L’Affaire SK1 – film 2013

“Si je sors, je recommence.” Guy Georges a adressé cet avertissement à la brigade criminelle lors de sa garde à vue, en 1998. Le tueur de l’est parisien a été condamné, en 2001, pour les meurtres de sept jeunes femmes à Paris. Dix-sept ans après, L’affaire SK1 sort au cinéma, le mercredi le 7 janvier 2015. Le film retrace la traque et le procès du tueur en série. L’interpellation de Guy Georges, le 26 mars 1998, fait suite à sept années d’investigations. Francetv info vous raconte les moments-clés de cette enquête au long cours qui a mobilisé plus de cent enquêteurs. Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de francetvinfo

SYNOPSIS ET DÉTAILS : Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Paris, 1991. Franck Magne, un jeune inspecteur fait ses premiers pas à la Police Judiciaire, 36 quai des Orfèvres, Brigade Criminelle. Sa première enquête porte sur l’assassinat d’une jeune fille. Son travail l’amène à étudier des dossiers similaires qu’il est le seul à connecter ensemble. Il est vite confronté à la réalité du travail d’enquêteur : le manque de moyens, les longs horaires, la bureaucratie… Pendant 8 ans, obsédé par cette enquête, il traquera ce tueur en série auquel personne ne croit. Au fil d’une décennie, les victimes se multiplient. Les pistes se brouillent. Les meurtres sauvages se rapprochent. Franck Magne traque le monstre qui se dessine pour le stopper. Le policier de la Brigade Criminelle devient l’architecte de l’enquête la plus complexe et la plus vaste qu’ait jamais connu la police judiciaire française. Il va croiser la route de Frédérique Pons, une avocate passionnée, décidée à comprendre le destin de l’homme qui se cache derrière cet assassin sans pitié. Une plongée au cœur de 10 ans d’enquête, au milieu de policiers opiniâtres, de juges déterminés, de policiers scientifiques consciencieux, d’avocats ardents qui, tous, resteront marqués par cette affaire devenue retentissante : « l’affaire Guy Georges, le tueur de l’est parisien ».
Réalisé par Frédéric Tellier (2014)

“On est vite englouti comme au fond d’un puits poisseux. L’affaire est si lourde qu’elle finira par porter un nom de code, SK1, pour « serial killer no 1 », alias Guy Georges, le violeur et tueur de l’Est parisien, condamné en 2001. Pour la relater, le cinéaste entremêle deux trames : celle du procès, où l’on suit le travail de l’avocate (Nathalie Baye) ; et celle de l’enquête, huit ans durant lesquels les policiers du 36, quai des Orfèvres se perdent dans des forêts d’indices, s’enlisent dans des fausses pistes. Franck Magne (Raphaël Personnaz), hanté par cette affaire, est l’un des rares flics à faire les bons recoupements…

A travers ce personnage se joue une interrogation autour du mal. D’où vient-il ? Qui touche-t-il ? Qui épargne-t-il ? Le film fait penser à un Zodiac à la française. Le mystère en moins, l’humanité en plus. Le réalisateur privilégie la reconstitution méthodique sans que jamais la tension ne faiblisse. Efficace et sobre, sa mise en scène se veut respectueuse de tous, aux dépens, parfois, d’un point de vue personnel. Heureusement, les acteurs assurent. Avec une mention spéciale à Adama Niane qui, dans le rôle du prédateur, avance sur le fil et parvient in extremis à être émouvant”. — Jacques Morice – Critique du 16/01/2016  dans telerama


Né en 1981, Raphael Personnaz est issu du monde du théâtre qui l’accueille et le met en scène assez tôt. Si sa carrière émerge sur les planches, il ne néglige pas la caméra pour autant. Après quelques figurations à l’âge de 16 ans, il obtient un premier rôle dans le téléfilm Un homme à la maison, deux ans plus tard. Il débute au cinéma en 2000 avec un second rôle aux côtés de Thierry Lhermitte et Claire Keim dans Le Roman de Lulu. Les années qui suivent lui permettent de se faire une place à la télévision et se succèdent les productions dans lesquelles ses rôles deviennent de plus en plus significatifs (Demain nous appartient où il tient le rôle-titre, Quand la mer se retire, etc.). Son expérience tarde à lui servir comme gage au cinéma mais il conserve une notoriété distinctive dans le monde du théâtre. C’est ainsi qu’il parvient à participer à quelques réussites inattendues du grand éc… Lire la suite
Fille de peintres bohèmes, Nathalie Baye, enfant dyslexique, abandonne ses études à 14 ans pour intégrer une école de danse à Monaco. A 17 ans, elle part à New York compléter sa formation dans les ballets russes. Mais à son retour, elle s’oriente vers le théâtre, et entre au Cours Simon puis au Conservatoire. En 1972, alors que Faustine et le bel été marque sa première apparition au cinéma, elle fait une rencontre décisive, celle de François Truffaut, qui lui offre le rôle de la scripte dans La Nuit américaine. Preuve de la confiance que lui accorde le maître de la Nouvelle Vague, elle prête sa voix à l’énigmatique standardiste de L’Homme qui aimait les femmes et, surtout, donne la réplique au cinéaste dans un de ses films les plus personnels, La Chambre verte (1978).Nathalie Baye travaille très tôt avec deux autres grands réalisateurs : Pialat (La Gueule ouverte, 1974) et Godard. Celui… Lire la suite
Petit-fils d’un menuisier, Olivier Gourmet grandit à Mirwart, village des Ardennes belges où son père est marchand de bestiaux et sa mère patronne d’un hôtel-restaurant. Il se découvre un talent d’acteur à 13 ans, lorsqu’on lui demande de remplacer au pied levé un camarade de classe malade : en une réplique, il fait rire l’assistance. Après avoir hésité entre le journalisme sportif et la comédie, il obtient le Premier prix du Conservatoire de Liège au bout de seulement deux ans. Passé brièvement par le Cours Florent, en classe libre, et par l’école des Amandiers de Chéreau (qui le dirigera plus tard dans Ceux qui m’aiment prendront le train), il enchaîne, à partir des années 80, les pièces de théâtre, de Labiche à Claudel.En 1996, la première apparition au cinéma d’Olivier Gourmet marque les esprits : dans La Promesse, le film coup de poing de Jean-Pierre et Luc Dardenne, il se révèle sa… Lire la suite

Patricia Tourancheau révèle les dessous inédits de la traque de Guy Georges, un des plus célèbres tueurs en série français, surnommé le « tueur de l’Est parisien ». Arrêté en 1998, il a été jugé en 2001 et condamné à la perpétuité, pour le meurtre de sept jeunes femmes.

La traque, menée par les hommes de la Crim’, la brigade d’élite du Quai des Orfèvres, aura duré sept longues années. Sept années d’acharnement, de recherches et d’échecs, en dépit des indices que le meurtrier abandonnait derrière lui : rituels, empreintes digitales et de pied, ADN. Une victime rescapée avait même, avec eux, dressé son portrait-robot…

Devenue emblématique, cette affaire reste taboue à la Crim’. Pourtant, elle a permis la création d’outils d’investigation de pointe, tel le Fnaeg (fichier national automatisé des empreintes génétiques), et ouvert un champ inexploré à l’expertise psychiatrique. Mais elle a aussi mis en lumière les failles d’un système. Judiciaire d’abord, socio-éducatif ensuite. Car Guy Georges, déjà condamné, était connu des services de police. Surtout, c’est un enfant de la Ddass au parcours chaotique, signalé depuis ses plus jeunes années.

Chargée des affaires criminelles et des faits divers à Libération depuis 1990, Patricia Tourancheau a assisté au procès, rencontré plusieurs familles de victimes, interrogé les experts et repris contact avec Guy Georges en prison. Sans la complicité unique qu’elle a su tisser avec les enquêteurs, elle n’aurait pu recueillir leurs confidences. Ce livre, palpitant et humain, rend hommage à leur métier hors du commun.Témoignages/Doc/Actu Parution : 29/09/2010 aux Editions Fayard.


Vous aimerez aussi...