Avant la loi Veil, le coup d’éclat des 343 « salopes »

L’avocate Gisèle Halimi, en compagnie de l’actrice Delphine Seyrig, 11 octobre 1972 à Bobigny, lors du procès de Marie-Claire Chevalier, poursuivie pour avoir avorté.• Crédits : Michel Clément – AFP

Le 5 avril 1971, elles étaient 343 à signer publiquement un manifeste dans Le Nouvel Observateur et à déclarer publiquement qu’elles avaient eu recours à l’avortement. Comment les médias ont-ils permis aux féministes de cheminer vers la dépénalisation de l’avortement ? Exploration en archives Photographie à la une, bande défilante : L’avocate Gisèle Halimi, en compagnie de l’actrice Delphine Seyrig, 11 octobre 1972 à Bobigny, lors du procès de Marie-Claire Chevalier, poursuivie pour avoir avorté. Crédits : Michel Clément – AFP

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission France culture


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search