L’épuration (1944-1949)

Parution de Pierre-Denis Boudriot, L’épuration – 1944-1949, Paris, Éditions Jacques Grancher, 2011, 346 p.

Présentation de l’éditeur

A la Libération, avant que les cours de justice et chambres civiques soient créées, et à la faveur de mouvements de foule, résistants et populations s’en prennent aux collaborateurs ou considérés comme tels.
La collaboration féminine est sanctionnée par la tonte des cheveux et l’exhibition dans les rues, les coupables étant accusées de collaboration horizontale. L’épuration “extrajudiciaire” entraînera quant à elle la mort d’environ 9000 personnes. Par la suite, un cadre juridique prend le relais de ces exécutions sommaires. Il s’exercera par l’entremise de tribunaux d’exception, et traitera plus de 300000 dossiers, dont 97000 entraîneront des condamnations, les peines s’échelonnant de 5 ans de “dégradation nationale” à des peines de détention, jusqu’à la peine capitale.
Au total, environ 2000 français supplémentaires seront exécutés. Le gouvernement de la République votera ensuite trois amnisties, en 1947, 1951 et 1953. Longtemps l’épuration a été un tabou dans la mémoire collective. Cet ouvrage inédit, fruit d’un long travail de recherche, se fonde sur une bibliographie approfondie, mais aussi sur une trentaine de témoignages directs, du camp de Drancy à la prison de Fresnes, de la caserne de Saint-Denis et du fort de Romainville, au sujet desquels les informations demeuraient encore rares.

Après un doctorat en histoire moderne et contemporaine, préparé sous la direction du professeur Chaunu, puis plusieurs publications dans diverses revues spécialisées, Pierre-Denis Boudriot est entré dans la fonction publique.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. delaporte dit :

    bonjour
    avez vous trouvé qq chose sur un nommé Langlais, surnommé ” le tigre pensif» et l’affaire Louis Renault ?
    cordialement.