Deuxième partie : Les assassins « verts de gris » du 47 – avec Jean-Michel Armand ( L’assassin habite dans le 47)

« L’Assassin habite dans le 47 » alias Jean-Michel Armand

Que nenni ! Que nenni ! … Point de vilenie avec “notre assassin régional”, Jean-Michel Armand. On le croyait  captif de belles nymphes, sirènes et muses des Archives départementales du Lot-et-Garonne, mais assurément il n’en est rien… L’individu fouille, trie, déplace des documents sulfureux afin de satisfaire les lecteurs assidus du  Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

Aujourd’hui notre sémillant et fringant sexagénaire nous replonge aux heures sombres de la Libération du département avec la deuxième partie du Les assassins « verts de gris » du 47 – avec Jean-Michel Armand ( L’assassin habite dans le 47)

 « Les assassins « verts de gris » du 47 » mise à la disposition des lecteurs du Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …

Texte intégral et document sonore sur radiobulleagen

Les guerres, on le sait, sont d’excellentes occasions pour les détraqués de donner toute la mesure de leur perversité. Bien sûr, les SS de la division « Das Reich » qui avait ses quartiers à Valence d’Agen et le régiment « Der Führer » qui a sévit dans le Lot et Garonne, étaient des soldats qui agissaient sur ordre mais ces unités étaient composées de volontaires tout à fait acquis aux idéaux nationaux socialistes. Les supplétifs français qu’ils trouvèrent à Agen, n’étaient pas mal non plus dans le registre. Henri Hanack dit « le balafré » et son assistant Prosper Delpuch dit « Bouboule » tous deux affiliés à la SIPO-SD firent régner la terreur dans l’agenais entre 1943 et 1944.Joseph Schivo, colonel à la Milice livra les douze cents détenus de la maison centrale d’Eysses aux SS qui les déportèrent à Dachau. Tous trois furent condamnés à mort et fusillés au polygone du Passage d’Agen. Voilà leurs histoires !

Par Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

Le cinéma de fiction depuis toujours s’est intéressé aux crimes et aux criminels. Après la Revue qui y consacre un dossier « Crimes et criminels au cinéma », le blog ouvre une nouvelle rubrique dédiée à cette thématique. CINÉ-CLUB

Mes amis Un vent d’évasion et de découverte souffle sur le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes…

Excellente écoute sous la protection des anges judiciaires et pénitentiaires ! – Ph.P.


Vous aimerez aussi...