Histoire sociale de la violence XVIe-XVIIIe siècles

Parution de Michel Nassiet, La violence, une histoire sociale, France, XVIe-XVIIIe siècles, Seyssel, éditions Champ Vallon, collection Époques, 2011, 352 p. ISBN 978.2.87673.545.3

Présentation de l’éditeur

Des hommes qui vengent leur père, leur frère ou leur sœur, des maris qui tuent en flagrant délit d’adultère, des pères qui mutilent l’enfant menaçant l’honneur de la famille… À partir des lettres de rémission, une source méconnue, bruissante des affrontements de violence et de sang qui traversent et perturbent les relations interpersonnelles, ce livre porte sur l’homicide vécu au quotidien, du siècle de la Renaissance à celui des Lumières: il en définit les composantes, il en esquisse l’évolution et ambitionne de proposer une explication globale en offrant un modèle de compréhension et d’intelligibilité de la société de l’époque moderne.
L’évolution n’a pas été linéaire: la violence s’exacerbe au XVIe siècle, notamment dans le cas du duel, puis décline, jusqu’à atteindre un point bas dès le début du XIXe siècle. A la théorie du procès de civilisation, chère au sociologue Norbert Elias (1897-1990), maints aspects des affrontements du siècle de la Renaissance et des guerres de Religion ne se conforment pas. Aussi, la première originalité de cet ouvrage est-elle d’emprunter son paradigme explicatif à Emile Durkheim (1858-1917): la violence diminue parce que déclinent les causes qui y portent, c’est-à-dire l’attachement à des groupes, et d’abord aux groupes de parenté, ainsi qu’aux communautés confessionnelles au temps de la déchirure religieuse et des «guerriers de Dieu».
Ce livre permet de comprendre le poids des devoirs issus des liens du sang, encore très forts au xvie siècle: à la fois une solidarité impérieuse et une obligation intransigeante de défense de son honneur, un honneur conçu comme collectif et absolu. L’attention accordée aux femmes est toujours très forte: épouses, sœurs et filles occupent, au cœur de ces conflits de violence, une position centrale. Une autre originalité de l’ouvrage est de calculer des taux d’homicide: taux très élevés dans le cas du duel, puis déjà bas dans la société rurale du xviiie siècle. Il montre enfin l’affaiblissement des liens de parenté, corrélé au resserrement du lien conjugal, ainsi que la relativisation et l’individualisation de l’honneur, portées par le désir de plus en plus impérieux d’un épanouissement individuel.
L’aspiration au bonheur serait-il le meilleur remède à la violence?

Michel Nassiet est professeur d’histoire moderne à l’Université d’Angers et membre de l’Institut universitaire de France.

Sommaire

INTRODUCTION

Première partie
LA VIOLENCE AU XVIe SIÈCLE

Chapitre 1: Rémission et homicide

1. La rémission, de la requête à l’entérinement
La rémissibilité réduite à l’homicide en légitime défense
Une rédaction biaisée
L’entérinement, un contrôle local

2. Les conjonctures de la rémission
La requête suscitée par la présence du roi
Le cas des Pays-Bas

3. L’homicide pardonné
Des criminels issus de toute la société
Les femmes et le sang
4. Les sources de violences
Violences guerrières et nobiliaires
Une violence extrême

Chapitre 2: Du lien social au conflit

1. Les types de relations et leur contenu
Entraide, solidarité, charité
L’«amitié ordinaire»
2. La parenté dans la vie de relation
La relation fraternelle, un modèle
Un devoir de solidarité
Un critère de nomination aux charges
3. Le lien social: essai d’approche quantitative
La parenté, prépondérante dans l’espace rural…
… mais pas en ville
4. Conflits et enjeux matériels
Conflits du voisinage agraire
Conflits au sein d’unités de travail
Difficultés de l’indivision
Contestations de propriétés
Relations contractuelles et relations d’échange
5. La régulation des conflits, entre justice et infra-justice
Accommodements amiables
La justice criminelle
Parenté, vérité, rationalité

Chapitre 3: De l’affrontement à l’homicide

1. L’affrontement verbal
L’injure verbale
Le démenti
L’honneur nié
2. L’affrontement par le geste
Jouer de la dérision
Les rites du déshonneur
3. Une volonté de tuer
«Tuez! Tuez!»
«Disant qu’il le tuerait»
«Il faut que tu meures ou moi»
4. Le problème de l’autocontrôle
Un autocontrôle des épéistes
L’inadmissible: l’écoulement de sang
5. Le long essor du duel
Une ritualisation
Duel et homicide: essai de quantification
6. L’assassinat par surprise
L’intention: distinguer surprise et trahison
Le progrès technique: les armes à feu

Deuxième partie
VIOLENCE ET HONNEUR

Chapitre 4: Vengeance et faide

1. Réalité de la vengeance au xvie siècle
À la fin du XVe, la faide, pratiquée et admise
La vengeance devenue illicite: un problème de sources
2. De quoi se venger ?
Venger un déshonneur
Venger un homicide
La parentèle vue comme un tout
Une recherche d’équilibre entre groupes de parents
3. Des motifs complexes
Entre enjeux d’intérêts et d’honneur
Collusion de vengeurs
4. Vengeances féminines
Face au violeur
Sur la rivale
5. Une culture de la vengeance
Une approbation sociale
Vengeance et christianisme

Chapitre 5: Violence et Honneur dans la famille conjugale

1. Le droit de correction: un devoir éducatif
2. Crimes de sang en famille
Des crimes secrets: avortement et infanticide
Crimes d’honneur sur des enfants
3. Le crime d’honneur sur l’épouse adultère
Un accroissement de la sévérité judiciaire
Le summum de la domination masculine
Vers une modération

Chapitre 6: L’honneur, définition sociale et évolution

1. Dignité/honneur
L’extension sociale de l’honneur
Principes de la dignité
Dignité, conflit, violence

2. Renommée/honneur
Le bien
La «valeur»
3. L’honneur, un capital collectif
Un capital familial
Un honneur des corps
4. Exogamie et circulation d’honneur
5. Au xvie siècle: un renforcement du sens de l’honneur
Une rhétorique nouvelle
Diffusion du modèle chevaleresque
6. Monogamie et renforcement du sens de l’honneur
Les conséquences de la crise démographique
Une moralisation

Troisième partie
LA PARENTÉ AU XVIE SIÈCLE

Chapitre 7: Tuer pour sa «race»

1. L’idée de «race»: l’idéologie dominante
Les signifiés du mot race
Diffusion
Prégnance du patronyme
Honneur et identité
2. Origines et fondements de l’idée de race
Aux origines de l’idée de race
Au xvie siècle, l’observation des ressemblances
Une violence masculine idéelle
Le sang et l’âme

3. Transmission des qualités et responsabilité collective
L’idée de responsabilité collective dans le droit de lèse-majesté
Hérédité et ségrégation
4. L’inflexion patrilinéaire de la filiation
Montée de l’inflexion patrilinéaire à la fin du Moyen Âge
Renforcement de l’inflexion patrilinéraire de la noblesse au XVIe siècle

Chapitre 8: Les attitudes dans les relations de parenté

1. Une relation conjugale encore faible
Les volontés des parents
À la Renaissance, la résistance des jeunes gens
Violer ou ravir pour épouser
L’épouse bafouée

2. La relation conjugale face aux consanguins
La fille sans frères, une proie à prendre
Des sœurs «données»
… protégées…
… et contrôlées
Épouse et belle-sœur

3. Relation conjugale et filiation
Des enfants «donnés» par l’épouse
La descendance, une sorte d’immortalité
Une hantise de l’adultère féminin
Une volonté d’authenticité de la paternité

Quatrième partie
ÉVOLUTIONS

Chapitre 9: La culture de vengeance dans les guerres de religion

1. Confessions chrétiennes et individuation au XVIe siècle
L’idée de responsabilité collective dans la religion chrétienne
Protestantisme et engagement personnel

2. La conversion au protestantisme
Le motif religieux…
Des nobles «mécontents»
La parenté, source d’influence

3. La vengeance au sommet de la guerre civile (1560-1572)
1560, la conjuration d’Amboise
Des vengeances dans la guerre
Une paralysie de la justice
Une faide au sommet de l’État

4. La vengeance dans le déclenchement de la Saint-Barthélémy
Le 22 août: l’attentat contre Coligny, en forme de vengeance des Guise
Une soif de justice trop véhémente

Chapitre 10: Baisse de la violence et procès de civilisation

1. La baisse de la violence
Quelques jalons
Essai de calcul de taux d’homicide

2. Un «procès de civilisation» ?
La justice criminelle sans pédagogie de la peine de mort 301
Christianisme et «civilisation»
Sous Louis XIV: la lutte contre le duel

3. L’acculturation à l’écrit
La réputation formée par l’écrit
Un traitement judiciaire des querelles d’honneur

Chapitre 11: «Les mœurs ont changé»

Baisse de la violence et individuation
1. L’honneur relativisé
Une valorisation de l’épouse
L’adultère féminin toléré
La liberté des épouses surpasse l’honneur familial
Compassion familiale et piété
Vers le triomphe de la sphère privée
2. Vers la recherche d’un épanouissement personnel
D’une tendresse conjugale à l’union des âmes
Premier essor du mariage d’amour
Au XVIIIe siècle: le bonheur surpasse l’honneur

3. Le procès d’individuation: un complexe de causes
Réformes religieuses et individuation
Le roman: un modèle?

CONCLUSION GÉNÉRALE

Annexes
Bibliographie


Vous aimerez aussi...