Le cinéma français sous l’Occupation (1940 -1944) : le paradoxe de la parenthèse enchantée

Le cinéma français sous l’Occupation (1940-1944) : le paradoxe de la parenthèse enchantée
Par Anne Deckers – 30 mars 2017

Amis de cinéma et d’histoire, prière de ne pas passer votre chemin.

Nous revenons aujourd’hui sur le paradoxe de la parenthèse enchantée, soit le dynamisme du cinéma français dans le contexte de l’Occupation allemande (1940 – 1944), dont les réalisations les plus fécondes se distribuent entre les deux pôles du réalisme noir de Henri-Georges Clouzot (Le Corbeau (film, 1943), L’assassin habite au 21) – marqué par une vision profondément pessimiste de l’humanité et une volonté affirmée de dénoncer ses vices –, et le cinéma fantastique des contes et légendes (Marcel Carné, Les Visiteurs du soir ; Jean Delannoy, L’Éternel Retour) qui se déconnecte du réel au niveau du référent.

Toutes manières, en somme, de se jouer de la censure, d’y faire passer – en contrebande – quelques cris politiques.rayon vert cinem

Le cinéma français sous l’Occupation (1940-1944) : le paradoxe de la parenthèse enchantée. Par Anne Deckers le  30 mars 2017


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *