Chroniques d’une vie de flic : La police au quotidien

Il y a une chose qui reste très particulière dans le métier de policier, c’est que dans une même journée, vous pouviez traverser des instants de joie et de bonne humeur, pour vous retrouver aussi rapidement dans la souffrance, la douleur et la peine.

Basculer à une telle vitesse entre ces mondes diamétralement opposés, que le soir venu rien n’était plus laborieux à trouver que le sommeil. Les nuits sont parfois courtes et agitées, et amènent sur des matins d’autant plus difficiles.

Si certains ressentis s’effacent peu à peu, les images elles, ancrent leurs racines bien plus profondément.

Éric Oliva – Naissance à Casablanca le 14 juillet 1967. Ses parents, en 1972, décident de quitter la Maroc où ils ne se sentent plus acceptés. À peine arrivé en France – sa famille s’est installée sur les terre froides d’Échirolles, petite commune près de Grenoble jusqu’en 1979 – la chaleur du Sud n’étant pas au rendez-vous, son père saute sur une opportunité professionnelle qui s’offre à lui. Un nouveau déménagement les amène sous le soleil de la Côte-d’Azur.

Ses parents devenus restaurateurs à Nice, Éric Oliva s’élève un peu tout seul, au gré de ses envies. De fait, son parcours scolaire s’arrête rapidement aux portes du lycée à l’âge de seize ans.

Suivent des petits boulots, tout d’abord dans la restauration. Il commence une carrière de cuisinier-pizzaïolo et travaille dans plusieurs restaurants entre Nice et Saint-Laurent-du-Var. Après cinq ans, il abandonne ce métier pour devenir tour à tour ambulancier, agent de sécurité, vendeur et enfin convoyeur de fonds.

À vingt-quatre ans, le concours de gardien de la paix en poche, il intègre par conviction l’École Nationale de Police de Marseille d’où il sort très bien classé en février 1992.

Les affectations de l’époque l’obligent à quitter sa région de cœur pour prendre ses nouvelles fonctions sur la région parisienne et plus précisément au Commissariat de Montreuil-sous-Bois.

Plusieurs postes successifs dans le département chamarré du 93, puis il décide au début de l’année 2000 de rejoindre sa région d’origine et, un an plus tard, il obtient sa mutation à l’Évêché (Marseille).

La mer l’attire de plus en plus et, rapidement, il passe ses niveaux de plongée. Dans le même temps, Clive Cussler, un auteur américain l’accroche et il dévore toute sa bibliographie.

L’envie d’écrire arrive et, à force de tentations, il décide d’entamer l’écriture de Mafia en eaux troubles, un roman d’aventures qui allie son métier et sa passion. Mais quelques déboires mettent ce roman de côté, et ce n’est que plusieurs années plus tard que celui-ci verra le jour.

En 2006, ayant fait la connaissance de celle qui va devenir sa compagne, Éric Oliva demande sa mutation pour Nice. Au mois de septembre, il intègre un groupe judiciaire à l’Antenne de la Police Judiciaire de Nice où il exerce encore à ce jour.

Quatre ans plus tard, il se décide à reprendre intégralement l’écriture de Mafia en eaux troubles. Le manuscrit est alors entièrement revu et corrigé. Celui-ci est actuellement édité chez Sudarènes éditions.

La fièvre de l’écriture l’atteint. Surpris par les retours de son premier roman, il en entame un second, qui est jugé très vite plus abouti. Un polar régional mettant à l’honneur la Côte-d’Azur et l’Antenne P.J. où il travaille. Éric Oliva n’est pas un fervent lecteur, mais ses influences littéraires sont assez marquées. Son auteur de prédilection étant Clive Cussler, il prend aussi du plaisir à lire les œuvres d’Harlan Coben, de Patricia Cornwell ou encore de Fred Vargas.

Depuis, plusieurs autres romans ont vu le jour comme Du soleil vers l’enfer qui s’est vu décerner le Prix Fondcombes en 2014 et Chroniques d’une vie de flic.

  • Format : Format Kindle
  • Taille du fichier : 1703 KB
  • Nombre de pages de l’édition imprimée : 179 pages

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Eric dit :

    Disponible aux formats eBook pour Kindle et Kobo ainsi qu’au format papier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *