Marie-Christine Barrault lit « Déjeuners chez Germaine Tillion » de Ariane Laroux

“Tous les jours, à Ravensbrück, pendant ces appels qui duraient des heures, j’avais commencé à raconter l’Histoire de l’humanité au petit groupe de femmes qui était tout près de moi. En commençant à l’époque préhistorique, je voulais arriver étape par étape aux temps modernes. C’était un tel bonheur pour mes camarades d’entendre parler d’autres choses que de famine, de soupe et de mort”. G.T.

Pendant près de vingt ans, Ariane Laroux a rencontré l’ethnologue et résistante Germaine Tillion au cours de trente déjeuners suivis de longues conversations durant lesquelles elle peint son portrait. L’occasion pour Germaine Tillion d’évoquer sa vie, celle d’une femme qui a traversé avec courage et générosité le XXe siècle. Dès la fin des années 30, elle arpente seule le Sud algérien où elle partage la vie d’une tribu semi-nomade pour sa thèse en ethnologie. De retour en France, elle entre dans la Résistance avec le Musée de l’Homme en 1940. Elle est arrêtée puis déportée à Ravensbrück où elle mène une enquête dans le camp pour en comprendre le fonctionnement. Après la Seconde Guerre mondiale, l’Algérie ne cessera d’être au cœur de son travail d’anthropologue et de ses engagements.

Germaine Tillion fait son entrée au Panthéon en mai 2015.

Écoutez un extrait sur le site des femmes

Ariane Laroux : Franco-suisse, diplômée de l’École supérieure des Beaux-Arts de Genève, Ariane Laroux a exposé dans de nombreux musées en France et à l’étranger. Elle a réalisé notamment les portraits de personnalités « qui ont pris des risques pour changer le monde ». Ces dessins et conversations ont fait l’objet de deux livres intitulés Portraits parlés (2006) et Déjeuners chez Germaine Tillion (2009) publiés aux éditions L’Âge d’homme.


Vous aimerez aussi...