Louis-Agathe Berthaud (1810-1843) : une courte vie de poète et de journaliste à la défense de « la canaille »

Contemporain de Théophile Gautier et de Victor Hugo, en tête desquels il fut placé en 1838 par le caricaturiste Benjamin Roubaud dans le Panthéon Charivarique des poètes les plus connus de son temps, Louis-Agathe Berthaud (1810-1843) est un écrivain et un poète de la période romantique aujourd’hui totalement oublié.

Premier fils d’un jeune couple de prolétaires de Saône-et- Loire, Berthaud consacre sa courte vie de poète et de journaliste à la défense de « la canaille » et meurt à 33 ans de tuberculose à Paris, après avoir milité sous le règne de Louis-Philippe dans la presse d’opposition républicaine, en faveur des « prolétaires et gens de rien ». Par la littérature, et durant près de treize années, il s’engage dans un combat de justice politique et sociale en faveur des masses populaires opprimées et silencieuses de la société (combat contre la peine de mort, la prostitution, la corruption des élites, les scandales du clergé, etc.).

À Lyon, soutenant la révolte des Canuts en 1831, il publie des satires politiques, dénonçant l’hypocrisie du nouveau régime incarné par Louis-Philippe dont il démasque les abus et les corruptions qui renouvellent ceux et celles du précédent règne des Bourbons; des satires qui lui valent un procès pour injure au roi dans lequel il se défend par une plaidoirie en vers. Il sera acquitté.

Monté à Paris en 1833, il collabore à plus d’une quinzaine de journaux, revues, et recueils divers: Le Charivari, Le Tam-Tam, le Journal du peuple, la Revue républicaine, etc.

Le lecteur trouvera ici 45 textes de sa plume jusqu’à ce jour inédits, en prose et en vers, illustrés par des gravures d’époque, de Daumier, de Gavarni, de Grandville, de Delacroix, etc. et accompagnés de documents d’archives et de huit témoignages d’amis écrivains, parmi lesquels Philibert Audebrand et Arsène Houssaye, qui le montrent haut en couleurs, en poète romantique rebelle et marginal, à l’imagination vagabonde et au cœur tendre sans feu ni lieu, mais surtout en prolétaire des lettres républicain, à l’esprit bohème, incorruptible et indépendant.

Entre histoire et littérature, nous voudrions rendre à ce fougueux poète romantique la place qui lui revient parmi tous ces auteurs, maillons d’une tradition littéraire à mi-chemin entre l’art et l’action, qui ont fait de l’écriture un acte d’engagement fort, tels Victor Hugo avec ses Châtiments (1853) ou Jules Vallès avec son Cri du Peuple (1871), dont Berthaud précéda de quelques décennies les appels à la justice sociale et à la liberté. Camille de Grandrÿs‎ La Fabrique de l’Histoire

“LOUIS-AGATHE BERTHAUD (1810-1843), BOHÈME ROMANTIQUE ET RÉPUBLICAIN” (Choix d’écrits ).
Édition préparée et présentée par Camille Noé Marcoux.
Editions Plein Chant, mars 2017
Collection Gens singuliers
320 pages, illustrations
Isbn 978-2-85452-329-4

http://www.pleinchant.fr


Vous aimerez aussi...