Mylène Demongeot : Milady de Winter (La Vengeance de Milady)

1. Les actrices de cinéma ayant interprété Milady de Winter (lecteurs du carnet crimino : attention, danger !) : Aujourd’hui Mylène Demongeot

Mylène Demongeot : Milady de Winter (La Vengeance de Milady)

Est-il encore besoin de présenter Milady de Winter, personnage fameux des Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas, tout à la fois héroïne tragique et meurtrie, séductrice, intrigante, espionne à la solde du cardinal de Richelieu, ennemie de D’Artagnan et de ses remuants compagnons d’armes, meurtrière, fantôme vengeur du comte de la Fère alias Athos, mère à la fois indigne et aimante d’un fils non désiré et finalement victime pathétique rattrapée par son passé et promise à la décapitation.

Milady, c’est tout cela : un personnage fascinant aux multiples facettes et contradictions, qui a connu plusieurs vies et plusieurs identités, tour à tour Anne de Breuil, Comtesse de la Fère et Milady de Winter …

Synopsis : D’Artagnan, messager de la reine, est arrêté par Richelieu. Le cardinal veut absolument connaître le contenu d’un message envoyé par le duc de Buckingham. Contre toute attente, Milady, une intrigante à la solde de Richelieu, fait évader d’Artagnan et l’«accueille» chez elle. Comprenant que leur ami est prisonnier de la perfide conspiratrice, ses amis mousquetaires le délivrent avec l’aide de Planchet. D’Artagnan se précipite dans le couvent où est enfermée sa belle, Constance Bonacieux. Il libère la jeune femme, mais Milady, toujours vindicative, la fait assassiner, ainsi que le duc de Buckingham. Dès lors, d’Artagnan ne vivra plus que pour les venger…

Réalisé par Bernard Borderie (1961)

Avec Gérard Barray (d’Artagnan) , Daniel Sorano (Richelieu) , Mylène Demongeot (Milady de Winter)… Voir la distribution

Les trois mousquetaires – 1961 – 2ème partie : La vengeance de Milady

De son vrai prénom Marie-Hélène, Mylène Demongeot a 13 ans lorsque sa famille s’installe à Paris. Elle y suit les cours d’art dramatique de René Simon et Marie Ventura, avant d’entamer une carrière de mannequin. La jeune cover-girl n’a que dix-sept ans lorsqu’elle apparaît dans son premier film, Les Enfants de l’amour (1953).Repérée par Marc Allégret, qui la dirige dans Futures Vedettes, elle acquiert effectivement un statut de star avec le rôle d’Abigail dans Les Sorcieres de Salem (un drame tiré du roman d’Arthur Miller), aux côtés d’Yves Montand et de Simone Signoret. Elle figure ensuite au générique d’une nouvelle adaptation, de Françoise Sagan cette fois-ci, avec Bonjour tristesse d’Otto Preminger.Sex-symbol des années 50-60, la blonde incendiaire se spécialise dans des films le plus souvent légers, populaires et prête sa plastique avantageuse au personnage d’Hélène dans la série de… Lire la suite


Vous aimerez aussi...