Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective. Fabrique de crimes ?

Le magazine Détective s’est imposé de 1928 à 1940 en France comme « Le grand hebdomadaire des faits-divers » ainsi que l’énonce son sous-titre. Composé de 16 pages faisant la part belle à la photographie choc, au photomontage audacieux et aux titres accrocheurs, Détective semble être l’héritier du supplément illustré du Petit-Journal qui mettait régulièrement le sang à la une. Né d’un pari commercial de Gaston Gallimard, la fulgurante réussite de Détective interroge pourtant sans que l’on puisse y répondre par un simple goût du public pour le crime. Il n’y a en effet que peu de points communs entre le premier Détective, ses prédécesseurs et Le Nouveau détective, qui se consacre aujourd’hui encore à la relation d’affaires criminelles. Du Détective Gallimard, on savait jusqu’ici paradoxalement peu de choses en dehors du précieux mémoire de master que lui avait consacré Élisa Baitelli en 2011. La consultation même de la collection complète du titre était difficile et il faut saluer ici l’action de Catherine Chauchard et l’équipe de la Bibliothèque des Littératures policières qui a pris l’initiative de la numérisation et de la mise à disposition en ligne d’une collection complète du journal sur Criminocorpus 1. L’accès à la source étant ainsi facilité, l’ouvrage d’Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty arrive à point nommé. Sa parution s’inscrit d’ailleurs dans une série d’initiatives prises par les deux auteures qui ont organisé sur ce thème trois journées d’études (Nîmes et Montpellier en 2016, Paris en 2017) et une exposition itinérante qui a rencontré un franc succès public…

Pour en savoir plus voir le billet publié par Marc Renneville sur le site criminocorpus

Référence(s) : Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective. Fabrique de crimes ?, Nantes, Éditions Joseph K., 2017, 192 p.

Directeur du CLAMOR et de la publication de la plateforme Criminocorpus depuis sa création, Marc Renneville est chercheur au CNRS, membre du centre Koyré.

Marc Renneville : Directeur du CLAMOR et de la publication de la plateforme Criminocorpus depuis sa création, Marc Renneville est chercheur au CNRS, membre du centre Koyré. Il mène depuis 2003 des projets de valorisation numérique de l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ses recherches portent sur l’histoire des sciences du crime et du criminel et le rapport entre les savoirs criminologiques et l’application des peines (XIXe-XXe siècles). Il est notamment l’auteur de Le langage des crânes. Une histoire de la phrénologie (Empêcheurs de penser en rond, 2000) et de Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires (Fayard, 2003).


Vous aimerez aussi...