« Les égouts du paradis » réalisé par José Giovanni (1978)

Suite au cambriolage de la Société Générale de Nice effectué par les égouts de la ville

« Le 10 mars 1977 a lieu l’une des plus spectaculaires évasions du XXè siècle. Elle est l’œuvre d’Albert Spaggiari.

C’est alors qu’il est dans le bureau du juge d’instruction qu’Albert Spaggiari, ancien parachutiste, effectue brusquement un saut de sept mètres par la fenêtre, atterrissant sur le toit d’une voiture garée dans la rue. Retour en arrière : à Nice, en juillet 1976, un gang pénètre dans la Société Générale en creusant un tunnel par les égouts. Ils y resteront tout le weekend, réalisant ce qu’on a appelé « le casse du siècle ».

Une figure romanesque du grand banditisme

Sur les 4 000 coffres présents dans la banque, 371 seront percés, pour 50 millions de francs dérobés. Mais le principal instigateur de ce braquage sera rapidement arrêté quelques mois plus tard sur dénonciation. C’est là qu’apparait pour la première fois le nom d’Albert Spaggiari, ancien para, ancien d’Indochine, et alors modeste photographe de mariage. Spaggiari a donné aux participants du braquage des informations précises, tels que l’épaisseur des murs ou l’emplacement des coffres. Spaggiari devient une figure romanesque du grand banditisme. » francetvinfo

Synopsis : Surnommé Bert par ses amis, Albert Spaggiari a un passé de baroudeur. Après quelques années en prison pour propagande et détention illégale d’armes de guerre, il a préféré se mettre au vert et tient désormais un petit magasin de photos à Nice, où il mène une vie tranquille, presque bourgeoise, depuis une dizaine d’années. Un jour, il rencontre un ancien compagnon d’aventures et retrouve à son contact le goût de l’action. Avec quelques amis, il organise le cambriolage de la Société générale de Nice. Une bande de truands marseillais lui fournit un équipement d’excellente qualité pour creuser le tunnel qui mènera à la salle des coffres … Réalisé par José Giovanni (1978)

Avec Francis Huster (Albert Spaggiari) , Jean-François Balmer (Soixante-huit) , Lila Kedrova (Charlotte) … Voir la distribution

Les égouts du paradis de José Giovanni (1978)

C’est la grand-mère de Francis Huster qui communique à son petit-fils sa passion pour le cinéma. Elève au lycée Carnot, il s’inscrit au Conservatoire municipal du 17e arrondissement, puis au cours Florent et enfin au Conservatoire national. Aussitôt engagé à la Comédie Française, il joue les grands classiques comme Don Juan, Ruy Blas, Hamlet, et se tourne vers le cinéma à l’aube des années 70.

Francis Huster apparaît pour la première fois à l’écran dans La Faute de l’abbé Mouret de Georges Franju. Suivent quelques petits rôles de jeunes premiers bellâtres dans Faustine et le bel été (1972), L’Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise (1973) ou encore Lumière (1975). Dès 1976, grâce à Si c’était à refaire, il entame avec le cinéaste Claude Lelouch une fructueuse collaboration qui se poursuivra avec cinq autres films : Un autre homme, une autre chance (1977), Les Uns et les autres (1980), Edith et Marcel (1983), Il y a des jours… et des lunes (1989) et Tout ça… pour ça ! (1992)… Lire la suite sur allocine

Enfant des montagnes, Jean-François Balmer est né à Valangin, en Suisse. Persuadé que pour être un bon comédien il faut au préalable avoir tout essayé, entre quinze et vingt-quatre ans, il enchaîne les petits boulots. Ponceur, livreur, serveur, sonneur de cloches, guide de montagne, il tente tout. Après avoir suivi des études de commerce, pour réaliser son rêve, il finit par monter à Paris et entame des études d’art dramatique au Conservatoire, où il se retrouve dans la même promotion que Daniel Mesguich et Jacques Weber. A sa sortie du Conservatoire, il décroche des petits rôles dans R.A.S. (1973), sous la direction de Michel Deville, dans Le Mouton enragé (1974) aux côtés de Jean-Louis Trintignant, Jean-Pierre Cassel et Romy Schneider, et dans Peur sur la ville (1975) d’Henri Verneuil, auprès de Jean-Paul Belmondo. Parallèlement, on le voit au théâtre où il débute dans Le Mariage de Fi… Lire la suite

Lila Kedrova née en Russie en 1919, ses parents ont fui la révolution bolchévique pour s’installer en France. C’est dans le Paris des années 30 qu’elle a commencé sa carrière, très jeune, à seulement 14 ans. Ses débuts au cinéma datent des années 50.

On l’a notamment vue dans Le grand jeu (1954) aux côtés de Gina Lollobrigida et Arletty, Des gens sans importance (1955) d’Henri Verneuil, avec Jean Gabin et Françoise Arnoul, Razzia sur la Chnouf (1955) d’Henri Decoin, avec Jean Gabin, Les amants de Montparnasse (1958) avec Gérard Philippe.

En 1964, sa carrière prend un nouvel envol, lorsqu’elle décroche un Oscar pour son interprétation dans Zorba le grec, de Michael Cacoyannis. Expatriée au Canada, elle entame une carrière internationale, et tourne toujours dans de nombreux films français des années 70 : Le cavaleur de Philippe de Broca, Les égoûts du paradis de José Giovanni, ou encore Clair de femme de Costa-Gavras… Décédée le 25 avril 2000 allocine

Parution du livre le 26 janvier 2007 – 19 juillet 1916, agence centrale de la Société Générale à Nice. Les employés qui pénètrent dans la salle des coffres n’en croient pas leurs yeux : 317 coffres éventrés, le sol jonché de papiers et d’objets délaissés par les voleurs, et un mot collé sur une armoire :  » Ni armes, ni violence et sans haine « . Juste 50 millions de francs envolés ! Les cambrioleurs sont passés par les égouts, ce qui leur a demandé des mois de travaux. Le cerveau de ce  » casse du siècle  » ? Un petit photographe, Albert Spaggiari. Christophe Hondelatte nous conte avec une verve étonnante l’incroyable aventure de ce bandit très  » médiatique  » : arrêté trois mois après son forfait, il s’évade en sautant par la fenêtre du bureau du juge d’instruction et, pendant douze ans, donnera régulièrement de ses nouvelles au public, paradant devant les journalistes et les photographes sous les déguisements et grimages les plus farfelus, sans qu’on puisse jamais lui mettre la main dessus.

Christophe Hondelatte présente le journal de RTL tous les jours de 7 heures à 9 h 30, et  » Faites entrer l’accusé  » une fois par mois sur France 2 à 22 h 30.

Quelques documents pour en savoir plus :

En 1976, le casse du siècle d’Albert Spaggiari – RTL

Albert Spaggiari, le casse du siècle – Faites entrer l’accusé

Evasion d’Albert Spaggiari – Vidéo Ina.fr

Albert Spaggiari et le casse du siècle – Criminocorpus


Vous aimerez aussi...