la population. Mariée au richissime Duc, elle est contrainte d’accepter un ménage à trois avec la maîtresse de celui-ci, Bess, qui est aussi sa meilleure amie… Insatisfaite, elle s’engage dans la vie publique en faisant campagne pour le parti libéral et en luttant pour les droits des femmes. C’est ainsi qu’elle s’éprendra du futur premier ministre Charles Grey…

“On devine au terme de quels savants calculs people des pontes de la BBC ont jugé opportun de produire une bio de la duchesse du Devonshire. La dame était l’arrière-arrière-grand-tante de Lady Di, et ses frasques – jeu, boisson, engagement politique limite shocking – en faisaient la Paris Hilton de la fin du XVIIIe siècle. Comment la rendre plus actuelle encore ? En lui donnant un corps moderne, celui de Keira Knightley.

La jeune star anglaise prouve que son jeu a gagné en puissance et en intériorité, lui permettant d’être tour à tour amoureuse transie et libre-penseuse provocante. Dommage que le script appuie fortement sur la pédale du mélo : mariage malheureux avec monsieur le duc (Ralph Fiennes, magistral), amours parallèles contrariées, drôle de pacte conjugal qui s’achève par un ménage à trois. Le reste, notamment le poids de la dame dans la vie sociale de l’époque, est très largement sacrifié.

Le savoir-faire british rend ce drame historico-­romantique raisonnablement appréciable. Mais pour la vraie duchesse, on se reportera à une toile célèbre de Gainsborough, qui la montre affublée d’un très excentrique chapeau français. Soit plus incroyable que son double de pellicule.”Critique du 24/03/2012 par  Aurélien Ferenczi dans television.telerama

Keira Knightley est ce qu’on pourrait appeler une enfant de la balle. Fille de l’acteur Will Knightley et de la dramaturge Sharman MacDonald, Keira, née à Teddington dans le Middlesex, en Angleterre, débute sa carrière à la télévision en apparaissant dans de nombreux spots publicitaires. En 1999, elle décroche, à l’âge de seize ans, le rôle de Sabé dans Star wars : épisode 1 – La Menace fantôme. Après ce démarrage fracassant et parallèlement à une carrière télévisuelle (les séries Princess of thieves et Oliver Twist), la jeune femme progresse à son rythme, prenant bien soin de varier les genres.Ainsi, en 2001, Keira Knightley est l’une des jeunes vedettes du thriller horrifique The Hole. L’année suivante, elle change radicalement de registre en campant une joueuse de football dans la comédie Joue-là comme Beckham (2002). En 2003, elle monte d’un cran en tenant l’un des principaux rôles d… Lire la suite

Ralph Fiennes attends the Harper’s Bazaar Women of the Year Awards at The Dorchester Hotel on September 7, 2009 in London, England. Picture by Jorge Herrera/LFI

Issu d’une famille nombreuse et célèbre, Ralph Fiennes est l’aîné de six enfants: sa sœur, Martha Fiennes est notamment réalisatrice, et son frère Joseph Fiennes, est acteur, comme lui. Formé à la Royal Academy of Dramatic Arts (RADA), Ralph Fiennes commence sa carrière de comédien au théâtre. Il joue alors les classiques à la Royal Shakespeare Company et au Royal National Theatre. En 1990, il s’oriente vers la télévision et le cinéma. Il tourne deux téléfilms, A dangerous man : Lawrence after Arabia (1990) et Prime suspect (1991), ainsi que son premier long métrage, Les Hauts de Hurlevent (1992), aux côtés de Juliette Binoche.En 1993, Ralph Fiennes n’hésite pas à prendre du poids pour interpréter l’impitoyable officier nazi Amon Goeth dans La Liste de Schindler de Steven Spielberg. Ce rôle risqué le révèle au grand public et lui permet de remporter le BAFTA du Meilleur acteur dans un s… Lire la suite

Fille d’un colonel britannique, Charlotte Rampling a 9 ans lorsque sa famille s’installe à Fontainebleau. Inscrite à l’école communale, elle y apprend le français. De retour en Angleterre, l’adolescente se produit dans des spectacles de music-hall avec sa soeur, puis travaille brièvement comme mannequin. Comme Jane Birkin et Jacqueline Bisset, elle fait ses débuts à l’écran dans le film-phare du swinging London, Le Knack… et comment l’avoir, en 1965, puis tourne dans des comédies à succès tout en prenant des cours d’art dramatique à la Royal Court School. Mais très marquée par le décès brutal de sa soeur, elle décide de quitter la Grande-Bretagne.Installée en Italie, Charlotte Rampling y fait sa première rencontre marquante, celle de Luchino Visconti, qui la dirige en 1969 dans Les Damnés. La comédienne prouve très tôt qu’elle n’a pas froid aux yeux, passant de l’univers SF de Zardoz (… Lire la suite

Vous aimerez aussi...