La maison d’arrêt d’Ajaccio par Tiphaine Bacquet

La maison d’arrêt d’Ajaccio fut mise en service au cours de l’année 1878 mais sa particularité est qu’elle se situe en centre-ville, accolée à la caserne Bacciochi qui abrite le groupement de gendarmerie affecté au sud de la Corse et au palais de justice de la ville. Cette proximité lui permet d’accueillir en ses murs et sur 1787 mètres carré à la fois des détenus en attente de jugement et des condamnés dont la peine restant à purger est inférieure à deux ans.


Maison d’arrêt d’Ajaccio
Sourcehttp://www.annuaires.justice.gouv.fr/etablissements-penitentiaires-10113/direction-interregionale-de-marseille-10126/ajaccio-10801.html

Son histoire a été émaillée d’évasions dont la plus célèbre fut sans doute celle du 20 avril 1990 où un détenu profita pour s’enfuir de la complicité malheureuse d’un peintre en bâtiment qui avait oublié son échelle dans la cour de la prison. Mais paradoxalement le fait le plus marquant associé à l’établissement n’est pas lié à une fuite vers la liberté mais à une intrusion.


En effet, au matin du 6 juin 1984, un groupe de trois hommes armés et déguisés en gendarmes pénètrent de force dans la prison. Ce sont des militants nationalistes du FLNC[1], ils sont armés et alors que les forces de police et les gardiens bloquent les issus de la prisons, ils tuent dans leur sommeil deux détenus emprisonnés au premier étage du bâtiment, Jean-Marc Leccia et Salvatore Contini. Ils entendent ainsi venger l’enlèvement et la mort du militant nationaliste, Guy Orsoni, le neveu de Roger Orsoni, dirigeant du FLNC. Repérés au bout d’un quart d’heure et arrêtés quelques heures après être entré dans la prison, les trois agresseurs, Pantaleon Alessandri, Noël Pantalacci et Pierre Albertini seront condamnés à huit ans de prison par un tribunal de Lyon. Deux autres militants du FLNC, Moretti et Vesperini, postés dans un fourgon à l’extérieur de la prison, écoperont quant à eux de cinq ans d’emprisonnement.

Arrestation de Pierre Albertini le 7 juin 1984
Sourcehttp://www.unita-naziunale.org/portail/PETRU_ALBERTINI.htm
Dans son livre, Indépendantiste corse, Mémoires d’un franc-tireur, Pantaleon Alessandri revient sur cette matinée de juin :
« C’était un très beau matin sur Ajaccio. Le soleil piquait les volets de la chambre qui nous servait de planque depuis trois jours passés à regarder les matchs de tennis à Roland-Garros, à monter et démonter nos armes. 7 juin 1984. Pierre et moi avions collé nos fausses moustaches et endossé nos déguisements de gendarmes, cela nous fit rire.

[…] 

Guy Orsoni avait disparu depuis un an. Aujourd’hui, c’était le tour de ses assassins, Jean-Marc Leccia et Salvatore Contini, de disparaître. Je jetai un dernier coup d’œil au ciel bleu.

C’est une belle journée pour vivre ou pour mourir, pensais-je. 

[…]

Le directeur de la prison nous avait repérés. Je le voyais à la fenêtre de son bureau. Il y avait un quart d’heure que nous étions là. Nous pouvions encore sortir en force avec les gardiens et le reste du commando, qui était sans doute dehors. Mais nous étions quand même là pour agir, même si les autres ne devaient plus venir. Nous avons d’abord foncé libérer Paul Ceccaldi et Natale Luciani. De toutes les cellules, deux nous intéressaient plus particulièrement. Nous avions leur numéro. Jean-Marc Leccia était seul, c’était plus facile. Contini, lui, partageait sa cellule avec d’autres détenus. Il fallait l’identifier. Les renseignements que l’on nous avait donnés étaient précis. Nous savions exactement où était sa place.

Le temps nous pressait ; il n’y a pas eu de mise en scène, de cérémonial ; on ne tue pas les gens de gaieté de cœur. Ils sont morts endormis ou à moitié. »
Bibliographie et ressources en ligne :
Pantaleon Alessandri, Indépendantiste corse, Mémoires d’un franc-tireur, Calmann-lévy, 2002
Jacques Follorou et Vincent Nouzille, Les parrains corses: leur histoire, leurs réseaux, leurs protections, Fayard, 2004



[1] Le front de libération nationale corse (FLNC) est un mouvement nationaliste armé qui milite depuis 1976 pour l’indépendance de l’île. Pour plus d’informations : www.flnc.unita-naziunale.org