“Histoire des bourreaux d’Agen” par Jean-Michel Armand

Nous retrouvons aujourd’hui notre ami Jean-Michel ARMAND pour une narration de l’Histoire des bourreaux d’Agen mise à la disposition des lecteurs du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

Texte intégral et document sonore sur radiobulleagen

Par Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

 HISTOIRE DES BOURREAUX D’AGEN

Certaines affaires criminelles que nous avons évoquées dans cette émission ont trouvé leur épilogue avec la condamnation à mort des inculpés. Mais la scène judiciaire ne se referme définitivement qu’avec l’exécution du ou des condamnés, dans le cadre d’un rituel qui a varié selon les époques. Nous laisserons provisoirement de côté les périodes de la monarchie durant lesquelles les modalités des exécutions variaient selon la nature du crime et le rang social de celle ou de celui qui en étaient les suppliciés. Les manants étaient pendus aux fourches patibulaires, les nobles avaient la tête tranchée à la hache. Rappelons-nous simplement que toutes les sénéchaussées étaient pourvues d’un agent chargé des exécutions capitales.

Mais quelque furent les époques, le bourreau a toujours fait peur, il habite à la limite de la cité, la maison du pilori ou encore des tours dites du bourreau comme à Agen. Il ne faut pas le toucher, il est maudit. En même temps, l’idée qu’il côtoie la mort lui confère un pouvoir de guérir. En fait, les bourreaux sont familiers de la souffrance et font logiquement commerce de remèdes contre la douleur. Ils se font rebouteux, chirurgiens, vendent des billets pour le spectacle des exécutions. Bon an mal an, les bourreaux s’assurent ainsi un revenu assez confortable. Ils finissent par percevoir des droits fixes sur les denrées, des droits sur les dépouilles des condamnés qu’ils revendent ensuite. Leur traitement atteint parfois quelque 16.000 livres au XVIIe, auxquels s’ajoute le remboursement des fournitures. MUSIQUE EN FONDU

Jusqu’à l’aube révolutionnaire donc, le bourreau fut donc réprouvé. On le considérait comme infâme. Il n’inspirait qu’effroi et horreur. La Révolution, en abattant les préjugés, commença la réhabilitation du bourreau. Détail piquant : c’est dans la même séance, celle du 22 décembre 1789, où les droits du citoyen furent accordés aux comédiens, qu’ils le furent également aux exécuteurs des hautes œuvres. Et c’est sur la proposition d’un noble, le comte de Clermont-Tonnerre, que fut prise cette double décision.

« Les professions, disait le comte de Clermont-Tonnerre, sont nuisibles ou ne le sont pas. Si elles le sont, c’est un délit habituel que la justice doit réprimer. Si elles ne le sont pas, la loi doit être conforme à la justice qui est la source de la loi. Elle doit tendre à corriger les abus, et non abattre l’arbre qu’il faut redresser ou corriger ». Puis, parlant de ces deux professions « que la loi met sur le même rang », il demandait la réhabilitation du bourreau et celle du comédien :

« Pour le bourreau, disait-il, il ne s’agit que de combattre le préjugé… Tout ce que la loi ordonne est bon ; elle ordonne la mort d’un criminel, l’exécuteur ne fait qu’obéir à la loi ; il est absurde que la loi dise à un homme : Fais cela, et, si tu le fais, tu seras coupable d’infamie. »

La majorité de l’Assemblée partagea cette opinion. Un décret en date du 20 mars 1793, rendu en faveur des exécuteurs des hautes œuvres, fit défense de les désigner dorénavant sous le nom de « bourreau ». Quelqu’un proposa même de leur décerner le titre de « vengeur national ». Un autre représentant, Matton de la Varenn  s’écriait :

« Que deviendrait la société, de quelle utilité seraient les jugements rendus pour venger les outrages faits à la loi en la personne des citoyens qu’elle protège ?… Si la punition du coupable est déshonorante, pour celui qui la lui fait subir, les magistrats qui ont instruit le procès de l’accusé et prononcé la peine, le greffier qui a rédigé le jugement, le rapporteur et le lieutenant criminel qui le font exécuter sous leurs yeux, ne doivent-ils pas avoir leur part de déshonneur ?… Pourquoi celui qui met la dernière main au supplice serait-il avili par des fonctions qui ne sont, en quelque sorte, que le complément de celles des magistrats et qui poursuivent le même but ?

Ce raisonnement convainquit l’Assemblée. L’exécuteur des hautes œuvres fut admis à tous les avantages civiques. On décida même qu’il pourrait briguer le grade d’officier aux armées.

Le décret du 20 mars 1793 déjà cité, retint enfin l’appellation d’ « exécuteur des arrêts criminels » titre que portait encore le dernier représentant du métier, Marcel CHEVALIER qui remisa les bois de justice dans son hangar de la rue de la Folie-Régnault à Paris après que les députés eurent abolie la peine de mort le 9 octobre 1981.

Le titre peut paraître long voire pompeux mais en le nommant ainsi les élus de la nation avaient souhaité sortir la fonction de l’infâmie dans laquelle elle était tenue pour faire du titulaire de la charge un collaborateur de la justice pénale. Nous verrons qu’il n’en fût rien et que les hommes qui furent nommés à ces fins furent toujours tenus en suspicion et à l’écart de la vie commune dans la cité d’exercice. MUSIQUE

Mais revenons si vous le voulez bien à nos exécuteurs agenais bien que la plupart, nous le verrons, n’étaient pas natifs de la ville.

Le premier nommé dans le cadre du décret du 20 mars 1792 s’appelait JANIN. La chronique local de l’époque le décrivit « comme un gaillard de 5 pieds et 6 pouces (1M68), fort comme un bœuf et qui vous menait les condamnés tambour battant ». Malgré la Terreur et sa cohorte de condamnations, JANIN n’eût à exécuter que trois personnes durant tout le temps que dura sa charge à Agen. Il dût notamment trancher le col à un certain LACAZE-DUTHIERS, bourgeois nanti da la ville dont la réputation de bonté était connue de tous. Il fût accusé d’être « aristocrate et christicole » . La christologie étant la discipline de la théologie dogmatique chrétienne qui étudie la personne, la doctrine et l’œuvre de Jésus-Christ. Sa condamnation à mort contrista beaucoup d’agenais.

Certains de ses amis échafaudèrent un plan d’évasion hasardeux mais qui connût le succès. Ils enivrèrent le geôlier de service ai jour dit, lui subtilisèrent ses clefs et firent échapper leur compagnon.

Une fois dehors, cet excellent homme fut pris de remords et dit à ses amis : « le geôlier paiera pour moi ce qui n’est pas juste » et contrit, regagna sa cellule. Quelques jours après, il fût conduit à la guillotine, à cette époque dressée sur la Place du Marché, à l’angle de la rue Porte-Neuve.

JANIN ne demeura que deux années à Agen, il fût ensuite envoyé à Bordeaux…cette promotion dans une ville bien plus importante, comme reconnaissance de ses talents professionnels.

Pierre RIGAL lui succéda puis Joseph PEYRUSSAN, natif d’Auch qui avait été le premier aide de JANIN qui occupa pour quelque temps seulement la place.

En janvier 1802, Gilles-François-Nicolas Berger, originaire de Tours où son père était bourreau, est nommé exécuteur des arrêts criminels du Lot-et-Garonne, à Agen. Ville – si l’on en croit son témoignage – où le préjugé à l’égard des exécuteurs était particulièrement vif. Le 18 juillet 1803, il écrit au ministre de la justice pour s’en plaindre et obtenir un autre poste. Sans résultat. Puis trois autres lettres, en avril, mai et juin 1804. Il décède à Agen en 1805, à l’âge de 47 ans, sans être parvenu à être entendu. Voici un extrait d’un de ses courriers MUSIQUE EN FOND SONORE

« Sensible aux affronts, d’ailleurs environné de méchants, avec la meilleure volonté que j’avais de me fixer à Agen, je ne puis point supporter l’odieux préjugé qui domine la majeure partie des habitants de cette ville envers les hommes de mon métier […]

Depuis mon arrivée à Agen, malgré que je me conduise de la manière la plus sage et la plus honnête, néanmoins, mon épouse, mes enfants et moi n’avons cessé d’éprouver tous les mépris et les humiliations imaginables. Si bien que nos quatre petits-enfants auxquels je voulais donner de l’éducation, n’ont pû sous aucun prétexte et a pas un prix, être reçus pas même chez le moindre instituteur, même encore avec la protection de Mr l’Evêque, qui a bien voulu s’intéresser pour nous. Ce n’est donc point sans motifs, Citoyen Grand Juge, que je me plains contre le préjugé qui dévore les habitants d’Agen, puisqu’ils l’ont porté à l’extrême. Ainsi je ne puis absolument me supporter dans cette ville sous tous les rapports, et encore moins par la raison que, depuis que je réside, je ne traîne qu’une vie languissante, au point que le délabrement de ma santé, joint à la peine et à l’inquiétude qui me rongent, me font craindre pour mes jours. Si vous n’avez la bonté et la charité tout à la fois, de m’en éloigner promptement en m’ordonnant de me rendre du côté de Paris, où j’espérerais me rétablir, et rencontrer des hommes plus justes et plus raisonnables et moins superstitieux. » FIN MUSIQUE

Arrêtons-nous plutôt sur un autre BERGE ou BERGES selon les orthographes, François de son prénom, originaire d’Alsace dont on nous dit qu’il en avait gardé un fort accent au plus grand amusement des agenais.

Ce BERGE passait pour un bon vivant, toujours prêt semble –t-il à trinquer une chopine à la main avec les uns et les autres. Ce Bacchus insatiable avait su, malgré sa fonction, se faire des amis parmi les citoyens de la ville. Il vivait avec sa famille dans la tour du bourreau, logement que les édiles municipales réservaient au bourreau de la ville, tour qui se situait près du ruisseau de la Masse dans un quartier, à cette époque si mal famé, que les sergents de ville hésitaient, nous dit-on, à s’y rendre.

Victime de son appétit gargantuesque, il mourut d’une indigestion de saucisse fraîche. C’est sous sa mandature si l’on peut dire que la guillotine fût déplacée Place du Pin , lieu qu’elle ne quittât plus jusqu’en 1939 date à laquelle, on décida que les exécutions se dérouleraient désormais dans l’enceinte des prisons, ceci pour éviter les scandaleux débordements qui accompagnèrent l’exécution d’Eugène WEIDMAN ,l’assassin « aux yeux de velours » ,face à la maison d’arrêt de Versailles.

Jusque dans les années 1930, on pouvait encore voir sur le sol de la place, les quatre encoches faites dans le pavé pur y loger les pieds de l’échafaud.

A BERGE succéda un certain Joseph RAZOUL que les agenais appelèrent avec dérision « Rase tête » ; il ne laissa aucune trace anecdotique de son passage à Agen dont on peut supposer qu’il fût bref.

Plus intéressant est son suivant, Joseph PAVOT, nommé dans la fonction après les cent jours, et le retour sur le trône du roi Louis XVIII, vraisemblablement en octobre 1818.Les agenais du temps ont retenu qu’il était toujours vêtu de velours côtelé à la manière des compagnons charpentiers.

PAVOT est resté dans la chronique de la ville comme ayant « marqué  » au fer rouge des lettres TP pour « Travaux forcés à Perpétuité » toute la bande de FLORIAN.

Ce FLORIAN était un aventurier bonapartiste enragé qui leva en agenais une petite troupe pour harceler les forces royales et permettre le retour de l’empereur Napoléon 1er.

Mais comme la guerre est une occupation à plein temps, la petite troupe avait pris la vilaine habitude de « vivre sur la bête » c’est-à-dire en pillant et rançonnant les fermes du pays.

La chronique du temps relate que, dans la troupe, se trouvait un « nègre » d’un gabarit hors normes ; lorsque PAVOT approcha le fer rougit de son épaule droite dénudée, il s’évanouit et tomba face contre terre comme une masse. A la vue de cet étonnant spectacle, la foule amassée conspua l’homme dont on attendait plus de courage.

PAVOT a eu également à exécuter des parricides dont Antoine MIQUEL qui, à l’âge de vingt ans, tua son père de deux coups de fusil parce que celui-ci s’opposait au mariage, inconvenant selon lui que son fils voulait contracter avec une jeune fille de modeste origine.

Les agenais se souvinrent longtemps de ce frêle jeune homme qui, juché sur un tombereau en compagnie de l’abbé MALROUX aumônier de la prison, la tête recouverte d’un voile noir comme on la justice l’exige pour les parricides, pratique héritée de l’ancien droit romain tout comme l’ablation du poing droit, amputation du membre infâme qui a donné la mort au pater familias.

C’est la loi dite de Pompeia datant de 53 av. J-C, prévoyait que le coupable du crime de parricide serait fouetter jusqu’à effusion de sang, puis de lui voiler le visage d’une peau de loup, de lui passer des souliers de bois, de l’enfermer dans un sac de cuir avec un chien, un singe, un coq et un serpent ( généralement une vipère), puis de le conduire, à l’aide d’un char attelé de bœufs noirs, à la mer ou dans le cours d’eau le plus proche pour l’y jeter.

Privé de sépulture, le coupable, noyé, ne pourra plus jamais revenir sur terre. Le délit de parricide est le seul, en droit romain à justifier « la peine du sac ». Si le crime est considéré comme un préjudice, le parricide constitue davantage un crime contre-nature, une véritable souillure ; il est l’homicide le plus impur qui soit.

La punition prévue par la loi ne peut réparer cette souillure mais tente d’en limiter l’extension. La « peine du sac » prive ainsi le condamné de toute communication avec l’air (le sac), la terre (les souliers de bois) et cherche à marquer les esprits. MUSIQUE

Le port du voile noir au moment d’expier son crime fût maintenu dans le code criminel jusqu’en 1944.Souvenons-nous que Pierre DELAFET dont nous avons évoqué il y a quelques semaines la terrible affaire est arrivé jusqu’à la guillotine la tête couverte de ce crêpe. C’était le 23 novembre 1933 au fort de Hâ de Bordeaux. Cette disposition fût officiellement supprimée en avril 1958 mais l’usage était tombé en désuétude depuis 1944.Toutefois, on note encore qu’un parricide est exécuté à Alger en 1952 avec un bandeau noir sur les yeux.

PAVOT excellait semble –t-il dans l’art de faire « sauter » concomitamment le poing et la tête aux fins de ne pas imposer au condamné de trop grandes souffrances car avant lui, le poing était d’abord coupé puis le moignon sanglant enserré dans un petit sac de cuir pour éviter les jets de sang ensuite, dans un second temps, on coupait la tête du condamné.

Un jour, il eût à exécuter un certain Yot PRUDENCEAU, celui-ci mourut, sans doute de saisissement, lors de son transport de la prison jusqu’à la Place du Pin. Redoutant une simulation les autorités judiciaires présentes exigèrent que l’homme soit exécuté… « en l’état ».

PAVOT crut alors mettre à mort un cadavre et il en conçut des fièvres chaudes lesquelles, trois jours après, le fit passer de vie à trépas le 1er juillet 1827. La succession était, une fois de plus, ouverte. MUSIQUE. En cette matière, il convient de savoir que, lorsqu’un département ouvrait un poste d’exécuteur en chef, il recevait le plus souvent des centaines de candidatures. Priorité était toujours donnée aux mutations, c’est-à-dire aux candidatures d’exécuteurs chevronnés œuvrant déjà dans d’autres départements. Mais les aides exécuteurs aspiraient, c’est bien normal, à prendre du galon. Ce fût présentement le cas.

PAVOT avait deux aides en la personne de Joseph PEYRUSSAN qui avait réalisé un bref intérim en qualité d’exécuteur en chef et de BERGE qui était resté au service des derniers exécuteurs en chef nommés toutes les années précédentes.

Joseph PEYRUSSAN qui a longtemps attendu cette promotion espère bien pouvoir être élevé à la fonction suprême .Brave garçon, ni buveur ni querelleur, il aimait jouer de la clarinette le soir au coucher du soleil sur les bords de Garonne. Il habitait avec son épouse et ses deux enfants dans la tour des Rondes Saint-Martial.

BERGE dont on ne trouve nulle trace du prénom avait, parait-il, un visage livide, parfait pour la fonction, et le poil tirant sur le roux. Il portait été comme hiver une redingote verte et un chapeau « tuyau de poêle ». Sa silhouette particulière était connue de tous dans les rues d’Agen. On dit aussi qu’il était malin et ambitieux. Ce qui va suivre tendrait à prouver que c’était vrai. Pour obtenir le poste convoité et sachant que son collègue PEYRUSSAN jouissait d’une ancienneté plus grande et d’une réputation aimable auprès des autorités judiciaires, il imagina un plan audacieux bien qu’un tantinet machiavélique.

Il fit une cour empressée à la veuve PAVOT qui n’avait que 28 ans, pensant que le gouvernement, qui payait une pension à cette veuve d’exécuteur en chef, serait heureux de n’avoir plus à s’en acquitter et qu’il serait gré à celui qui le délivrerait de cette charge…lui en l’occurrence s’il l’épousait. Simple comme un couperet qui tombe ! L’histoire ne dit pas si la veuve eût vent des motivations de son galant qu’elle consentit finalement à épouser. Las ! lorsque l’arrêté de nomination fût promulgué le 9 novembre 1831, ce fût un certain ETIENNE qui obtînt le poste.

PEYRUSSAN qui lui aussi attendait le poste, en conçut untel dépit qu’il en tombât gravement malade d’une jaunisse qui le tint trois mois au lit. MUSIQUE

Cet ETIENNE n’était pas novice puisqu’il était premier aide de l’exécuteur en chef du Tarn et Garonne à Albi. Il avait participé à l’a mise à mort des deux assassins du procureur FUALDES, une des plus fameuses affaires criminelles de la Restauration, en 1818.L’assassinat d’un magistrat avait marqué les esprits du temps.

ETIENNE tint sa fonction durant près de huit années. C’est la mort, le 1er novembre 1839 qui laissa, une fois de plus, la place vacante.

Elle fût rapidement pourvue par Jean-Baptiste CHAMPIN, fils lui aussi d’un exécuteur des arrêts criminels. Il est donc lui aussi « du métier ».

Peu de temps après son arrivée à Agen, il écrit au Procureur Général pour se plaindre de l’état des bois de justice. L’autorité judiciaire donna des ordres à ces fins mais les réparations effectuées n’agréèrent point ce professionnel …méticuleux.

Il reprend donc la plume et écrit derechef au Procureur Général, courrier dans lequel il accuse les ouvriers commis « de préjugés contre la machine  voire l’exécuteur lui-même ».
Bref, ils auraient selon lui, salopaient le travail car « le tranchant du couperet ne peut pas servir » précise-t-il encore.

Exigeant comme on peut le constater, CHAMPIN fût aussi le premier dans la fonction à exiger que le condamné lui soit amené jusqu’au pied de l’échafaud…car « l’administration des prisonniers n’est pas faite pour les chiens » réclame –t-il dans un style imagé dans un troisième courrier adressé au Procureur Général. On a bien raison de dire que « celui qui ne réclame rien n’obtient rien » car CHAMPIN eût gain de cause et depuis, les exécuteurs attendent leur « client » sur l’échafaud.

Les appointements des exécuteurs étaient assez minces, à l’époque où CHAMPIN exerce son art, sa rémunération annuelle était de 2400 francs hors frais (soit environ 19.000 euro).Sur cette somme, l’’exécuteur devait pourvoir à l’entretien des bois de justice et à la rémunération « à l’acte » si l’on puis dire, de ses aides .Cette indemnité n’était donc pas suffisante pour faire vivre honnêtement un homme et sa famille. CHAMPIN avait donc installé au rez- de- chaussée de sa maison une échoppe où il vendait des bandages et autres ceintures pour les hernies.

Sur son enseigne, il n’avait pas hésité à inscrire « bandagiste patenté » .On racontait aussi mais est-ce bien vrai ?…que dans la tradition de ses pairs, il ne dédaignait pas de céder à bon prix de la graisse de condamné, supposée calmer bien des douleurs et cicatriser bien des plaies.

CHAMPIN avait néanmoins une haute idée de sa fonction .N’aimait-il pas dire à la cantonade : «  je purge au besoin la terre des monstres dénaturés qui ébranlent notre société jusqu’en ses fondements …/…chacun aime son état et j’ai sujet d’être fier du mien. Les préjugés des masses abruties ne vont pas à la hauteur de mon mépris ». Avec CHA MPIN, le métier revendique ses lettres de noblesse et son utilité sociale.

CHAMPIN avait pour habitude de rebaptiser poétiquement si l’on peut dire, les différentes pièces de son industrie de mort. L’échafaud était ainsi nommé le théâtre, la table à bascule, la plate-forme, le couperet, le glaive vengeur.

CHAMPIN était assisté, comme tous ses confrères, par deux aides. L’un d’entre eux se prénommait Jean RASCAT, lequel affirmait des opinions nettement républicaines.

Il se disait qu’une fois par mois, il aimait aller dîner avec son chef dans une auberge qui était installée en face de l’église Sainte Foy. Le vin de Buzet aidait à pousser la ratatouille de porc aux salsifis, spécialité de la patronne, le bœuf en daube et la fameuse saucisse de Valence d’Agen dont les deux gaillards étaient parait-il, forts friands. Après ces agapes, RASCAT avait l’habitude de pousser la chansonnette. On ne l’encourageait pas à beugler les chants républicains qu’il aimait par-dessus tout mais on le laissait roucouler des romances à faire pleurer Margot. On raconte qu’un soir des rouliers de passage étaient en larmes après avoir écouté ses bluettes à deux sous !

Après avoir été maintes fois morigéné par les autorités, on finit par se lasser des frasques de CHAMPIN qui reçut un beau matin sa révocation. Il en serait mort de honte et de chagrin quelque mois après. Quant à RASCAT, il fût prié d’aller exercer son art ailleurs….à Pau !

C’est un Corse qu’on avait d’abord pris pour un italien car on ne comprenait rien à ce qu’il racontait dans son sabir de Balagne. Il se nommait Vincent BORNACINI mais tout le monde l’appelait « Canhi ».Il était préalablement premier aide à Pau, poste que venait de prendre justement Jean RASCAT. Il fût donc procédé à une sorte d’échange standard entre les deux hommes.

BORNACINI va être le premier dans la fonction d’exécuteur en chef à exercer officiellement un autre métier ce qui sera dorénavant la règle, la fonction n ‘étant plus qu’une charge ponctuelle, une vacation dirait-on aujourd’hui. BORNACINI était ébéniste et travaillait, notamment, pour les nombreux marchands de meubles établis sous les Cornières. C’était un artisan habile mais la poussière de bois donne soif, la chose est connue. Aussi trouvions-nous notre exécuteur en chef plus souvent au cabaret qu’à son établit. Ses excès étaient connus dans tout Agen et son humeur belliqueuse lorsqu’il était pris de boisson étaient redouté des cabaretiers de la ville.

Il fût d’abord condamné à cinq jours de prison pour « tapage nocturne et à dix jours de la même peine pour « outrages sur agent de la force publique ».Ce fût la goutte qui fit déborder le vase de la patience du procureur général et on le muta sans délai à Aix-en-Provence dont l’exécuteur prit sa place à Agen. MUSIQUE

Une nouvelle réforme vint encore réduire le nombre des exécuteurs ; le décret du 26 juin 1850 réduisit en effet le personnel à un exécuteur par siège de cour d’appel assisté d’un ou de plusieurs aides selon la taille du ressort. Agen, siège de Cour d’appel n’en avait pas encore terminé avec eux.

Les trois derniers exécuteurs nommés à Agen furent respectivement Joseph-Isidore VERMEILLE fils de l’exécuteur de Lyon qui arriva en 1856.On le décrit comme un petit jeune homme aux yeux rouges et chassieux qui aimait cultiver des fleurs et sonner du cor de chasse sur les bords de Garonne. Très pieux, il assistait à la grande messe du dimanche de la cathédrale Sainte Foy, discrètement derrière un pilier pour ne pas être vu. Il ne s’attarda guère en notre ville rapidement muté à Grenoble pour se rapprocher de sa famille lyonnaise.

Il laissa la place à Charles-André GANIE lui aussi fils d’un exécuteur en chef, celui de Nantes. Mais son père qui ne tenait pas à ce que son fils exerçât le même métier que lui fit apprendre l’horlogerie à Genève. Le journal du Lot et Garonne le présente à son arrivée comme un grand jeune homme blond, assez maigre et d’une allure très distinguée. Il était amateur d’art et s’en flattait .Un jour qu’il allait assister son homologue pour l’exécution à FOIX de Jacques LATOUR assassin de Mr. BUGAD DE LASSALLE, il se fit copieusement insulté par celui-ci : « Ah ! c’est toi le bourreau, tu viens pour faire ta sale besogne ? » et GANIE lui aurait calmement répondu ; « je suis juste le mandataire de monsieur DE LASSALE ».

Voilà comment le chroniqueur du journal Le Courrier du Midi relata au demeurant cette exécution : MUSIQUE EN FOND SONORE

« Pendant la nuit du 11 au 12 septembre 1864, Monsieur de Toulouse a installé la guillotine vers le bas des allées de Villotte à Foix. À 6h 30, un frisson courut. On annonçait l’arrivée de Jacques Latour. Réveillé depuis 5h 30, il n’avait rien changé à ses habitudes et avait copieusement déjeuné d’un large beefsteak et d’un litre de vin rouge. Les gardiens le considéraient avec stupéfaction, mais nul n’osait s’approcher pour lui rappeler l’échéance fatale.

Seul l’abbé Boy, aumônier de la prison se décida à rompre le cérémonial. Il se montra timidement sur le seuil de la cellule : « Va-t’en, Lucifer ! » cria Latour.

C’est alors que le Directeur de la prison, fidèle aux instructions reçues, essaya d’obtenir quelques aveux.

Le condamné se retourna brusquement et cracha : « Tas de Cannibales, foutez-moi la paix ! et il chantait.

On lui enleva ses fers. Pendant ce temps il disait : « Vous ne pourriez pas aller mettre la tête les premiers à la lunette de la guillotine pour voir si elle marche bien ? »

On descendit. On arriva à la grille de la prison où les gendarmes à cheval entouraient la voiture. « 
Salut, les hirondelles de potence » cria Latour.

Un silence énorme tomba, la foule glacée d’épouvante écoutait le monologue du bandit .En arrivant devant la guillotine, la voiture décrivit une courbe. Une vitre éclata, une pierre avait été lancée dans la direction du condamné. On perçut alors bien davantage la voix terrible brusquement enflée : « Ah, ventre bleu ! Ah, ventre bleu ! Je f… le Saint-Siège au feu… ». Il semblait qu’on entendit plus que cela. Seul dans ce matin sinistre, Jacques Latour avait gardé sa force et sa voix. Tous frissonnaient, quelques-uns se signèrent, ils levèrent les yeux comme pour chercher si la foudre ne tombait pas.

Latour avait sauté de voiture. Sans le secours de personne, il gravissait d’un pas leste les degrés de l’échafaud et rapidement marchait vers la bascule. Puis il jeta sur la foule un dernier regard dominateur, contempla sans frissonner le couperet qui commençait à luire aux lueurs du matin et entonna une Marseillaise de sa composition : « Allons pauvre victime, le jour fatal est arrivé ».

Le bourreau fit un signe, on coucha le condamné sur la planche, on introduisit sa tête hideuse dans la lunette mais il chantait toujours : « Contre toi, de la tyrannie, le couteau sanglant est levé ». Seul, le déclic de la guillotine empêcha d’entendre la suite. Nul ne bougea, nul ne cria. Ils se regardaient tous, livides, ayant cru voir s’entrouvrir l’enfer ». FIN DU FOND SONORE

Celui qui va clore définitivement la longue liste des bourreaux d’Agen fût Désiré DESMORETS, encore un fils de… puisque son père était l’exécuteur en chef de la ville de Cahors .Lui-même avait commencé sa carrière à Aix en Provence puis muté à Agen en 1856.IL guillotina assez peu puisque le décret du 25 novembre 1870 supprima la fonction de tous les exécuteurs en France continentale (on maintint la fonction pour la Corse) pour ne nommer qu’un exécuteur à compétence nationale assisté de cinq aides. C’est Nicolas ROCH qui, bien qu’âgé de près de soixante ans, fût le premier représentant de cette autre lignée qui s’éteignit, nous l’avons vu avec Marcel CHEVALIER dernier exécuteur de la République qui abaissa une ultime fois le couteau sur la nuque du dernier exécuté en France, le tunisien Hamida DJANDOUBI, proxénète et meurtrier de sa jeune maitresse âgée de tout juste vingt ans. C’était le 9 septembre 1977 à 5H30 dans la cour de la prison des Baumettes à Marseille. Il faisait déjà beau parait-il ce jour-là ! Détail horrible, DJANDOUBI avait été amputé d’une jambe suite à un accident…arrivé au pied de la guillotine, on s’aperçut qu’il n’avait pas sa prothèse. On dépêcha prestement un surveillant pour aller récupérer sa jambe artificielle. DJANDOUBI fût donc exécuté…prothèse comprise !

Pour notre ville , le dernier condamné à mort exécuté dans la cour de la maison d’arrêt fût un certain Roger ANDRIEU, tout juste âgé de 26 ans, bûcheron de son état et trois fois meurtriers de propriétaires terriens aisés qu’il tuât…à coup, de bûches pour les voler…quand on a le métier dans la peau ! Il faisait froid en cette fin de nuit du 15 février 1948. Il était tout juste 5H45 du matin quand Henri DESFOURNEAUX, exécuteur national depuis 1939 fit tomber la lame sur la nuque du jeune homme. Ce fût la dernière fois qu’on vit dans notre bonne ville d’Agen…le bourreau ! D’aucuns s’en réjouissent…d’autres non ! MUSIQUE EN FONDU. FIN

 

 


Vous aimerez aussi...