Transparence et réforme de la police : de Guillauté à Bertillon, archéologie du fichier de police.(Dominique Messineo)

Communication de Dominique Messineo, (maître de conférences en histoire du droit, Université d’Orléans) à l’intention des lecteurs du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

Transparence et réforme de la police : de Guillauté à Bertillon, archéologie du fichier de police.

Accès à la vidéo lefichier_2/19 – YouTube

Dominique Messineo, maître de conférences en histoire du droit, Université d’Orléans.

« Il s’agit d’une communication donnée en novembre 2015 à l’université d’Orléans, dans le cadre d’un colloque intitulé « le fichier », et qui sera publiée cette année par les éditions LGDJ dans la collection « les grands colloques » mon intervention intitulée « transparence et réforme de la police, de Guillauté à Bertillon, une archéologie du fichier de police » avait pour ambition d’aborder la manière dont les fichiers se sont constitués en fonction de but précis. Si dans un premier temps, la mise en fiches du savoir policier poursuit l’objectif d’immobiliser des populations sous les regard de la police, ce savoir-faire va à partir du milieu du XIXe siècle consister à former la mémoire policière afin de lutter contre la récidive et prédire la dangerosité de cette classe de délinquants d’habitude.

Le fichier de police est alors un défi posé au bon droit. En soi, il mobilise d’autres sous-systèmes normatifs, au premier rang desquels la discipline, la correction, la moralisation ou le discours médical. Peu confiant dans la capacité du système juridique à produire de l’ordre, le fichier de police est une réponse se voulant efficace pour contenir toutes les menaces : la mobilité au XVIIIe siècle, la récidive au xixe siècle, la lutte contre les ennemis de la civilisation en ce début de xxe siècle. Le fichier de police enfin nous dévoile une ambition dévorante, celle de placer l’ensemble de la société sous surveillance, sous contrôle et de faire de ce savoir énorme la grille de lecture de l’avenir. Plus que décrire la société et l’immobiliser par le regard surplombant de la police, le fichier est appelé à prédire les comportements, à les prévenir plutôt qu’à les sanctionner. Le fichier de police est donc en soi un des avatars ou déclinaison de ce droit pénal de l’ennemi, formé par l’ensemble des dispositifs de sécurité ayant pour but d’exclure et de faire le ménage dans la société à partir de la connaissance des habitudes, des comportements, des fréquentations et des manières d’être ou de penser des populations jugées à risque. Mesurant la dangerosité, le fichier de police établit un pré-jugement et un régime de suspicion généralisé qui dénature la question de la responsabilité au cœur du jugement pénal pour affirmer le primat d’un idéal sécuritaire. »

Dominique Messineo, maître de conférences en histoire du droit, Université d’Orléans.

Thèmes de recherche : Histoire du droit pénal (XVIIIe-XXe siècle), histoire de criminalité, histoire de l’administration pénitentiaire, histoire de la justice des mineurs, histoire de l’enseignement juridique, histoire des doctrines pénales, histoire des dispositifs administratifs de protection sociale, histoire de l’hygiène publique, histoire du travail, histoire de la décentralisation, histoire de la république, histoire des cultures politiques.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *